Emmanuel Faye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Emmanuel Faye (né en 1956) est un philosophe français, professeur à l'Université de Rouen. Ses recherches portent sur la philosophie française et allemande des Temps modernes et sur la philosophie politique contemporaine – critique du Totalitarisme national-socialiste et de Heidegger[1]. Il est le fils de l'écrivain et philosophe Jean-Pierre Faye.

Recherches[modifier | modifier le code]

Emmanuel Faye s'est consacré à la philosophie de la Renaissance (Nicolas de Cues, Charles de Bovelles, Michel de Montaigne) et de l'âge classique (René Descartes et le Cartésianisme). Il a découvert à la Bibliothèque humaniste de Sélestat un écrit inédit de Charles de Bovelles: «Sapiens est qui se fecit hominem », par lequel s'effectue la transition de la philosophie de l'esprit illustrée par Nicolas de Cues à une philosophie de l'homme[2]. Faye s'est élevé contre les interprétations trop scolastiques et théologisantes de Descartes, en montrant que sa pensée de la perfection de l'homme s'inscrit dans la continuité des philosophes humanistes de la Renaissance[3].

S'appuyant sur deux séminaires inédits, il considère que les fondements de l'œuvre de Martin Heidegger sont trop radicalement ancrés dans le national-socialisme pour constituer une philosophie, mais correspondent à un « racisme ontologisé »[4]. La publication, en 2005, de son Heidegger, l'introduction du nazisme dans la philosophie a suscité une discussion internationale[5] et de nouvelles recherches[6]. En 2006, il a appelé dans Le Monde à l'ouverture des Archives Heidegger à tous les chercheurs. Il a récemment été interviewé dans Die Zeit sur la vision du monde antisémite de Heidegger à propos de la publication annoncée de ses "Cahiers noirs"[7].

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

En 2009, Heidegger. The Introduction of Nazism into Philosophy (Yale University Press) a reçu le prix du livre de l’année pour la philosophie (ForeWord Award)[8].

En 2011, Emmanuel Faye a été reçu docteur honoris causa de l'Académie Brésilienne de Philosophie[9].

Ouvrages publiés[modifier | modifier le code]

Monographies:

  • Philosophie et perfection de l'homme. De la Renaissance à Descartes, Paris, Librairie J. Vrin, « Philologie et Mercure » 1998 ISBN 2-7116-1331-3.
  • Heidegger, l'introduction du nazisme dans la philosophie : autour des séminaires inédits de 1933-1935, Paris, Albin Michel, Idées 2005. ISBN 2-226-14252-5 (réédition: Livre de Poche, 2007 ISBN 978-2-253-08382-5 avec une préface inédite et la bibliographie des premières recensions du livre).

Ouvrages collectifs:

  • Heidegger, le sol, la communauté, la race, collection "Le grenier à sel", Paris, Beauchesne, 2014.
  • Descartes et la Renaissance, Paris, Champion, 1999 ISBN 2-7453-0132-2.
  • Cartésiens et augustiniens au XVIIe siècle, Corpus, revue de philosophie, no 37, 2000.
  • Chemins de la pensée médiévale, Études offertes à Zénon Kaluza, éd. par P.J.J.M. Bakker en coll. avec E. Faye et C. Grellard, Textes et études du Moyen Âge, 20, Turnout, Brepols, 2002.
  • Descartes, des principes aux phénomènes, (avec J.-P. Cléro), Armand Colin, collection "Recherches", 2012.
  • Rouen, 1662, Montaigne et les Cannibales, (avec J.-C. Arnould), Cérédi, collection "Actes de colloques et Journées d'études", 2013, consultable sur: http://ceredi.labos.univ-rouen.fr/public/?rouen-1562-montaigne-et-les.html.

Édition de textes:

  • Antoine Arnauld, Examen d'un écrit qui a pour titre : Traité de l'essence du corps, et de l'union de l'âme avec le corps, contre la philosophie de M. Descartes, Corpus des œuvres de philosophie en langue française, Paris, Fayard, 1999.
  • René Descartes, La Recherche de la Vérité par la lumière naturelle, le Livre de Poche, collection "Classiques de la philosophie", traduction et notes par E. Faye, précédée d'un essai introductif: L'invention cartésienne de la conscience, Paris, Librairie Générale Française, 2010 ISBN 978-2-253-06760-3.

Principales études traduites[modifier | modifier le code]

Anglais:

  • "The First Metaphysical Thoughts of Bovelles in 1504, Harbingers of the Book of the Wise", Intellectual History Review, 21/3 (2011), 267-279.
  • "The Cartesianism of Desgabets and Arnauld and the Problem of the Eternal Truths", Oxford Studies in Early Modern Philosophy, Daniel Garber and Steven Nadler (éd.), Oxford, Clarendon Press, vol.II, 2005, p. 193-209.
  • René Descartes (1596-1650), Dictionary of Seventeenth-Century French Philosophers, éd. par Luc Foisneau (éd.), Thoemmes-Continuum, London/New York, 2008, p. 339-346.
  • Heidegger. The Introduction of Nazism into Philosophy in Light of the Unpublished Seminars of 1933-1935, Translated by Michael B. Smith, Foreword by Tom Rockmore, Yale University Press, 2009, 436 p. FW Award: Book of the year 2009 for Philosophy.
  • "The Political Motivations of Heidegger's anti-Cartesianism", Insiders and Outsiders in Seventeenth-Century Philosophy, G.A.J. Rogers, Tom Sorell and Jill Kray (eds.), Routledge Studies in Seventeenth-Century Philosophy, New York-London, 2010, p. 177-191.
  • "Subjectivity and Race in Heidegger's Writings", Philosophy Today, vol. 55, no 3, Fall 2011, p. 268-281.
  • "Being, History, Technology and Extermination in the Work of Heidegger", Journal of the History of Philosophy, vol.50, no 1 (2012), 111-130

Allemand:

  • Heidegger. Die Einführung des Nationalsozialismus in die Philosophie. Im Umkreis der unveröffentlichten Seminare zwischen 1933 und 1935, avec une postface inédite à l'édition allemande, Matthes & Seitz, Berlin, 2009.
  • "Der Nationalsozialismus in der Philosophie: Sein, Geschichtlichkeit, Technik und Vernichtung in Heideggers Werk", Philosophie im Nationalsozialismus, Hans Jörg Sandkühler (éd.), Hambourg, Felix Meiner Verlag, 2009, p. 133-155.
  • "Heidegger gegen alle Moral", Moralität des Bösen, Ethik und nationalsozialistische Verbrechen, Jahrbuch 2009, Fritz Bauer Institut, Werner Konitzer, Raphael Gross (Hg.), Campus Verlag, Frankfurt, New York, 2009, p. 210-231.
  • "Nationalsozialismus und Totalitarismus bei Hannah Arendt und Aurel Kolnai", Doppelte Vergangenheitsbewältigung und die Singularität des Holocaust, L. Scherzberg (éd.), Saarbrücken, Universaar, 2012, p. 61-82.

Italien:

  • Heidegger. L'introduzione del nazismo nella filosofia, Roma, L'Asino d'oro edizioni, 2012.
  • "I fondamenti nazisti dell'opera di Heidegger", Rivista di filosofia, no 3/2006, p. 439-456.
  • "Soggettività e razza negli scritti di Heidegger", Rivista di filosofia, no 1/2012, p. 69-90.

Espagnol:

  • Heidegger. La introduccion del Nazismo en la filosofia. En torno a los seminarios ineditos de 1933-1935, Madrid, Akal, 2009.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. http://eriac.net/author/emmanuel-faye/
  2. "Nicolas de Cues et Charles de Bovelles dans le manuscrit "Exigua pluvia" de Beatus Rhenanus", AHDLMA, Vrin, 1998, p.415-450.
  3. "Descartes et les philosophes français de la Renaissance", Conférence et Discussion, avec Jean-Marie Beyssade, Jean-Claude Margolin, Geneviève Rodis-Lewis, etc.,  L'Enseignement philosophique, n°4/1999, pp.27-71, consultable sur: http://www.appep.net/articles_confs/faye01.pdf.
  4. Heidegger : Sa vision du monde est clairement antisémite, Emmanuel Faye, lemonde.fr, 28 janvier 2014
  5. Voir notamment les interventions de Michèle Cohen-Halimi, Jean-Michel Salanskis et Philippe Lacoue-Labarthe dans Le Magazine littéraire, juin 2005, la discussion avec Herman Philipse, Donald Ipperciel et Sonia Sikka dans Dialogue. Revue canadienne de philosophie, Hiver 2008, p.141-179, et celle par Arnau Pons, Manuel Carbonell et Joan Ramon Resina dans la revue catalane L'Espill, n°32, 2009, 82-131.
  6. Voir par exemple Julio Quesada, Heidegger, de camino al Holocausto, Madrid, Biblioteca Nueva, 2008
  7. https://www.academia.edu/5640068/Die_Kronung_der_Gesamtausgabe_Interview_published_by_Die_Zeit_27.12.2013_on_Heidegger_the_Black_Books_and_the_Complete_Works
  8. http://yalepress.yale.edu/book.asp?isbn=9780300120868
  9. http://www.filosofia.org.br/nazistaemmanuel.html

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]