Sainte-Geneviève (Montréal)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sainte-Geneviève.

45° 29′ 06.1″ N 73° 51′ 53.3″ O / 45.485028, -73.864806

Sainte-Geneviève est un ancien village de l'ouest de l'île de Montréal. Sainte-Geneviève est rattachée depuis le 1er janvier 2006 à l’arrondissement L'Île-Bizard–Sainte-Geneviève de la Ville de Montréal. Elle a été nommée en l'honneur de Sainte Geneviève.

Histoire[modifier | modifier le code]

Antoine Faucon, père de Saint-Sulpice, participe à la construction de la première église de l'histoire du village. Pour être reconnu paroisse, le village doit recevoir deux reconnaissances: la canonique et la civile. Celles-ci lui sont données en 1834 et 1843. Une autre proclamation, celle du 9 juin 1859, crée la municipalité du Village de Sainte-Geneviève. Cent ans plus tard, soit en 1959, celle-ci reçoit le nom de Ville Sainte-Geneviève.

Château Pierrefonds

La ville de Sainte-Geneviève englobait lors de sa fondation au XVIIIe siècle le territoire des villes de Roxboro et de Dollard-Des Ormeaux. Elle englobait aussi la Ville de Pierrefonds, elle-même ancienne ville autonome de l’île de Montréal qui a été englobée à la Ville de Montréal en 2002 lors de fusions organisées par le gouvernement du Parti québécois. En 1904, après plusieurs divisions successives, la ville de Sainte-Geneviève fut séparée en deux nouveaux villages : Sainte-Geneviève et Sainte-Geneviève-de-Pierrefonds.

Au cœur du conflit ayant mené à la séparation du village se trouvait le célèbre notaire Joseph-Adolphe Chauret, qui, en 1902, fit construire une résidence seigneuriale lui rappelant un peu son passage dans la commune de Pierrefonds en France, dans le département de l'Oise. Il a baptisé sa maison couverte de chaume le «Château Pierrefonds». Curieusement, en 1935, les deux villages de Sainte-Geneviève et Sainte-Geneviève-de-Pierrefonds furent de nouveau fusionnés et redevinrent pour un temps le village de Sainte-Geneviève. Le nom de Pierrefonds disparut alors jusqu’à sa réapparition en 1958, date de fondation de Pierrefonds.

Vitrail de l'époque de la Renaissance représentant sainte Geneviève, patronne de la ville (il se trouve à Saint-Julien en France)

Politique[modifier | modifier le code]

En 2002, Sainte-Geneviève a été fusionnée avec la Ville de Montréal. En 2005 après un référendum, Sainte-Geneviève a décidé de demeurer à l'intérieur de la ville de Montréal, en même temps que l'Île-Bizard. Ensemble, ils forment l'arrondissement de L'Île-Bizard–Sainte-Geneviève.

Une seule femme, Suzanne Marceau, a été élue conseillère au cours des 250 ans d'existence de la ville de Sainte-Geneviève.

Géographie[modifier | modifier le code]

En 2001, sa population était de 3 278 habitants.

Le village est situé sur l'île au Nord-Ouest de Montréal, il sert de point d'accès à l'Île-Bizard. On peut s'y rendre en prenant l'autoroute transcanadienne 2-40 jusqu'au boulevard St-Charles, puis en prenant le boulevard St-Charles vers le Nord jusqu'au boulevard Gouin. La promenade sur le boulevard Gouin est renommée et de nombreux artisans et antiquaires y font commerce.

Éducation[modifier | modifier le code]

Architecture[modifier | modifier le code]

Côté architecture, l'église actuelle est à noter. La valeur architecturale de Sainte-Geneviève se retrouve au niveau de son organisation urbaine très particulière et surtout étrangement bien conservée depuis sa fondation.

Deux édifices ont été classés par le ministère de la culture du Québec monuments patrimoniaux :

  • Maison D'Ailleboust-de-Manthet
  • Maison Montpellier-dit-Beaulieu

Liens externes[modifier | modifier le code]