Fort Miamis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fort Miamis
Présentation
Date de construction XVIIe siècle
Destination initiale Fort militaire
Propriétaire État
Protection inscrit Monument historique par arrêté du 24 juin 1920
Géographie
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Région Indiana
Localité Fort Wayne
Localisation
Coordonnées 41° 03′ 03″ N 85° 04′ 52″ O / 41.050791, -85.08107841° 03′ 03″ Nord 85° 04′ 52″ Ouest / 41.050791, -85.081078  

Fort Miamis est un fort construit au XVIIIe siècle en Nouvelle-France. Il fut nommé Fort Miamis, comme l'avait été un autre fort (Fort Miami), construit au siècle précédent.

Fort Miamis fut établi en 1702 à l'emplacement de l'actuelle ville de Fort Wayne dans l'Indiana par les Français, commandés par Jean-Baptiste Bissot de Vincennes, sous le nom de Fort Saint-Philippe des Miamis ou Fort des Miamis[1].

La construction se fit entre 1702 et 1715 à Kekionga, un grand village de la Nation des Amérindiens Miamis situé à la confluence des rivières Saint Joseph, Sainte-Marie et Maumee. Les Miamis refusèrent d'abandonner leur village et de se déplacer plus à l'ouest. Le gouverneur Philippe de Rigaud de Vaudreuil autorisa Bissot à construire un fort pour protéger les routes commerciales de la Nouvelle-France.

Le fort fut pris par les Anglais en 1760, et détruit.

Historique[modifier | modifier le code]

Le Fort Miamis, à l'origine appelé fort Saint-Philippe des Miamis été établi en 1715 à Kekionga, un grand village de Miami fondé au confluent de la rivière Saint Joseph et Sainte-Marie qui forment la rivière Maumee. Au début, les Miamis ont refusé d'abandonner leur village pour être déplacer plus à l'ouest pour les éloigner des commerçants britanniques[2], C'est ainsi que le gouverneur Philippe de Rigaud Vaudreuil Jean Baptiste Bissot a autorisé la construction d'un fort pour protéger les routes commerciales de la Nouvelle-France.

Le fort original servi de poste de traite jusqu'en 1747, lorsque les Hurons, sous le chef Nicholas trouva le fort à court de soldats, puisque le commandant du fort L'enseigne Douville et la plupart des soldats étaient partis à fort Detroit. Le fort fut pilé et incendié[3].

Localisation du Fort Miami

Lors de l'été 1749, des soldats français, canadiens et amérindiens sous le commandement du capitaine Pierre Blainville ont reconstruit le fort. Ce deuxième fort a survécu à la guerre de Sept Ans, mais a été attaqué en 1752, et deux soldats de la garnison française ont été tués en dehors du fort[4]. En novembre 1760, à la fin de la guerre de Sept Ans, le fort fut formellement rendu au commandant britannique Holmes de la Grande-Bretagne[4]. Pendant la rébellion de Pontiac, les Anglais ont perdu le contrôle du fort en 1763, et le fort a été détruit par les Amérindiens.

Les Anglais refortifièrent la ville, et le poste de traite fut rouvert. Il fut saccagé en 1780 par Augustin de La Balme, un commandant de cavalerie française qui était venu aider les Américains dans leur guerre d'indépendance. Ses soldats ont pillé les magasins, mais ils ont été exterminés par le chef des Miamis Petite Tortue, et les marchandises ont été récupérées[5]..

La coalition de Kekionga est demeurée fidèle à leurs alliés britanniques même après que le secteur a été cédé aux États-Unis à la fin de la guerre. C'est donc devenu une cible des armées américaines, menant à plusieurs victoires amérindiennes remarquables maintenant connues sous le nom de guerre amérindienne du Nord-Ouest. Durant une de ces batailles, le Général Josiah Harmar fut défait (1790). La bataille se produisit aux alentours du fort. La guerre amérindienne du nord-ouest finit avec la bataille des bois tombés, où le général Anthony Wayne a finalement réalisé une victoire américaine.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dufresne, p. 381.
  2. Poinsatte, 5
  3. Allison, 24
  4. a et b Allison, 25
  5. Fort Wayne: History