Le Diable dans la ville blanche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Diable dans la ville blanche
Image illustrative de l'article Le Diable dans la ville blanche
Première grande roue créée par George Washington Gale Ferris lors de l'exposition universelle de Chicago

Auteur Erik Larson
Genre Thriller
Version originale
Titre original The Devil in the White City: Murder, Magic, and Madness at the Fair That Changed America
Éditeur original Crown Publishers
Langue originale Anglais
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Lieu de parution original Drapeau des États-Unis États-Unis
Date de parution originale {2003}
ISBN original 0609608444
Version française
Traducteur Hubert Tézenas
Lieu de parution Drapeau de la France France
Éditeur Cherche Midi
Collection Thriller
Date de parution 14 avril 2011
Type de média Livre papier
Nombre de pages 640
ISBN 9782749117089

Le Diable dans la ville blanche est un récit historique écrit par Erik Larson, il est écrit avec les codes du roman policier. L'histoire repose sur des faits et des personnages authentiques. Best-seller aux États-Unis, il s'est vendu à plus de deux millions d'exemplaires. Leonardo Di Caprio a acheté les droits d'adaptation audiovisuelle en 2010[1].

Synopsis[modifier | modifier le code]

1893 : l’exposition universelle de Chicago est l’occasion pour les États-Unis de montrer leur puissance au reste du monde. Au cœur de cet événement sans précédent, le célèbre architecte Daniel H. Burnham, créateur du premier gratte-ciel, à qui revient la tâche de créer une cité de rêve, la Ville blanche. On attend près de 30 millions de visiteurs, de nombreuses personnalités, parmi lesquelles Harry Houdini, Frank Lloyd Wright ou Thomas Edison. Mais, dans l’ombre de l’Exposition, une autre figure accomplit de bien plus noirs desseins : H. H. Holmes, un jeune médecin apparemment bien sous tous rapports, en réalité l’un des tueurs en série les plus terrifiants de l’histoire du crime. Profitant de l’événement, il va lui aussi être à l’origine d’une construction insensée : un hôtel entièrement dévolu au service de ses pulsions meurtrières, véritable château de Barbe bleue, comprenant chambre de torture et four crématoire.

Protagonistes[modifier | modifier le code]

Burnham et ses collaborateurs[modifier | modifier le code]

Holmes et son entourage[modifier | modifier le code]

Photographie reprise d'un journal de 1895 de Henry Howard Holmes
  • Herman Webster Mudgett (alias docteur H. H. Holmes) : un tueur en série qui usa de son charme pour escroquer et assassiner ses victimes. Il construit un hôtel durant l'exposition universelle de Chicago où il construit une chambre à gaz, une table de dissection et un crématorium. Holmes revendait les squelettes de ses victimes aux facultés de médecine.
  • Clara A. Lovering : première femme d'Holmes.
  • Myrta Z. Belknap : seconde femme d'Holmes.
  • Lucy Holmes : fille d'Holmes et de Myrta.
  • Georgiana Yoke : troisième femme de Holmes.
  • Julia Smythe : employée et concubine d'Holmes ; épouse de Ned Connor.
  • Ned Connor : employé d'Holmes.
  • Benjamin Pitezel : associé et victime d'Holmes.
  • Howard Pitezel : fils de Benjamin Pitezel, enlevé et assassiné par Holmes.
  • Frank Geyer : policier chargé de l'enquête pour retrouver les enfants de Pitezel après l'emprisonnement d'Holmes pour fraude.

Autres personnages[modifier | modifier le code]

Prix américains[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Leonardo DiCaprio : serial killer dans The Devil in the white city, http://www.premiere.fr/Cinema/News-Cinema/Leonardo-DiCaprio-serial-killer-dans-The-Devil-in-the-white-city-2443511 Nov. 2, 2010 Première (2 novembre 2010).