Château de Rožmberk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Rožmberk
Image illustrative de l'article Château de Rožmberk
Château de Rožmberk
Nom local Hrad rozmberk
Période ou style Style Renaissance
Début construction XIIIe siècle
Propriétaire initial Venceslas II
Coordonnées 48° 39′ 25″ N 14° 22′ 10″ E / 48.65694, 14.3694448° 39′ 25″ Nord 14° 22′ 10″ Est / 48.65694, 14.36944  
Pays Drapeau de la République tchèque République tchèque
Région historique Bohême-du-Sud
Ville Český Krumlov

Géolocalisation sur la carte : République tchèque

(Voir situation sur carte : République tchèque)
Château de Rožmberk

Le château de Rožmberk (en allemand Burg Rosenberg) est situé près de Český Krumlov en Bohême (République tchèque).

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention de l'édifice remonte à la mi-XIIIe siècle sous le règne de Venceslas II. Les Rosenberg (Rožmberk en tchèque), propriétaires du château, régnèrent sur cette région jusqu’en 1611[1].

Le château fut restauré en style Renaissance au milieu du XVIe siècle par Guillaume de Rosenberg (Vilém Rožmberk en tchèque) qui avait été nommé burgrave suprême en 1570. Après sa mort, en 1592, son frère Pierre le vendit à l’empereur Rodolphe II.

Il devint la propriété du comte Charles Bonaventure de Buquoy après la bataille de la Montagne Blanche. Et cette même famille Buquoy donnera l'apparence finale au château au cours du XIXe siècle.

Il est devenu ensuite un couvent pour dames nobles dont la fille de l’impératrice Marie-Thérèse fut la première abbesse.

De 1919 à 1989, il a été loué au ministère de l'intérieur et réaménagé en divisant les pièces et construisant de faux plafonds, ce qui a préservé les fresques.

Architecture[modifier | modifier le code]

Le château de Rožmberk est constitué de deux châteaux-forts, l'un médiéval et l'autre Renaissance.

Le château médiéval du XIIIe siècle a quasiment disparu et il n'en reste que la tour Saint-Jacques (Jakobínka), en très mauvais état.

Le palais Renaissance, à quatre ailes autour d'une cour entourée de galeries avec arcades, a été construit de 1545 à 1574, à l’emplacement d’anciennes fortifications. Les façades étaient richement ornementées. Il possédait des tours polygonales et un jardin d'agrément.

Au XVIIIe siècle, le palais a subi des remaniements baroques selon les projets de l’architecte Nicolo Paccassi.

La partie Renaissance a été rénovée au XIXe siècle par les Buquoy en résidence romantique néogothique, mais les agencements intérieurs n'ont pas été modifiés.

La façade est austère, plus celle d'une forteresses que celle d'un palais. L'entrée du château donne sur l’escalier Tudor orné d'armoiries qui représentent une rose à cinq pétales, emblème des Rosenberg/Rožmberk.

La chapelle de la Sainte-Trinité, édifiée en 1755 et entièrement cachée sous les éléments de construction rajoutés, est ornée de peintures. « Les fresques, œuvre du peintre Jan Petr Molitor, représentent la Sainte Trinité et l'Immaculée Conception de la Vierge Marie. Le même motif se répète sur l’autel peint en trompe-l’œil sur le mur nord et, de même, le reste des murs est orné de fenêtres en trompe-l’œil. » selon ladescription de Petr Měchura, conservateur du patrimoine[2]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]