Courbature

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les courbatures sont des douleurs musculaires généralement sans gravité, consécutives à un effort important ou suite a une infection virale (comme lors d'un syndrome grippal).

Apparition[modifier | modifier le code]

Les courbatures sont les plus douloureuses 12 à 48 heures après l'effort et durent généralement 5 à 7 jours[1].

La durée et l'intensité des courbatures varient en fonction de l'effort produit. Ainsi, après un marathon, la plupart des participants auront mal aux jambes pendant au moins deux jours.

La condition physique de la personne et son habitude à un type d'effort ou mouvement particulier est également un facteur important. Ainsi, un alpiniste entraîné aura moins de courbatures qu'un citadin sédentaire pour la même randonnée. De même, un bodybuilder habitué à travailler un muscle par certains mouvements verra survenir des courbatures s'il travaille ce même muscle par le biais d'un mouvement nouveau.

Conseils[modifier | modifier le code]

Bien qu'il ne soit pas possible d'éviter totalement les courbatures[1], leur intensité et leur durée peuvent être réduites par quelques actions comme :

  • un échauffement avant un effort
  • boire de l'eau avant, pendant, et surtout après l'effort (pendant 24 heures)[2]
  • modérer ses efforts en fonction de son entraînement
  • la chaleur favorise la récupération physique[Contradiction] (crème chauffante, bain chaud...)
  • immerger les membres sollicités quelques minutes dans de l'eau très froide[Contradiction] (moins de 15°c) après l'effort.
  • aller courir quelques minutes

En revanche, une étude australienne de 2007 tend à montrer que la réalisation d'une séance d'étirements avant ou/et après l'effort ne peut réduire significativement le risque de courbatures[3].

Causes des courbatures[modifier | modifier le code]

Lorsqu'un muscle n'est pas habitué à un exercice, à une charge, ou a subi principalement des contractions musculaires de type excentrique (réception après un saut d'un escalier par exemple), la sensation désagréable des courbatures est ressentie. Les causes sont les suivantes :

  • des petits épanchements de sang provoqués par rupture des capillaires sanguins
  • des micro-traumatismes entraînant une lyse des cellules musculaires[4][réf. insuffisante].

L'acide lactique n'est pas responsable des courbatures, contrairement à ce qui est souvent expliqué. Ce dernier disparaît environ une heure après l'effort, soit bien avant l'apparition des courbatures[1],[5]. Il ne peut donc être tenu pour responsable des dommages infligés aux fibres musculaires, ni donc des courbatures, surtout si l'on prend en compte le fait que les contractions musculaires de type excentrique – dont on sait qu'elles sont celles qui occasionnent le plus de courbatures – s'accompagnent d'une production quasi nulle d'acide lactique.

L'effet bénéfique du massage thérapeutique sur les courbatures pourrait être dû à l'action inhibitrice de celui-ci sur la production de cytokines telles le TNF-α et l'interleukine-6 par les macrophages[6]. Cette découverte suggère que le système immunitaire est à l'origine des courbatures.

Les courbatures peuvent aussi être dues à une infection virale : la grippe, une hépatiteetc. Les courbatures surviennent souvent lors d'un syndrome grippal, de maladies rhumatismales surtout à leur début, ou encore lors d'affections hormonales (thyroïdienne...)[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Pascal Prevost, « Courbatures », sur Sciensport,‎ 2006 (consulté le 8 janvier 2008)
  2. http://www.lebardessciences.com/2010/02/pourquoi-a-t-on-des-courbatures/
  3. Pierre Lefrançois, « Qui s'étire n'a pas moins mal », sur PasseportSanté.net, PasseportSanté.net,‎ 25 octobre 2007 (consulté le 10 juin 2008)
  4. (en) Hagerman FC, Hikida RS, Staron RS, Sherman WM et Costill DL. « Muscle damage in marathon runners » Physician and sports medicine 1984 12 39-28.
  5. (en) Freund H, Gendry P. « Lactate kinetics after short strenuous exercise in man » Eur J Appl Physiol Physiol. 1978.
  6. (en) Crane JD, Ogborn DI, Cupido C, Melov S, Hubbard A, Bourgeois JM, Tarnopolsky MA., « Massage therapy attenuates inflammatory signaling after exercise-induced muscle damage », Sci Transl Med., vol. 4, no 119,‎ 2012, p. 119ra13. (PMID 22301554, DOI 10.1126/scitranslmed.3002882, lire en ligne)
  7. Dr Nicolas Evrard, « Les courbatures - Maladies - Santé AZ », sur sante-az.aufeminin.com, sante-az.aufeminin.com,‎ 7 juillet 2008 (consulté le 17 septembre 2009)