Domitien Ndayizeye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Domitien Ndayizeye (né le 2 mai 1953, Murango, province de Kayanza) est un homme politique burundais, ancien président de la République du Burundi du 30 avril 2003 au 26 août 2005.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

La prise de pouvoir de Ndayizeye est le résultat des accords d'Arusha conclus en 2000 entre la minorité tutsi et la majorité hutu à laquelle Ndayizeye appartient. Le but des accords est un retour à une situation de paix. Le gouvernement Ndayizeye est chargé, aux termes de ces accords, soutenus par les chefs d'État de la région comme le président ougandais Yoweri Museveni et le président tanzanien Benjamin Mkapa, d'organiser des élections démocratiques ainsi que de mettre en place un cadre constitutionnel qui satisfasse les deux principales ethnies du Burundi.

Présidence d'avril 2003 à août 2005[modifier | modifier le code]

Pendant 18 mois, le président était le tutsi Pierre Buyoya membre du parti UPRONA et Ndayizeye son vice-président avant que Ndayizeye accède au poste de président et le tutsi Frédéric Ngenzebuhoro faisant office de vice-président depuis le 11 novembre 2004 (en remplacement d'Alphonse Kadege).

Le manque de préparation des opérations électorales ainsi que les raids des quelques groupes armés tutsi qui ont refusé le processus de normalisation politique faisant suite aux accords d'Arusha ont forcé le report des échéances référendaire, législative et présidentielle prévues pour 2004.

Une nouvelle constitution écrite en 2004 a été soumise à référendum le 28 février 2005. La grande majorité des partis politiques, hutu comme tutsi, appelait à approuver la nouvelle constitution issue des discussions de paix et celle-ci a été approuvée avec 92 % des voix.

Après l'élection de Pierre Nkurunziza membre du CNDD-FDD au poste de président aux élections du 19 août 2005, Ndayizeye devient sénateur.

Le 21 août 2006, le Sénat lève son immunité parlementaire et Ndayizeye est arrêté pour avoir participé à la préparation d'un hypothétique coup d'État[1]. Ndayizeye est acquitté et libéré le 15 janvier 2007. L'ancien chef des Forces nationales de libération Alain Mugabarabona qui avait dénoncé Ndayizeye, clame que c'était sous la torture et à la demande du service de sécurité burundais, la Documentation nationale[2].

Le 12/09/2008 il est élu pour représenter le parti SAHWANYA-FRODEBU de Léonce Ngendakumana aux présidentielles de 2010.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Burundi's former leader arrested, BBC News, 21 août 2006
  2. (en) Court frees ex-Burundi president, BBC News, 15 janvier 2007