Eretnides

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dynastie des Eretnides
Eretnaoğlu (tr)

13361381/1398

Description de cette image, également commentée ci-après

Les beylicats d'Anatolie vers 1330

Informations générales
Statut Beylicat
Capitale Sivas, puis Kayseri
Religion Islam
Histoire et événements
1327-1335 Alaeddin Eretna est le représentant des Houlagides en Anatolie
1336 Mort du dernier souverain houlagide et partition de son empire
1343 Victoire contre les Chupanides
1381 Le vizir Kadi Burhaneddin Ahmed prend le pouvoir
1398 Conquête par les Ottomans
Beys
(1er) 1336-1352 Alaeddin Eretna
1380-1381 Çelebi Mehmed
Vizir
1381-1398 Kadi Burhaneddin Ahmed

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Les Eretnides[1], connus aussi comme Banu Eretna, sont une dynastie de beys d’Anatolie qui ont succédé aux Ilkhanides pendant la seconde période des beylicats.

Ils ont régné sur la Cappadoce, entre Kayseri, Sivas et Amasya, entre 1328 et 1381.

Histoire[modifier | modifier le code]

Alaeddin Eretna[modifier | modifier le code]

Le fondateur de la dynastie, Eretna, est un officier Ouïghours[2],[3],[4],[5],[6],[7],[8],[9] au service des Ilkhanides ou de leurs vassaux les Chupanides[10].

Pendant le règne de l’Ilkhan Abu Saïd Bahadur, l’émir Chupan[11] arrive en Anatolie. Timurtaş, fils cadet de Chupan, est nommé gouverneur de l’Anatolie (1319). Il entreprend de remettre de l’ordre dans la région. En 1321, Timurtaş se révolte contre les Ilkhans et fait alliance avec les Mamelouks d’Égypte. Chupan obtient d’Abu Saïd Bahadur le pardon et le maintien dans ses fonctions de gouverneur de l’Anatolie de son fils qu’il convainc de se soumettre. En 1327, Chupan, tombé en disgrâce, est tué par l’Ilkhan. Timurtaş va se réfugier en Égypte. Eretna, qui faisait partie de la suite de Timurtaş, devient son représentant en Anatolie. De 1327 à 1335, il se maintient dans ce poste sous la tutelle des Ilkhanides[12]. Timurtaş est dans un premier temps, bien reçu par An-Nâsir,. Il est ensuite exécuté par celui-ci à la demande d’Abu Saïd en juillet/aout 1328[13]. Un nouveau gouverneur de l’Anatolie, Chaykh Hasan Buzurg, fondateur de la dynastie des Jalayirides, est nommé pour remplacer Timurtaş, mais Eretna bien au courant de toutes les affaires de l’État reste en place[12].

En 1336, après la mort d’Abu Saïd, Hasan Buzurg conforte la position des Jalayirides en Irak. Il quitte l’Anatolie laissant Eretna le représenter sur place. Eretna en profite pour se mettre sous la protection du sultan mamelouk An-Nâsir Muhammad ben Qalâ'ûn (1338)[12]. Le Chaykh Hasan Kûtchek, fils de Timurtaş[14] et petit-fils de Chupan rassemble la majeure partie de la famille autour de lui. Il vainc son cousin, le Jalaiyride Hasan Buzurg en 1338 et installe le royaume des Chupanides dans la région de Tabriz. Il demande à Eretna de se soumettre à son autorité. Comme Eretna refuse, Hasan Kûtchek entre en guerre contre lui. Eretna remporte la bataille qui se déroule à Karabük et acquiert un important butin (1343)[12].

Eretna continue cette guerre qui lui vaut une réputation grandissante. Il se déclare sultan avec le titre d’Alaeddin[15] (noblesse de la religion) (1344). Il domine alors une bonne partie de l’Anatolie centrale et déplace sa capitale de Sivas vers Kayseri[12].

Giyaseddin Mehmed[modifier | modifier le code]

En 1352, après la mort d’Eretna, son héritier désigné est son plus jeune fils Mehmed avec le titre de Gıyaseddin[16]. Son frère aîné, Cafer (Ja`far), essaie de s’imposer mais il doit finalement se réfugier en Égypte[12].

Giyaseddin Mehmed est trop jeune pour exercer seul le pouvoir. Son vizir, Ali Shah exerce la régence. Plus tard il tente de prendre le pouvoir. Mehmed, avec l’aide des Mamelouks, en vient à bout. Ali Shah meurt au cours d’une bataille (1364). Peu après, un complot mené par l’émir d’Amasya fait assassiner Mehmed à Kayseri (1365)[12].

Giyaseddin Mehmed nomme cadi le jeune Burhaneddin Ahmed[17].

Alaeddin Ali[modifier | modifier le code]

Ali, le très jeune fils de Mehmed est désigné pour lui succéder. Il reçoit le même titre que son grand-père : Alaeddin[15]. Les Karamanides profitent de cette situation pour prendre Nigde et Aksaray, puis Kayseri ce qui contraint Alaeddin Ali à se replier sur Sivas[12].

Le cadi Burhaneddin Ahmed est en mesure de reconquérir Kayseri. Il devient vizir et atabeg d’Alaeddin Ali, mais ils ne parviens pas à reprendre tous les territoires pris par les Karamanides[12].

Alaeddin Ali règne nominalement jusqu’en 1380. Il meurt, à Kazabad[18] à cause d’une épidémie de peste[12].

Çelebi Mehmed[modifier | modifier le code]

Le fils d’Alaeddin Ali n’a que sept ans lorsqu’il accède au trône avec le titre de Çelebi Mehmed. C’est le gouverneur de Karahisar qui est désigné comme régent. Mais peu après il est assassiné par le cadi Burhaneddin Ahmed qui prend la régence. Burhaneddin Ahmed détrône Mehmed et se déclare sultan (1381). La dynastie des Eretnides a vécu[12].

Héritage[modifier | modifier le code]

Malgré la courte durée de cette dynastie, ils laissent derrière eux un certain nombre de monuments qui se distinguent des monuments seljoukides par leur style[19].

  • Le minaret Güdük (Güdük minare) à Sivas ;
  • La coupole Sirçali (Sirçali kümbet) à Kayseri ;
  • La madrasa mausolée kiosque (Köşk medrese) à Kayseri (Voir Kösk Madrasa and Tomb) ;
  • La mosquée de Sunqur Beg à Nigde ;

La dynastie[modifier | modifier le code]

Carte des beylicats d’Anatolie formés après la Bataille de Köse Dağ (26 juin 1243)
Dates[20] Nom Nom turc Fils de  
1336-1352 `Ala’ al-Dîn Eretna Alaeddin Eretna Ja`far Fondateur éponyme de la dynastie.
1352-1366 Ghiyâth al-Dîn Muhammad Ier Gıyaseddin Mehmed Eretna  
1366-1380 `Ala’ al-Dîn `Alî Alaeddin Ali Mehmed  
1380-1381 Muhammad II Chelebi Mehmed Çelebi Ali  
1381-1398 Ahmad Burhân al-Dîn Kadı Burhaneddin Ahmed   Prend le pouvoir

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes : Sultanat de Roum et Époque des beylicats.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Janine et Dominique Sourdel, Dictionnaire historique de l’islam, PUF, coll. « Quadrige »,‎ 2004, 1056 p. (ISBN 978-213054536-1), « Eretnides », p. 269
  • (en) Clifford Edmund Bosworth, The New Islamic Dynasties : A Chronological and Genealogical Manual, Edinburgh University Press,‎ 2004, 400 p. (ISBN 978-074862137-8, présentation en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Eretnides en turc : Eretnaoğlu, fils d’Eretna au pl. Eretnaoğulları, descendants d’Eretna
  2. The New Encyclopaedia Britannica, Vol4, 2003, p.538, Online Snippet, The dynasty's founder, Eretna, was an officer of Uighur origin in the service of Demirtas, the Il-Khanid governor of Anatolia...
  3. Bruce Alan Masters, Gábor Ágoston, Encyclopedia of the Ottoman Empire, Infobase, 2010, p.41, Online Edition, With the death of the Ilkhanid ruler Ebu Said in 1335, administration of Asia Minor was entrusted to his former governor Eretna Bey, originally an Uighur Turk, who eventually declared himself independent...
  4. Yılmaz Öztuna, Devletler ve hânedanlar: Türkiye : 1074 - 1990, Vol.2, Türkiye Kültür Bakanlığı, 2005, p.51, Online Edition
  5. John Freely, The companion guide to Turkey, HarperCollins, 1993, p.391, Online Edition This was erected in 1339 by Eretna, an Uyghur Turk who created an independent principality in central Anatolia after the collapse of the Ilkhanid Mongol Empire in 1335.
  6. Jonathan M. Bloom, Sheila Blair, Oxford University Press, 2009, p.60, Online Edition In the early 14th century, the city passed to the Uighur chief Eretna.
  7. The decline of medieval Hellenism in Asia Minor: and the process of Islamization from the eleventh through the fifteenth century, University of California Press, 1971, p.139, Online Edition governor Timurlash fled to Egypt in 1327, he was replaced by Ghiyath al-Din Ercrna (of Uighur origin) who succeeded in receiving official appointment from the Ilkhan Abu Sa'id.
  8. John Freely, The Companion Guide to Turkey, HarperCollins, 1993, p.391 This was erected in 1339 by Eretna, an Uyghur Turk who created an independent principality in central Anatolia after the collapse of the Ilkhanid Mongol Empire in 1335.
  9. Online Encyclopedia Britannica, Retrieved 28 May 2012
  10. (en) Clifford Edmund Bosworth, op.cit. (lire en ligne), « The Eretna Oghulları », p. 234
  11. Chupan en turc : Çoban, berger
  12. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k (en) « Eretnaogullari Principality », sur « Öztürkler »
  13. « Sâhib-Ataogullari Principality », sur « Öztürkler »
  14. D'après Ibn Battûta, op. cit., vol. I (lire en ligne), « Du Sultan des deux Irâks et du Khorâçân » », p. 375 (.pdf)
  15. a et b Alaeddin en arabe : ʿalāʾ al-dīn, علاء الدين, noblesse de la religion.
  16. Gıyaseddin en arabe : ḡiyāṯ ad-dīn, غياث الدين, ?? de la religion
  17. Janine et Dominique Sourdel, op. cit., « Burhân al-Dîn, le cadi Ahmad, 1345-1398 », p. 170. Dans cet article il est écrit que c’est le fondateur de la dynastie qui lui donne cette charge et le nomme « Ghiyâth al-Dîn Eretna ». Cela signifierait que Burhaneddin Ahmed a moins de sept ans à sa nomination puisque Eretna meurt en 1352. En revanche si l’on suppose que c’est son successeur Giyaseddin Mehmed qui lui donne cette charge il peut avoir jusqu'à 20 ans au moment de sa nomination.
  18. Kazabad actuellement Pazar dans la province de Tokat en Turquie.
  19. Janine et Dominique Sourdel, op. cit., « Eretnides », p. 269
  20. Liste établie d'après (en) Clifford Edmund Bosworth, op.cit. (lire en ligne), « The Eretna Oghulları », p. 234