Cursive

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour le groupe musical, voir Cursive (groupe).
Cursive grecque, VIe siècle.
Texte moderne en cursive romaine
Cursive en anglais, fin XIXe s.

La cursive est le nom donné aux graphies ayant un tracé rapide résultant de la simplification d’écritures « officielles » souvent en capitales.

Description[modifier | modifier le code]

Le terme cursif est un adjectif provenant du latin currere « courir ». La rapidité de l’écriture implique une simplification des tracés, des ligatures entre les lettres, et très souvent des abréviations. Par opposition avec l’écriture monumentale, sacrée, officielle, la cursive est l’écriture du quotidien, du commerce, de la correspondance privée. Avec le temps elle tend à s’uniformiser dans son principe, mais elle conserve toujours des particularités nationales ou régionales, et aussi individuelles.

En paléographie, l’écriture cursive se fixe principalement au cours des années 1380. C’est de cette époque que datent les « l », « h », « b » à boucle. Bien qu’il existe des exemples d’écriture cursive dans les livres avant même le début du XIVe siècle, c’est dans ces années que les formes cursives s’introduisent fortement dans les manuscrits[1].

Aujourd’hui, la cursive s’oppose à l’écriture en script, écriture manuelle qui se base sur un tracé simplifié de caractères typographiques.

L’écriture cursive actuellement pratiquée dans les pays de tradition latine, également appelée écriture courante ou « en lettres attachées », est une émanation des écritures ronde, bâtarde, ou anglaise, dépouillées de leurs pleins et déliés depuis la disparition de l’usage de la plume. En Allemagne, la Sütterlin est une écriture cursive résultant de la simplification de la cursive Kurrent précédente, elle sera enseignée jusqu’en 1941

L’écriture cursive exige à l’apprentissage de bonnes coordinations de mouvement ; mais sa sobriété laisse ensuite plus de liberté à la personnalisation de l’écriture.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les écritures cursives livresques en France (1250-1420), Essai de paléographie quantitative, Thèse des chartes, 2011 http://theses.enc.sorbonne.fr/2011/gurrado

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]