Badiane japonaise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Badiane.

La badiane japonaise (Illicium anisatum), également appelée « anis étoilé japonais », faux badianier ou badianier du Japon et anciennement Illicium religiosum Sieb. est un arbre de la famille des Illiciacées originaire de Chine (malgré son nom).

Cet arbuste, sacré pour les bouddhistes, fut introduit au Japon et planté près des temples. Il fut considéré par les premiers voyageurs comme une variété peu aromatique du Badianier de Chine.

Description[modifier | modifier le code]

C'est un arbuste de quatre à cinq mètres de haut, à feuilles lancéolées, elliptiques, luisantes en dessus, vert pâle en dessous, à fleurs brillantes.

Les fruits sont des follicules inégaux à bord supérieur ondulé.

Toxicité[modifier | modifier le code]

Semblable à la badiane chinoise, elle est cependant toxique et donc non comestible.

La badiane japonaise ressemble beaucoup à la badiane chinoise (Illicium verum), mais les fruits sont plus petits et l'odeur est moins prononcée ; celle-ci se rapprocherait plus de celle de la cardamome que de l'anis. Une fois séchés ou réduits en poudre, il est impossible de différencier visuellement les fruits de badiane japonaise de ceux de la badiane chinoise. Plusieurs cas d'intoxication suite à une contamination de badiane chinoise par la badiane japonaise ont été recensés.

La plante contient de l'anisatine, un composant aux propriétés insecticides, un alcaloïde incolore et cristallisable, de même que de la shikimine et de la shikimitoxine, qui peuvent causer de graves inflammations des reins, des voies urinaires et du système digestif.

Elle contient également du safrole et de l'eugénol, composés qui ne sont pas présents chez I. verum et qui sont utilisés pour détecter la contamination des lots d'anis étoilé.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Au Japon, la badiane japonaise est brûlée comme encens. Elle y est appelée shikimi (シキミ?), d'où est à l'origine du nom de l'acide shikimique,

Bien que toxique et donc non utilisable en usage interne, la badiane japonaise est utilisée en médecine chinoise pour traiter certains problèmes de peau. Ses feuilles ont été utilisées comme poison de pêche. Les feuilles et les fruits ont également des propriétés raticides

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :