Bébé-médicament

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Auscultation d'un nouveau-né.

Un bébé-médicament ou bébé double espoir est un enfant conçu à l'aide d'une sélection d'embryon avec un double diagnostic préimplantatoire (DPI) pour qu'il soit indemne de la maladie génétique dont souffre un frère ou une sœur et qu'il soit immuno-compatible avec lui, ce qui peut permettre la guérison de l'enfant atteint grâce à un prélèvement de sang de cordon.

Terminologie[modifier | modifier le code]

La technique a été utilisée pour la première fois en 2001 par une équipe américaine. Cette technique est appelée « saviour sibling » (frère ou sœur sauveur), dans un premier temps elle a été traduite en français par « bébé médicament » puis remplacée par « bébé double espoir »[1]. D'autres termes sont utilisés comme « bébé sauveur », « bébé docteur » ou « enfant donneur ».

Techniques[modifier | modifier le code]

La technique du diagnostic préimplantatoire permet de détecter la présence d'anomalies génétiques dans les embryons conçus après fécondation in vitro. Le diagnostic préimplantatoire est considéré comme une alternative au diagnostic prénatal qui implique en cas d'enfant atteint par l'affection génétique une éventuelle interruption médicale de grossesse (IMG). La conception d'un bébé « double espoir » nécessite une deuxième sélection pour que l'embryon soit compatible HLA avec un frère ou une sœur, dans le but de prélever du sang de cordon ombilical pour guérir l'enfant atteint d'une maladie génétique.

Dans une AMP classique, on conçoit en moyenne 17 embryons pour une naissance[réf. nécessaire]. Dans le cas du bébé-médicament, la probabilité pour que l’embryon ne soit pas porteur de la maladie de l’aîné est de 50 %[réf. nécessaire]. Ensuite, il faut procéder au deuxième tri en vue de la compatibilité de greffe (HLA). La probabilité que l’embryon soit compatible avec son aîné est d’environ 25 %[réf. nécessaire]. Cela aboutit à la nécessité de concevoir environ 136 embryons (17x2x4) pour l'implantation[réf. nécessaire].

Situation en France[modifier | modifier le code]

En France, le recours au double DPI reste exceptionnel (7 demandes en 2006)[2]. Pour l’instant, la pratique du bébé-médicament concerne le soin des déficiences du système immunitaire[réf. nécessaire]. Le premier « bébé-médicament » français est Umut-Talha, né à Lyon le 26 janvier 2011 pour sauver sa sœur Asya, atteinte de bêta-thalassémie. Le médecin est le Professeur René Frydman. En juin 2012 a eu lieu la transfusion de greffe, qui, au vu des premiers résultats, a été efficace[3].

Législations[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

La loi de bioéthique du 7 juillet 2011[4] autorise désormais la pratique du double DPI, allant au-delà de l’avis du Conseil d’État et pérennisant ainsi une pratique autorisée à titre provisoire par la loi de bioéthique d’août 2004 dont le décret d’application[5] publié au Journal officiel du 23 décembre 2006. Cependant, un encadrement strict subsiste. C'est l’Agence de biomédecine (ABM), entre autres, qui est chargée de délivrer les autorisations au cas par cas. Cette agence autorisera également un double diagnostic préimplantatoire sur des cellules d’embryons conçus in vitro après avis de son conseil d’orientation et si la situation du couple concerné le justifie. Pour ce faire il faut que soit démontré le caractère incurable de la maladie de l’aîné pouvant entrainer un décès dans les premières années de la vie ainsi que la possibilité d’amélioration décisive de l’état de santé de l'enfant malade. Un consentement écrit et réitéré est également exigé du couple demandeur.

En Belgique[modifier | modifier le code]

La loi du 11 mai 2003 autorise à certaines conditions l’implantation d’embryon dans l’utérus de la mère[6]. Cependant, c’est avec la loi de 2007[7] que l’on parle pleinement de « bébé-médicament » : « Art. 68. Par dérogation à l'article 67, le diagnostic génétique préimplantatoire est exceptionnellement autorisé dans l'intérêt thérapeutique d'un enfant déjà né du ou des auteurs du projet parental ». Cependant, « la demande d'implantation d'embryons ou d'insémination de gamètes est ouverte aux femmes majeures, âgées de 45 ans maximum. L'implantation d'embryons ou l'insémination de gamètes ne peut être effectuée chez la femme majeure, âgée de plus de 47 ans. » (Article 4).

Depuis 2005, 30 « bébés-médicament » sont nés en Belgique[8].

Au Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Au Royaume-Uni, en 2003, la chambre des Lords a déclaré légale l’utilisation des méthodes modernes de reproduction en vue de la création d’un « savior sibling » (enfant sauveur). En juillet 2007, un comité composé de membres des deux chambres du Royaume-Uni a rendu un avis similaire. Il appartient à l’Human Fertilisation and Embryology Authority (HFEA) d’agréer ou non les demandes des couples[9].

En Australie[modifier | modifier le code]

Dans le territoire de Victoria, en Australie, l’utilisation d’un DPI en vue de la compatibilité HLA est soumise à l’avis de l’Infertility Treatment Authority, qui statue au cas par cas.

En Espagne[modifier | modifier le code]

Les Cortes Generales ont approuvé en 2006 la loi sur la reproduction assistée, qui autorise le diagnostic préimplantatoire à des fins thérapeutiques.

Javier, né en octobre 2008, a permis de guérir son frère atteint d’une bêta-thalassémie, en janvier 2009[10].

Questions bioéthiques[modifier | modifier le code]

La conception d'un enfant dans le but d'en sauver un autre soulève des enjeux éthiques[11], l'enfant aîné malade étant condamné à moins qu'un frère ou une sœur compatible permette de le soigner.

Ce débat éthique se retrouve dans la terminologie utilisée, les opposants insistent sur le terme « bébé‐médicament » pour souligner l'« instrumentalisation du corps humain »[12]. Pour ces opposants, le DPI est considéré comme un « utilitarisme poussé à l’extrême », « la procréation humaine est totalement détournée au profit du projet de création d’un être humain dont la "mission" principale est d’être un médicament. Projet porteur d’une aliénation radicale de sa liberté puisque sa conception n’est voulue qu’en raison de ses potentialités thérapeutiques. Il n’a d’autre choix que d’endosser le statut de réservoir de cellules pour son aîné malade, soumis à un projet prédéterminé par autrui, en l’occurrence la société, le corps médical et ses propres parents. »[11]. La Fondation Jérome Lejeune parle de « bébé du double tri », parce que cet enfant est le rescapé d’un double tri : le 1er par-rapport à la maladie, le 2e, par-rapport à la compatibilité[13], voulant ainsi critiquer une dérive eugénique. enfin, ces mêmes opposants refusent le terme de "bébé double espoir", car il signifie la même pratique que l'expression "bébé-médicament" - donc les mêmes critiques s'appliquent[réf. nécessaire].

Les spécialistes préfèrent utiliser « enfant du double espoir » : premier espoir de la naissance d'un enfant sain, deuxième espoir de guérir l'aîné[12], « le fait d'être voulu pour un autre n'exclut pas d'être voulu en même temps pour soi » « concevoir un enfant dans l'espoir qu'il puisse guérir quelqu'un n'est pas en soi immoral, pourvu qu'il ne soit pas conçu exclusivement dans ce but. Nous pouvons raisonnablement espérer que des parents aimant leur enfant au point de tout essayer pour le sauver sauront aimer pour lui-même celui par qui leur premier enfant a été sauvé[12]. »

En 2002 le Comité consultatif national d'éthique (CCNE) s'est montré réservé, rappelant le « risque d’instrumentalisation de l’enfant à naître » et que la « sélection d’un embryon et la mise en route d’un enfant conçu seulement comme un donneur potentiel, et non d’abord pour lui­ même, n’est pas pensable au regard des valeurs » qu'il a toujours défendues. Toutefois il relativise en indiquant que « permettre qu’un enfant désiré représente, de plus, un espoir de guérison pour son aîné, est un objectif acceptable, s’il est second[12]. » Le Conseil d'État s'interroge : « Le recours au « double DPI » est resté exceptionnel (7 demandes depuis la fin 2009). L’espoir offert à certaine famille face à la souffrance d’une maladie sans solution thérapeutique semble n’avoir pas été pleinement satisfait. Dès lors, il n’est pas certain que le poids que fait peser le double DPI sur l’enfant qui en est issu ait trouvé une justification médicale suffisante[14]. »

La loi française rejette la conception de « bébé médicament » mais autorise celle de « bébé du double espoir »[15]. En 2009, le CCNE rappel son avis de 2002 « permettre qu’un enfant désiré représente un espoir de guérison pour son aîné est un objectif acceptable s’il est second. Ainsi que le prévoit la loi actuelle, cette possibilité extrême devrait être uniquement réservée aux couples ayant un enfant atteint d'une maladie entraînant la mort[16]. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]