Dendrobate à tapirer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dendrobates tinctorius

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Dendrobate à tapirer

Classification selon ASW
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Amphibia
Sous-classe Lissamphibia
Super-ordre Salientia
Ordre Anura
Sous-ordre Neobatrachia
Famille Dendrobatidae
Sous-famille Dendrobatinae
Genre Dendrobates

Nom binominal

Dendrobates tinctorius
(Cuvier, 1797)

Synonymes

  • Rana tinctoria Cuvier, 1797
  • Calamita tinctorius Schneider, 1799
  • Dendrobates tinctorius var. daudini Steindachner, 1864
  • Dendrobates machadoi Bokermann, 1958
  • Dendrobates azureus Hoogmoed, 1969

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Statut CITES

Sur l'annexe  II  de la CITES Annexe II , Rév. du 22/10/87

Dendrobates tinctorius est une espèce d'amphibiens de la famille des Dendrobatidae[1]. En français, elle est nommée Dendrobate à tapirer ou Dendrobate teint[2].

Distribution[modifier | modifier le code]

Cette espèce se rencontre en Guyane, au Suriname, en Guyana et au Brésil en Amapá et au Pará[1],[3].

Elle vit dans la forêt tropicale humide jusqu'à 600 m d'altitude[3].

Description[modifier | modifier le code]

Dendrobates tinctorius

Les mâles mesurent de 40 à 50 mm et les femelles jusqu'à 60 mm[4].

Les couleurs de sa robe peuvent grandement varier d'une région à l'autre, allant du bleu au jaune plus ou moins maculé de noir. Sa description morphologique ne peut être aisée, car cette espèce présente une trentaine de variantes morphologiques connues. On soupçonne que cette espèce soit en fait composée d'un vaste complexe de plusieurs espèces.

Elle vit au sol mais ne dédaigne pas de grimper aux arbres pour chercher sa nourriture, et même pour déposer un têtard dans un trou d'eau[5].

Elle est connue, comme la plupart des représentants de cette famille, pour sa toxicité. Son poison très toxique est sécrété par des glandes présentes dans sa peau. Loin d'être agressive, cette grenouille n'est dangereuse que si le mucus qui la recouvre entre en contact avec une plaie ou des muqueuses. Élevée en captivité, elle perd sa toxicité. On la soupçonne donc de puiser ses toxines dans son alimentation.

Reproduction[modifier | modifier le code]

La femelle dendrobate à tapirer pond de 4 à 10 œufs dans des endroits sombres et humides comme un creux dans une racine ou le cœur d'une plante. Le mâle dépose ensuite les têtards dans l'eau, un par un.

Alimentation[modifier | modifier le code]

Dendrobates tinctorius se nourrit de petits arthropodes qui peuplent le sol et la flore basse de la forêt : collemboles, fourmis, acariens par exemple.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom d'espèce tinctorius ne provient pas de ses couleurs vives, mais d'une utilisation qu'en font certaines tribus amérindiennes : le mucus de ces grenouilles est frotté sur la peau de jeunes perroquets, à l'emplacement de plumes caudales précédemment arrachées, l'intoxication de l'épiderme provoquant la repousse de plumes anormalement colorées et appréciées pour la confection de parures. C'est ce que l'on appelle le tapirage. Ces sécrétions auraient également été utilisées par certaines tribus pour la confection de poisons de chasse ou de guerre.

Menaces et protection[modifier | modifier le code]

Cette grenouille étant protégée sur le territoire de la Guyane française, elle est, sauf autorisations spéciales, interdite de transport et de commercialisation en France.

Galerie[modifier | modifier le code]

Publication originale[modifier | modifier le code]

  • Cuvier, 1797 : Tableau élémentaire de l'histoire naturelle des animaux. (texte intégral).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]