Faustin Twagiramungu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Faustin Twagiramungu

Faustin Twagiramungu est un homme politique rwandais hutu né en 1945 dans la province de Cyangugu.
Opposant au président Juvénal Habyarimana, il participa à la fondation du Mouvement démocratique républicain en 1991, en prit la direction en 1992 et se déclara partisan de négociations avec le Front patriotique rwandais. Ce revirement pourrait être perçu comme opportuniste car jusqu'à cette période trouble de l'histoire du Rwanda, Monsieur Twagiramungu évoluait plutôt dans les sphères extrémistes du pouvoir. Et c'est probablement la rancœur vis-à-vis de Monsieur Habyarimana qui le motive dans son combat politique contre ce dernier car rappelons le tout de même : c'est rien de moins que son beau-père, Grégoire Kayibanda, qui est destitué en juillet 1973 par Juvenal Habyarimana, qui le fait condamner à mort ensuite, peine qui sera finalement commuée en prison à perpétuité. En 1993, le Conseil des ministres le proposa comme premier ministre d'un "gouvernement de transition à base élargie" prévu par les Accords d'Arusha mais il dut attendre la chute du Hutu Power pour occuper ce poste dans le premier gouvernement post-génocide de juillet 1994 à sa démission en août 1995. Il s'exila alors en Belgique. Il témoigna à la Mission d'information sur le Rwanda de l'Assemblée nationale en 1998.
De retour au Rwanda, il se présenta en tant que candidat indépendant à l'élection présidentielle du 25 août 2003 remportée par Paul Kagame et arriva deuxième sur trois candidats avec 3,62 % des voix. L'équité du scrutin est mise en doute, notamment par Amnesty International et Human Rights Watch. Ainsi, des membres du comité de soutien à Faustin Twagiramungu furent arrêtés la veille et certains ont subi des violences avant d'être relâchés. Contestant le résultat, il accuse le nouveau président de diriger un système de parti unique.
Plusieurs personnes, notamment des étudiants et professeurs ayant participer au décompte des scrutins, avouent officieusement que Faustin Twagiramungu a bel et bien gagné les élections avec un décompte de 64 % contre 36 % pour Paul Kagamé, actuel président du Rwanda, malgré de nombreux cas de fraude. Étudiant à Québec durant les années 1960, il y fit la connaissance du futur premier ministre du Québec René Lévesque. En 2010 Faustin Twagiramungu fonde le parti RDI (Rwandan Dream Initiative) ou Initiative du Rêve rwandais. Trois ans plus tard, il annonce son intention de retourner au pays pour y faire de la politique, mais le régime de Kigali lui barre l'entrée en lui refusant un passeport. Il présente son passeport belge, mais le régime de Kigali lui refuse le visa d'entrée.

M. Twagiramungu est considéré comme le plus redoutable opposant au président Kagame qui met ses opposants en prison à défaut de les assassiner. Faustin Twagiramungu est réputé au Rwanda comme une personnalité intègre et son franc-parler fait inspire la peur chez ses détracteurs. Dans un pays qui a été ravagé par le génocide de 1994, M. Twagiramungu est parmi de rares politiciens Hutu qui puissent incarner l'espoir de réconciliation entre les Hutu et les Tutsi, lui-même ayant survécu aux massacres qui ont particulièrement visé les membres de sa famille et ses partisans.[non neutre] Il promet d'instituer un dialogue national (Rukokoma en Kinyarwanda) qui devrait fonctionner de la même fâçon que la Commission de Vérité et Réconciliation en Afrique du Sud.[réf. souhaitée]

Les detracteurs disent que l'alliance de Twagiramungu avec les FDLR est une compromission, FDLR étant associé depuis 1994 pour la plupart aux génocidaires fanatiques réfugiés en RDC, aux fins avouées d'une prise de pouvoir par la force.Cela reste contestable, selon les rapports de l'ONU il ne resterait que 2000 soldats FDLR.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Aimable Twagilimana, « Faustin Twagiramungu », in Historical dictionary of Rwanda, Scarecrow Press, Lanham, Md., 2007, p. 161-162 (ISBN 978-0-8108-5313-3)

Liens externes[modifier | modifier le code]