Bataille de Leuze

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Leuze
Combat de Leuze par Joseph Parrocel
Combat de Leuze par Joseph Parrocel
Informations générales
Date 18 septembre 1691
Lieu Leuze-en-Hainaut
(Belgique actuelle)
Issue Victoire française
Belligérants
Drapeau du Royaume de France Royaume de France Drapeau de l'Angleterre Royaume d'Angleterre
Drapeau des Provinces-Unies Provinces-Unies
Commandants
François-Henri de Montmorency-Luxembourg Georges Frédérick de Waldeck
Forces en présence
28 escadrons (environ 4 000 hommes) 72 escadrons (environ 12 000 hommes)
Pertes
400 morts ou blessés 1 500 à 2 000 morts ou blessés
Guerre de la Ligue d'Augsbourg
Batailles
Philippsburg · Sac du Palatinat · Baie de Bantry · Mayence · Walcourt · Fleurus · Cap Béveziers · Boyne · Staffarda · Coni · Mons · Leuze · Aughrim · La Hougue · Namur (1692) · Steinkerque · Lagos · Neerwinden · La Marsaille · Charleroi · Saint-Malo · Rivière Ter · Texel · Camaret · Bruxelles · Namur (1695) · Dogger Bank · Carthagène · Barcelone · Baie d'Hudson
Cette boîte : voir • disc. • mod.
Coordonnées 50° 36′ N 3° 37′ E / 50.6, 3.61750° 36′ Nord 3° 37′ Est / 50.6, 3.617  

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Leuze.

La bataille de Leuze a lieu le 18 septembre 1691 à Leuze-en-Hainaut, en Belgique actuelle. Ce combat d’arrière-garde est l'une des plus fameuses victoires de la cavalerie française dans la guerre de la Ligue d'Augsbourg.

Le maréchal de Luxembourg, qui se trouve à proximité de Tournai, envoie Marsilly en reconnaissance. Celui-ci lui apprend que le corps principal de l'armée alliée est en train de s'éloigner, ne laissant qu'une arrière-garde de cavalerie à Leuze (aujourd'hui Leuze-en-Hainaut).

Plan du Combat de Leuze

Persuadé que la campagne de 1691 était terminée, Guillaume III, a regagné l'Angleterre, et le prince de Waldeck prépare ses quartiers d'hiver.

Luxembourg agit immédiatement. Il envoie un détachement de la cavalerie de la Maison militaire du roi suivre les mouvements du corps principal et, avec les escadrons de Villars et de Marsilly, attaque sans avertissement. N'utilisant que leurs épées, les cavaliers d’élite chargent la cavalerie alliée pourtant bien supérieure en nombre mais qui, par manque d'espace, ne peut se déployer. On voit ainsi un escadron se partager en trois pour affronter trois escadrons ennemis, et les battre. Cette troupe d’élite ne se désunit jamais, malgré les pièges du terrain irrégulier, et garde ainsi toujours un avantage sur ses adversaires[1].

Au cœur de l'action, Luxembourg doit défendre chèrement sa personne. La bataille ne dure que 2 heures et se termine par une victoire des Français. La cavalerie alliée ne doit son salut qu'a l'intervention de renforts envoyés par Waldeck. Cependant, la cavalerie française paie cher son attaque en infériorité numérique : les gardes perdent le tiers de leurs effectifs, les chevau-légers le quart[1].

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Frédéric Chauviré, « La Maison du Roi sous Louis XIV, une troupe d’élite. Étude tactique » Revue historique des armées, 255 | 2009, mis en ligne le 14 mai 2009. Consulté le 16 août 2010