Chotoku Kyan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kyan.
Kyan Chotoku

Chotoku Kyan (Kyan Chōtoku, 1870-1945) est né à Shuri en décembre 1870 (un quartier de l'actuelle Naha, Okinawa) comme Gichin Funakoshi. C'est l'un des maîtres de karaté les plus connus d'Okinawa.

Sa jeunesse[modifier | modifier le code]

Chotoku était le troisième fils de Chofu Kyan, le chamberlain du dernier roi d'Okinawa. Jeune d'une constitution très faible, il pratiquait d'une façon intensive avec son père.

Le karaté de Kyan Chotoku Sensei[modifier | modifier le code]

Il fut initié au karaté par son père, qui put l'introduire auprès de Sokon Matsumura, le père du Shorin-ryu et sensei du célèbre Itosu (qui modifia tous les kata transmis par Sokon Matsumura !). Il s'entraîna également avec Kōsaku Matsomora (du Tomari-te à ne pas confondre avec le précédent) qui lui permit d'étudier le vieux Passaï, kata transmis par Peichin Oyodomari.

Ce vieux Passaï est toujours pratiqué grâce à Nakasato Joen Sensei et Zenryo Shimabukuro (1908-1969) à Okinawa, dont la version diffère assez de celle de Nagamine, influencé par Itosu. Il est à noter que ces 2 grands maîtres sont peu connus en Occident, mais il est probable que leurs kata soient plus proches des origines du Shurite, que ceux de maîtres bien plus connus qui ont tous subi l'influence de maître Itosu.

Il se dit (mais ce n'est pas prouvé) qu'il s'entraîna en même temps que Funakoshi Gichin (le fondateur du Shotokan) chez Sokon Matsumura.

Avec Sōkon Matsumura il apprit les kata Seisan et Gojushiho, kata qui sont proches de ceux enseignés en Shotokan.

Avec Kōsaku Matsomora, il apprit l'ancienne version de Passai, Chinto (Gankaku en Shotokan). Il apprit Kusanku (Kanku dai) avec Chatan Yara qui fut le disciple interne de Kushanku. Yara resta fidèle à son maître (mais ne fut jamais très connu) et transmis ce vieux kata tel quel à Chotoku Kyan qui lui le transmit aussi sans modification à Nakazoto Joen et Zenryo Shimabukuro. Encore une fois, cette version diffère de celle de Nagamine Sensei qui est pris souvent en référence pour les vieux kata..

Les kata transmis par Chotoku Kayn sont donc :

  • Shurite : Seisan (Hangetsu) et Gojushi ho ;
  • Tomarite : Wanshu (Empi), Passai (Bassai DAi), Kushanku (Kanku dai), Chinto (Gankaku).

Il a ajouté le kata Ananku, enseigné par son père et qui viendrait de Taïwan.

Il rajouta le kata de Bô, Tokumine no Kun, mais les avis divergent sur le fait que Chotoku Kyan l'ait appris de Tokumine lui-même.

Il est presque certain que le karaté de Kyan Chotoku Sensei reste l'un des plus fidèles au karaté d'origine pratiqué au XIXe siècle à Okinawa. (Dento Okinawa Karate).

Redoutable combattant, de petite taille, il développa un karaté basé sur les esquives (Tai Sabaki). À une époque où les défis étaient courants, il n'a parait-il jamais été battu. Son surnom Chan mi gua est resté célèbre à Okinawa. Il donna le nom de sukunai - hayashi-ryû à son style de karate.

La fin de sa vie[modifier | modifier le code]

À l'âge de 72 ans, il pratiquait encore et fit une démonstration impressionnante pour l'inauguration du dojo de Shōshin Nagamine Sensei. Homme d'un grand cœur, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, ayant survécu à la bataille d'Okinawa, il donnait toute sa nourriture aux enfants vivant autour de lui. Il décéda donc en 1945 à l'âge de 75 ans de malnutrition.

Ses élèves, son héritage en karaté[modifier | modifier le code]

Outre Shōshin Nagamine, qu'il considère comme son successeur, ses deux élèves les plus fidèles sont : Zenryo Shimabukuro (1908-1969) et Joen Nakazato (1922-). Eux seuls essayèrent de transmettre sans le modifier le karaté de Kyan Chotoku.

Joen Nakazato a créé en 1954 le Shorinji ryu (pour le différencier du Shorin-ryu dont il est issu). Il enseigne les 9 katas appris avec Chotoku Kyan.

Au Japon, l'école de Chotoku Kyan perdure grâce à Yoshitoshi Sato qui a étudié avec Zenryo Shimabukuro et Joen Nakazato. Il a lui-même fondé en 1994, le Seishinkan Karate (le karaté du cœur sincère) afin de préserver cet héritage.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]