Eugène Gonon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gonon.
Eugène Gonon figurant dans l'œuvre de Jean-François Raffaëlli : Chez le fondeur (1886), Musée des Beaux-arts de Lyon

Eugène Gonon, né le 17 octobre 1814 à Paris et mort, dans la même ville, le 11 septembre 1892, est un fondeur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Honoré Gonon (1780-1850), également fondeur réputé, favori comme son père du sculpteur James Pradier. Reconnu par Gustave Flaubert qui le définissait comme homme de génie en son art de fondeur en bronze à la cire perdue, il a fondu des œuvres telles que le Buste du Duc d'Orléans (Bronze fondu à la cire perdue en 1842) exposé dans la salle Pradier de l'aile Richelieu du Musée du Louvre[1], Thésée combattant le centaure Biénor dit aussi Centaure et Lapithe de Antoine Louis Barye (fondu en 1877) [2]. La Pandore impudique de la Galerie des Modernes à Paris figure également à son catalogue[3].
Entre 1883 et 1889, il a réalisé la fonte à la cire perdue en un seul jet du haut-relief monumental Mirabeau répondant à Dreux Brézé de Jules Dalou. Ce bronze est en place dans la salle Casimir Perier au Palais Bourbon à Paris[4].

Spécificités[modifier | modifier le code]

Adeptes de la fonte à cire perdue, les Gonon remirent en honneur cet ancien procédé, plus coûteux, mais bien plus précis dans la reproduction qu’il permet d’obtenir du modelé du modèle que celui de la fonte au sable. Ils rappelèrent que la fonte à cire perdue dispensait de l’usage de la ciselure effectuée par une main étrangère sur les bronzes fondus dans des moules « au sable » et répétés en séries. Pradier utilisa la fonte à la cire perdue pour fondre soit des pièces uniques, soit des pièces exécutées en un nombre réduit d’exemplaires, le procédé nécessitant, pour la production de chaque exemplaire, la fabrication d’un modèle nouveau identique au modèle original.

Sources[modifier | modifier le code]

Camille Dreyfus: La Grande encyclopédie raisonnée des sciences, des arts et des lettres.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Buste du Duc d'Orléans sur la base Joconde [1]
  2. Oeuvres de Barye, musée virtuel Chess-Theory
  3. Une Pandore « impudique » redécouverte, Jacques de Caso et Douglas Siler, sur le site Forum Pradier
  4. Guide de la visite du Palais Bourbon sur le site de l'Assemblée nationale [2]