Erik Larson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Erik Larson

Description de cette image, également commentée ci-après

Erik Larson

Activités Romancier, journaliste
Naissance 13 janvier 1954 (60 ans)
Brooklyn (New York) Drapeau des États-Unis États-Unis
Langue d'écriture Anglais américain
Genres Roman policier historique, reportage

Œuvres principales

Le Diable dans la ville blanche

Erik Larson, né le 3 janvier 1954 à Brooklyn, est un auteur américain de quelques romans policiers historiques qu'il donne à lire comme des reportages. Il a publié trois best-sellers selon les critères du New York Times, dont Le Diable dans la ville blanche vendu à plus de deux millions d'exemplaires.

Biographie[modifier | modifier le code]

Journaliste[modifier | modifier le code]

Diplômé de l'université de Pennsylvanie où il étudie l'histoire, la culture et la langue russe, il obtient également un master en journalisme de l'université Columbia. Après un bref passage au Bucks County Courier Times, il devient journaliste pour le Wall Street Journal, et contribue ensuite au Time Magazine. Il a écrit des articles pour plusieurs journaux et magazines, notamment The Atlantic Monthly, Harper’s et The New Yorker.

Écrivain[modifier | modifier le code]

En 1999, il publie Issac's Storm, un livre qui, sous la forme d'un reportage romancé, raconte sur les expériences météorologiques d'Isaac Cline pendant le passage de l'ouragan de Galveston en 1900. Conçu de la même manière, Le Diable dans la ville blanche (2003), qui se déroule durant l'exposition universelle de Chicago en 1893, relate le destin de H. H. Holmes, le premier tueur en série que les États-Unis ont connu. Les Passagers de la foudre (Thunderstruck, 2006) est également un reportage historique où s'entrecroisent les existences de Hawley Harvey Crippen, de Guglielmo Marconi et de l'invention de la radio. Son plus récent ouvrage, Dans le jardin de la bête (The Garden of Beast, 2011), une allusion transparente à Hitler, le reportage historique suit le destin singulier de la famille du premier ambassadeur américain dans l'Allemagne nazie.

Enseignant[modifier | modifier le code]

Il enseigne la non-fiction à l'université d'État de San Francisco et à l'université de l'Oregon. Il anime également de nombreuses conférences partout aux États-Unis.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il vit à Seattle avec sa femme et ses trois filles.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

  • The Naked Consumer: How Our Private Lives Become Public Commodities (1992)
  • Lethal Passage: The Story of a Gun (1995)
  • Isaac's Storm: A Man, a Time, and the Deadliest Hurricane in History (1999)
  • The Devil in the White City: Murder, Magic and Madness at the Fair that Changed America (2002)
    Publié en français sous le titre Le Diable dans la ville blanche, traduit par Hubert Tézenas, Paris, Librairie générale française, Le Livre de poche, (2003), (ISBN 978-2-253-15722-9)
  • Thunderstruck (2006)
    Publié en français sous le titre Les Passagers de la foudre, traduit par Marc Amfreville, Paris, Le Cherche midi, 2014, 521 p. (ISBN 978-2-7491-2465-0)
  • In The Garden of Beasts: Love, Terror, and An American Family in Hitler's Berlin (2011)
    Publié en français sous le titre Dans le jardin de la bête, traduit par Édith Ochs, Paris, Le Cherche Midi, 2012, 641 p. (ISBN 978-2-7491-2128-4)

Films[modifier | modifier le code]

Leonardo Di Caprio a acheté les droits d'adaptation cinématographique du Diable dans la ville blanche en 2010[1].

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Leonardo DiCaprio : serial killer dans The Devil in the white city, http://www.premiere.fr/Cinema/News-Cinema/Leonardo-DiCaprio-serial-killer-dans-The-Devil-in-the-white-city-2443511 2 nov. 2010 Première (2 novembre 2010).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]