August Rush

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

August Rush

Réalisation Kristen Sheridan
Scénario Nick Castle
James V. Hart
Paul Castro
Acteurs principaux
Sociétés de production Warner Bros (USA)
EuropaCorp Distribution (France)
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame - Film musical
Sortie 2007
Durée 113 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

August Rush est un drame musical américain réalisé par Kirsten Sheridan sorti en 2007.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Peu importe qu'il ait grandi dans un orphelinat : Evan Taylor (Freddie Highmore) est persuadé que ses parents Lyla (Keri Russell) et Louis (Jonathan Rhys-Meyers) n'ont jamais voulu l'abandonner. Doté d'un talent inné pour la musique, Evan y voit même le moyen de retrouver ceux qui l'ont mis au monde : il est sûr que ses parents, s'ils entendent la rhapsodie qu'il a composée pour eux, sauront le reconnaître au travers de sa musique.

La mère d'Evan, Lyla Novacek, est une célèbre violoncelliste. Son père, Louis Connelly, est chanteur et guitariste d'un groupe de rock. Ils se rencontrent une nuit, sur un toit, en suivant un air de musique, que fredonne un inconnu. Après la nuit passée ensemble, ils se quittent au matin, se promettant néanmoins de se retrouver. Mais le père de Lyla s'y oppose, l'obligeant à partir loin de lui. À mesure que les mois passent, son ventre s'arrondit. Louis n'en saura rien. Un soir au restaurant avec son père, elle se dispute avec lui et sort en trombe de l'établissement sans prendre garde à la circulation. Elle se fait alors renverser et est admise d'urgence à l'hôpital. À son réveil, son père lui apprend qu'elle a perdu son bébé, qu'il n'a pas survécu. Onze ans plus tard, alors que Louis et Lyla ont tous deux arrêté la musique, le père de cette dernière (après avoir été hospitalisé suite à une attaque) lui avoue qu'il a placé son petit-fils dans un orphelinat en imitant sa signature et lui faisant croire à sa mort.

Lyla décide aussitôt de le retrouver.« S'ils ne nous retrouvent pas, alors ce sera à nous de les trouver » dit-il à un ami orphelin tout comme lui. Alors Evan décide de fuguer de l'orphelinat, il découvre la musique dans la rue, où il rencontre Maxwell 'Wizard' Wallace (Robin Williams) qui lui donne le pseudo d'August Rush, et après quelques rencontres, participe à un grand concert symphonique devant des milliers de personnes à Central Park, New York.

Durant ces périples, Evan apprend la musique : la guitare, le piano et devient chef d'orchestre pour diriger sa propre composition.

Son rêve se réalise quand ses parents se retrouvent miraculeusement à son concert, ayant reconnu sa musique.

Rhapsodie[modifier | modifier le code]

Le mot rhapsodie vient du verbe grec rhapsein, coudre. Dans l’Antiquité le rhapsode mettait des suites de vers de l’Iliade et l’Odyssée d’Homère en musique et les cousait à un autre fragment, puis à un autre de manière à former un tout. Une rhapsodie se compose donc de thèmes divers et variés cousus les uns après les autres pour constituer un ensemble cohérent.

Ce n’est donc pas par hasard qu’August Rush compose une rhapsodie : il va y coudre des moments de sa propre vie qu’il mettra en musique. C’est ce qui explique qu’elle se compose petit à petit pour ainsi dire aux yeux des spectateurs. On distingue cinq moments cousus :

  • Une introduction : ce sont les notes qu’il jouera quand il touchera pour la première fois une guitare avec simplement des cordes à vide. Il y intègre d’autres bruitages entendus, comme une note produite par un doigt qui frôle un verre, des carillons et autres sons.
  • Un premier thème très rythmé : c’est là sa vraie musique à laquelle il rêve, il se voit seul en plein champ de blé (scène de début de film), air, vent et lumière. C’est aussi le thème qu’il s’essaiera à noter pour la première fois quand il saura écrire la musique sur papier lors de la scène de la petite fille qui lui prête le piano et lui apprend les notes qu’il n’a jamais vues  : « c’est la première fois que je les vois écrites » lui dira-t-il simplement.
  • Le début du prélude BWV1006 de Johann Sebastian Bach : on peut penser qu’il s’agit ici d’une mémoire intra-utérine. En principe, ce morceau est pour violon seul ou pour luth (Bach a lui-même transcrit la troisième partita BWV1006 pour luth, c’est la quatrième suite pour luth notée BWV1006a) mais il est orchestré dans le film avec violoncelle solo, joué par la mère sur scène au début du film. C’est donc grâce à ce passage qu’elle se doutera de quelque chose après avoir elle-même joué sur scène un concerto pour violoncelle à l’invitation du philharmonique de New York, s’arrêtera, se retournera et s’avancera vers la scène pour entendre la suite de cette rhapsodie aux réminiscences évidentes.
  • Orchestration de son improvisation à l’orgue : l’ampleur de cet instrument lui donne d’autres idées, c’est à partir de là que son génie devenant évident, son hôte involontaire devient son bienfaiteur et le présente à l’école Juilliard où la rhapsodie pourra être finalisée et proposée en concert malgré le très jeune âge du compositeur.
  • Final : c’est le moment ultime de la rencontre possible. C’est ce final dont on entendra les premières notes à la répétition interrompue par Wizard qui vient chercher son « fiston ».

La particularité du film vient de cette construction très précise où rien n’est laissé au hasard : c’est pourquoi la scène finale a des accents d’apothéose, la rhapsodie est donnée en son entier.

La référence pour étayer ces détails techniques serait le film lui-même, notamment la scène finale qui joue la rhapsodie en son entier : la division en cinq fragments est évidente ainsi que la présence en troisième partie du début du prélude BWV1006 de Johann Sebastian Bach à titre de plagiat involontaire grâce auquel la mère est interpellée et retrouve son fils.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

Le thème original a été écrit par Mark Mancina et Hans Zimmer. Les chansons chantées par Louis sont interprétées par Jonathan Rhys-Meyers. Sur l'album, on retrouve notamment les performances de Kaki King et autres.

Titres :

  • 01 - Main Title
  • 02 - Bach / Break
  • 03 - Moondance
  • 04 - This Time
  • 05 - Bari Improv
  • 06 - Ritual Dance
  • 07 - Raise It Up
  • 08 - Dueling Guitars
  • 09 - Elgar / Something Inside
  • 10 - August's Rhapsody
  • 11 - Someday
  • 12 - King Of The Earth
  • 13 - God Bless The Child
  • 14 - La Bamba
  • 15 - Moondance

Récompense[modifier | modifier le code]

En 2008, La chanson "Rais it Up", co écrite par  Tevin Thomas, Jamal Joseph, Charles Mack a été nommé aux Oscars dans la catégorie "Meilleure chanson de film".

En 2009, la bande originale du film a été nominée aux Grammy Award.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. August Rush