Anomalocarididae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les anomalocarides (« étrange crevette »), ou anomalocaridés sont des animaux fossiles du Cambrien retrouvés en Chine, en Australie et en Amérique du Nord. Ils sont à ce jour les plus gros animaux de la période cambrienne, pouvant atteindre, chez certains spécimens chinois, la taille de deux mètres.

Les fossiles intacts de l'animal sont très rares ; c'est qu'à sa mort, le corps de l'animal avait tendance à se disloquer en morceaux, ce qui a induit en erreur les premiers paléontologues à les étudier : Les appendices près de la bouche étaient identifiés comme des crevettes, anormales au demeurant (d'où le nom d'anomalocaride) ; la bouche fossilisée était prise pour une méduse (peytoia) et le reste du corps pour une sorte de concombre de mer (laggania). Ces différentes pièces ont été découvertes à la fin des années 1800, mais il aura fallu attendre le début des années 1980 pour qu'elles soient rassemblées pour ne former qu'un seul animal, lorsque Harry Whittington et Derek Briggs ont trouvé un fossile où l'on voyait l'appendice en forme de crevette relié à la bouche (peytoia). Plusieurs espèces d'anomalocarides ont depuis été décrites sous leur véritable forme. Ils sont souvent considérés comme étant des arthropodes et parfois rangés dans la classe des Dinocarida.

Description[modifier | modifier le code]

L'anomalocaride était un animal plat, nageant librement, dont le corps segmenté possédait deux appendices ressemblant étrangement à des crevettes près de la bouche. Cette dernière est plutôt singulière, évoquant une tranche d'ananas avec plusieurs couches de dures dents aiguisées dans l'orifice central. La bouche était en fait plus rectangulaire que ronde, et les dents ne se rejoignaient pas au centre, ce qui ne l'empêchait pas de mordre et d'ouvrir les coquilles des mollusques et d'autres animaux à carapace, tels les trilobites ; plusieurs fossiles de trilobites présentent en effet des marques de morsures. L'anomalocaride possédait en outre de larges yeux et son corps était à-moitié flanqué de lobes natatoires.

Mode de vie[modifier | modifier le code]

L'anomalocaride était sans doute un prédateur actif (sauf pour le genre Laggania, récemment identifié comme étant mangeur de plancton) aux yeux proéminents fixés sur de courts pédoncules. Cet animal devait être un bon nageur, mais non un champion de la vitesse, et sa propulsion devait être assurée par les ondulations des lobes corporels en séquences coordonnées. Les lobes latéraux se chevauchant devaient exécuter des battements à la manière des nageoires latérales de certains poissons. Un anomalocaris en mouvement ressemblait peut-être à une raie-mante actuelle, ondulant au sein des eaux grâce à des mouvements sinueux de ses vastes nageoires.homepage1.nifty.com.Il capturait ses proies à l'aide de deux pinces articulées puis amenait la nourriture à la bouche garnie de petites pointes acérées qui agissaient comme une râpe. Depuis la découverte, chez plusieurs espèces proches d’Anomalocaris, de petites pattes qui rappellent chez certaines formes les lobopodes des vers Onychophores et, chez d'autres formes, les pattes articulées des Arthropodes, plusieurs spécialistes considèrent qu'Anomalocaris est le membre d'une lignée intermédiaire entre ces deux embranchements (vers onychophores et Arthropodes). Cette thèse est controversée mais les données génétiques, qui laissent supposer que les Arthropodes ont évolué à partir des vers onycophores, plaident en sa faveur. L'animal a prospéré au début et au milieu du Cambrien, pour ensuite disparaître durant l'Ordovicien[1].

Liste des genres[modifier | modifier le code]


et, inclus dans, ou voisins des anomalocarides :

  1. http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/paleontologie/d/record-un-fossile-danomalocaride-geant-de-1-metre-de-long_30446/

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :