Château de Luc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Luc
Image illustrative de l'article Château de Luc
Le château surmonté de la Vierge depuis 1878
Propriétaire initial Seigneurs de Luc
Protection  Inscrit MH (1986)[1]
Coordonnées 44° 39′ 09″ N 3° 53′ 21″ E / 44.6525, 3.88917 ()44° 39′ 09″ Nord 3° 53′ 21″ Est / 44.6525, 3.88917 ()  
Pays Drapeau de la France France
Région historique Gévaudan
Région Languedoc-Roussillon
Département Lozère
Commune Luc

Le château de Luc est un château féodal situé à Luc en Lozère, dans l'ancienne province du Gévaudan. Il est aujourd'hui en ruine, mais depuis 1978, remis en valeur, par une association de sauvegarde, les Amis du château de Luc.

Situation[modifier | modifier le code]

Ce château est situé sur la commune de Luc, en Lozère, ancien village frontière entre le Vivarais et le Gévaudan, position très stratégique, gardienne de la voie Regordane, ce chemin très emprunté, en autres, par les pèlerins de Saint Gilles.

Dominant la vallée de l'Allier, construit sur un emplacement celtique, au pied de la forêt de Mercoire, il voit, non loin de là, le massif du Tanargue.

Histoire[modifier | modifier le code]

Vue générale
Un des murs en ruine

Le château est tout d'abord une possession des seigneurs de Luc, devenus par le biais de mariages, liés aux barons de Randon (installés près de Rieutort-de-Randon puis au Châteauneuf-de-Randon), l'une des huit baronnies du Gévaudan. Sa construction remonte au XIIe siècle, sur un ancien site celtique[2]

Il devient ensuite une possession des Polignac, bien que certaines parties dépendent de seigneurs voisins (une tour aux Agrain des Hubacs, une autre aux Bourbal de Choissinet).

En 1380, durant la guerre de Cent Ans, il est assiégé par une bande de routiers. Les habitants réfugiés là seront secourus par dix gentilshommes des alentours[3]. Ils sont emmenés par trois seigneurs, dont Béraud d'Agrain des Ubas.

Durant les guerres de religion du XVIe siècle, une garnison est installée là pour protéger cette partie du Gévaudan. Le château est ensuite détruit après 1630 sur la demande de Richelieu, comme il sera fait de celui de Châteauneuf-de-Randon et de Grèzes.

En 1878, le donjon est transformé en chapelle et la statue de la Vierge Marie présente encore à son sommet est alors installée.

Les ruines du château ont été inscrites monument historique le 10 février 1986[1].

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internes[modifier | modifier le code]

Sources et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Château de Luc », base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. (fr) jedecouvrelafrance.com
  3. Félix Buffière, Ce tant rude Gévaudan [détail des éditions], tome I, p. 350