Anna Walentynowicz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le président Lech Kaczyński décore Anna Walentynowicz du titre de chevalier de l’Ordre de l'Aigle blanc le 3 mai 2006
Plaque dédiée à Anna Walentynowicz sur l’immeuble où elle vécut jusqu'à sa mort.

Anna Walentynowicz, née en 1929 à Równe (aujourd'hui en Ukraine) et décédée le 10 avril 2010 à Smolensk (Russie) dans l'accident de l'avion présidentiel polonais, est une syndicaliste polonaise qui prit une part active aux grèves de 1980 au sein du mouvement Solidarność, dont elle est l’une des cofondatrices. Elle est faite Chevalier de l’Ordre de l'Aigle blanc (Order Orła Białego) en 2006, ce qui constitue la plus haute distinction polonaise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ouvrière des chantiers navals de Gdańsk, elle travaille comme opératrice des grues et commence des activités associatives en faveur des ouvriers dans les années 1970. Pour son appartenance à une association indépendante, elle est licenciée par mesure disciplinaire le 7 août 1980, ce qui la prive définitivement de tout droit à pension alors même qu’il ne lui restait que 5 mois de travail avant la retraite. La décision de la direction suscite un fort émoi parmi les ouvriers et entraîne une grève massive à l’origine du syndicat NSZZ Solidarność, dont elle est la cofondatrice avec Lech Wałęsa.

Figure de proue de ce syndicat, elle y joue un rôle crucial, et en subit les conséquences : condamnée à vingt ans de prison pour ses activités, elle est incarcérée pendant de nombreux mois. Ses compagnons se souviennent entre autres de son discours pour poursuivre la grève qui a emporté l'adhésion du reste de la direction du syndicat contre l'avis de Wałęsa, et à un moment critique pour la continuité du mouvement.

Elle quitte le syndicat Solidarność dans les années 1980, en critiquant la direction de cette époque, rassemblée autour de Wałęsa. L’essence de la dispute tient aux accusations d’appartenance de Lech Wałęsa à la police secrète SB, accusation qu’elle maintient malgré le jugement d’un tribunal ayant déclaré Wałęsa non coupable (l'ouverture des archives de l’Institut de la mémoire nationale (IPN) a permis de confirmer qu'il était très probablement enregistré sous le pseudo d'agent « Bolek », et ce malgré la disparition d'une partie des feuillets concernant cet agent à l'époque de la présidence de Wałęsa). Avec la démocratie et l’arrivée au pouvoir de Solidarność, elle ne soutient plus les orientations politiques de ce mouvement.

En 2000, elle refuse le titre de citoyenne honoraire de la ville de Gdańsk. À 74 ans, en situation matérielle difficile dans son petit studio d'un immeuble de Gdańsk où elle vit seule, elle demande une indemnité de 120 000 złotys (30 000 €) pour dommages physiques et moraux subis dans les années 1980. Elle est déboutée de sa demande par le tribunal de Gdańsk.

Le 13 janvier 2005, à Washington, elle reçoit du président américain George W. Bush la Truman-Reagan Medal of Freedom pour sa contribution à la libération de son pays du joug communiste. En 2006, Volker Schlöndorff lui rend hommage dans son film L'héroïne de Gdansk.

Le 10 avril 2010, le Tupolev 154 transportant le président polonais Lech Kaczyński et de nombreuses personnalités polonaises, dont Anna Walentynowicz, s'écrase lors de son atterrissage à Smolensk, faisant 96 morts. La délégation polonaise venait se recueillir à Katyn, pour commémorer le soixante-dixième anniversaire du massacre de Katyn.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • 1993 : L'ombre de l'avenir (Cień przyszłości)

Filmographie[modifier | modifier le code]

Anna Walentynowicz a participé au film L'Homme de fer de Andrzej Wajda en 1981.

Liens externes[modifier | modifier le code]