Cathédrale de Saint Andrews

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cathédrale de Saint Andrews
Image illustrative de l'article Cathédrale de Saint Andrews
Ruines de la cathédrale de Saint Andrews
Présentation
Nom local St Andrews Cathedral
Début de la construction 1158
Style dominant Architecture normande
Géographie
Pays Écosse Écosse
Région Fife
Commune Saint Andrews
Coordonnées 56° 20′ 23″ N 2° 47′ 19″ O / 56.339697, -2.78854756° 20′ 23″ Nord 2° 47′ 19″ Ouest / 56.339697, -2.788547  

Géolocalisation sur la carte : Écosse

(Voir situation sur carte : Écosse)
Cathédrale de Saint Andrews
Ruines de la nef de Saint Andrews.
Vue depuis le sommet de la tour de saint Régulus.

La cathédrale de Saint Andrews est un ancien lieu de culte écossais de Saint Andrews qui fut le siège de l’épiscopat, puis de l’archevêché de Saint-Andrews de sa fondation en 1158 jusqu’à sa tombée en désuétude à la suite de la Réforme protestante. Ses ruines de plus de 100 mètres de haut montrent la grande taille de cet édifice, actuellement sous la tutelle des Monuments historiques écossais, qui fut, un temps, le plus haut bâtiment d’Écosse.

Historique[modifier | modifier le code]

Construite en style normand, la cathédrale de Saint Andrews a été fondée pour fournir plus de place que l’ancienne église de Saint-Régulus, autrefois située sur le site actuel de la cathédrale dont seules subsistent aujourd’hui la tour carrée de 33 mètres de hauteur et le chœur de très petite proportion. Sur un plan de la ville d’environ 1530, un chœur apparaît, et les scellés apposés aux chartes de la ville et de l’université représentent d’autres édifices. À l’est, un site religieux encore plus ancien, l’église Sainte-Marie sur le Rocher, la maison Culdee qui est devenue une collégiale.

Commencés en 1158, les travaux de la nouvelle cathédrale se poursuivirent plus d’un siècle. L’extrémité ouest, abattue par une tempête, fut reconstruite de 1272 à 1279. Elle fut consacrée le 5 juillet 1318, lors d’une cérémonie devant le roi Robert Ier. Lorsqu’elle était en état, elle comportait, outre une tour centrale, six tourelles d’une hauteur de 30 mètres, dont deux demeurent à l’est et l’une des deux à l’extrémité ouest. Après la destruction partielle de la cathédrale par un incendie en 1378, sa restauration et son embellissement furent complétés en 1440. En 1559, la cathédrale fut dépouillée de ses autels et de ses images.

XVIe siècle[modifier | modifier le code]

Il y a apparence que vers la fin du XVIe siècle, la tour centrale s’effondra, entrainant avec elle le mur nord. Une grande partie des ruines furent ensuite emportées pour être réutilisées à des fins de construction et rien ne fut entrepris pour les préserver jusqu’en 1826, date après laquelle la cathédrale fut entretenue avec un soin scrupuleux. Une caractéristique intéressante est la découpe du plan au sol dans le gazon. Les portions principales existantes, en partie de styles normand et en partie écossais antérieur, sont les pignons est et ouest, la plus grande partie du mur sud de la nef et le mur ouest du sud du transept.

XVIIe siècle[modifier | modifier le code]

À la fin du XVIIe siècle, une partie des bâtiments du prieuré étaient encore entiers et d’autres reliquats considérables existaient, mais leurs traces ont presque toutes disparu, sauf des portions du mur du prieuré et les arches connues sous le nom de Pendants.

La tour de saint Régulus[modifier | modifier le code]

La tour de saint Régulus[1] située sur le site de la cathédrale lui est antérieure. Servant d’église du prieuré jusqu’au début du XIIe siècle, elle fut conservée afin de permettre de la poursuite du culte pendant la construction de son grand successeur. À l’origine, la tour et le chœur attenant faisaient partie de l’église construite au XIe siècle pour abriter les reliques de saint André. La nef, avec deux tourelles ouest, et l’abside de l’église ne sont plus debout. L’aspect original de l’église est illustré sous une forme stylisée sur certains des premiers sceaux du Prieuré de la cathédrale. Construite en pierre de taille de grès gris, la tour de taille immense pour son époque, est un point de repère terrestre et marin qui se distingue de nombreux kilomètres à la ronde en offrant une vue parfaite de la ville, du port, de la mer et de la campagne environnante. Il est très probable que sa proéminence avait pour but de guider les pèlerins vers le lieu des reliques de l’Apôtre. Au Moyen Âge une flèche au sommet de la tour la rendait encore plus proéminente. Jusqu’au XVIIIe siècle, on se rendait sur la tour en montant à l’aide d’échelles entre les planchers en bois, jusqu’à l’ajout d’un escalier en colimaçon en pierre.

Références[modifier | modifier le code]

  1. La légende dit que c’est lui qui a ramené les reliques de saint André de leur emplacement d’origine à Patras en Grèce sur ce lieu.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Stewart Cruden, St Andrews Cathedral, Édimbourg, Historic Buildings and Monuments, Scottish Development Dept., 1986.
  • (en) Richard Fawcett, Sally M Foster, C J Tabraham, Historic Scotland, Edinburgh, Historic Scotland, 2003.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :