Edward Bouverie Pusey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pusey.
Edward Bouverie Pusey

Edward Bouverie Pusey (né le 22 août 1800 et décédé le 16 septembre, 1882), était un ecclésiastique anglais, Regius Professor d'hébreu à Christ Church (Oxford) et un des maîtres à penser du Mouvement d'Oxford.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est né dans le village de Pusey alors dans le Berkshire, de Philip Bouverie, cadet du Vicomte Folkestone. Il fit ses études à Eton College puis à Christ Church à Oxford. Il devint Fellow du Oriel College en 1824 où il rejoignit John Henry Newman et John Keble.

De 1825 à 1827, il étudia les langues orientales et la théologie allemande à l'Université de Göttingen. En 1827 il se marie[1]. Sa première publication, en 1828 était une réponse à des conférences de Hugh James Rose à l'Université de Cambridge sur les tendances rationalistes de la théologie allemande. Il y exprimait déjà une grande sympathie pour le piétisme allemand qui s'efforçait de sauver le Protestantisme de sa décadence. Mais, on interpréta son texte comme rationaliste aussi. Il dut publier une réfutation en 1830.

En 1828, il fut nommé par le Premier ministre Wellington Regius Professor d'hébreu à Christ Church. En 1830 il offre les œuvres complètes d'Athanase d'Alexandrie, qui appartenaient à Bossuet, à son ami John Henry Newman[2].

À la fin de 1833, il se rapprocha de ses collègues qui avaient publié les premiers Tracts for the Times, mais il ne rejoignit officiellement le « Mouvement d'Oxford » que vers 1835-1836 quand il publia lui aussi un Tract sur le baptême et créa la « Bibliothèque des Pères ». Il commença à étudier les Pères de l'Église et les écrits des prêtres anglicans qui avaient maintenu les traditions pré-Réforme. Il fit un prêche en mai 1843 sur l'Eucharistie qui rappelait ces traditions qui avaient alors plus ou moins disparu. Cela fit un tel scandale qu'il fut interdit de prêche pendant deux ans. L'effet immédiat fut que son sermon se vendit à 18 000 exemplaires, faisant de Pusey une des personnes les plus influentes de l'Église anglicane, à travers ses livres et ses sermons défendant le courant High Church. Ses sermons « The Entire Absolution of the Penitent » en 1846 ramenèrent la pratique de la confession dans l'anglicanisme par exemple.

Pusey se trouva alors à participer à toutes les controverses théologiques et universitaires de son temps : la controverse Gorham en 1850, la réforme d'Oxford en 1854, le procès contre les auteurs des Essays and Reviews en 1863 et surtout Benjamin Jowett, la réforme du mariage ou la controverse Farrar sur le châtiment éternel en 1877.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Notices d’autorité : Fichier d’autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Bibliothèque nationale de France • Système universitaire de documentation • Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei • WorldCat
  • James Harrison Rigg, Character and Life-Work of Dr Pusey (1883)
  • B. W. Savile, Dr Pusey, an Historic Sketch, with Some Account of the Oxford Movement (1883)
  • Life of Edward Bouverie Pusey par Henry Parry Liddon (5 vols, 1893-1899)
  • Newman's Apologia
  • Geck, Albrecht (Hg.), Autorität und Glaube. Edward Bouverie Pusey und Friedrich August Gottreu Tholuck im Briefwechsel (1825 - 1865). Teil 1-3: in: Zeitschrift für Neuere Theologiegeschichte 10 (2003), 253-317; 12 (2005), 89-155; 13 (2006), 41-124.
  • Geck, Albrecht, Edward Bouverie Pusey. Hochkirchliche Erweckung, in: Neuner, Peter/Wenz, Gunter (Hgg.), Theologen des 19. Jahrhunderts. Eine Einführung, Darmstadt 2002, 108-126.
  • Geck, Albrecht, « Friendship in Faith. E.B. Pusey (1800-1882) und F.A.G. Tholuck (1799-1877) im Kampf gegen Rationalismus und Pantheismus - Schlaglichter auf eine englisch-deutsche Korrespondenz », in Pietismus und Neuzeit 27 (2001), 91-117.
  • Geck, Albrecht, « The Concept of History in E.B. Pusey’s First Enquiry into German Theology and its German Background », in The Journal of Theological Studies, NS 38/2, Oxford 1987, 387-408.

Source[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Louis Bouyer, Newman sa vie sa spiritualité, préface du cardinal Jean Honoré, Paris, Éditions Cerf,‎ février 2009, 132 sur 485 p. (ISBN 978-2-204-08866-4)
  2. Louis Bouyer, Newman sa vie sa spiritualité, préface du cardinal Jean Honoré, Paris, Éditions Cerf,‎ février 2009, 148 sur 485 p. (ISBN 978-2-204-08866-4)

Liens externes[modifier | modifier le code]