Chant du cygne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Chant du cygne.
Le Chant du cygne, gravure de 1655

Le chant du cygne (en grec ancien κύκνειον ᾆσμα / kúkneion âisma) désigne la plus belle et dernière chose réalisée par quelqu’un avant de mourir. En art, il s'agit donc de la dernière œuvre remarquable d’un poète ou d’un artiste.

Légende[modifier | modifier le code]

D’après la légende, un cygne muet, sentant venir sa mort, chanta pour la première fois une mélodie de la manière la plus merveilleuse qui soit.

Le philosophe grec Socrate l'évoque au moment de mourir, selon le Phédon de Platon.

Cette légende est infirmée par Pline l'Ancien dans son Histoire naturelle :

« On dit qu'au moment de mourir les cygnes font entendre un chant admirable ; erreur, je pense : c'est du moins ce qui résulte pour moi de quelques expériences.
olorum morte narratur flebilis cantus, falso, ut arbitror, aliquot experimentis. »

— Pline l’Ancien, L'Histoire naturelle, livre X, chapitre XXXII, traduction sur le site de Philippe Remacle

Œuvres[modifier | modifier le code]

The silver Swan, who living had no Note,
when Death approached, unlocked her silent throat.
Leaning her breast upon the reedy shore,
thus sang her first and last, and sang no more:
"Farewell, all joys! O Death, come close mine eyes!
"More Geese than Swans now live, more Fools than Wise."

Utilisation[modifier | modifier le code]

Au sens figuré, le terme est employé pour indiquer que l’on va prendre congé de personnes avec qui une période de temps a été partagée.

Cette expression s’applique également aux personnages politiques dont on sent qu’ils veulent réaliser une dernière grande action avant la fin de leur carrière.

Voir aussi[modifier | modifier le code]