Alain Supiot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Supiot.

Alain Supiot est un juriste français spécialiste du droit social et de l'État social. Il est actuellement professeur au collège de France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Docteur d'État en droit (Bordeaux, 1979) et agrégé des facultés de droit (1980), docteur honoris causa de l'Université catholique de Louvain, Alain Supiot a été successivement professeur à l'université de Poitiers, puis à celle de Nantes (UMR-CNRS 6028), et membre senior de l'Institut Universitaire de France (2001), avant d’être élu au Collège de France en 2012. Il a présidé de 1998 à 2000 le Conseil National de développement des sciences humaines et sociales (cf. recueil des travaux du conseil). Sa carrière a été marquée par plusieurs années de recherche à l'étranger (1981 : Relations de Berkeley ; 1989/90 : Institut Universitaire Européen de Florence; 1997/98 : Berlin). A Nantes, il a d’abord fondé en 1993 la Maison des sciences de l'Homme Ange Guépin, qui promeut une approche transdisciplinaire des transformations du lien social. Puis en 2008 l’Institut d’études avancées, qui accueille en résidence scientifique des savants de tous continents, œuvrant à une meilleure compréhension de l’armature dogmatique des sociétés. Après avoir dirigé cet institut de 2008 à 2013, il assure depuis lors la présidence de son comité stratégique. En 2014, il est nommé membre du Conseil stratégique de la recherche[1].

Travaux[modifier | modifier le code]

Alain Supiot a publié seul ou en collaboration 21 livres et contribué à 37 ouvrages collectifs. Il est l’auteur de 67 articles en langue française et 69 en langues étrangères. Ses travaux se sont principalement déployés sur deux terrains complémentaires : le droit social et la théorie du droit. Ses recherches en droit social ont montré que les dispositifs juridiques fondés sur le paradigme de l’emploi hérité de l’ère industrielle ne pouvaient atteindre les objectifs qu’on leur assignait, en termes de réduction du chômage ou d’amélioration des conditions de vie. Ce constat l’a conduit à reprendre une vue juridique compréhensive du travail, qui fait place aux diverses formes de travail non salarié. Sur cette base il a étudié dans les années 1990 l’ambivalence des nouvelles formes d’organisation des entreprises, qui d’un côté accentuent la déshumanisation du travail et de l’autre font naître le besoin d’un nouvel état professionnel indexé sur le temps long de la vie des personnes, plutôt que sur le temps court des échanges. Dans le domaine de la théorie du droit, ses travaux se sont inscrits dans les perspectives ouvertes par André Leroi-Gourhan en anthropologie et Pierre Legendre en histoire du droit. Envisageant le droit comme une technique de l’interdit, qui interpose dans les rapports de chacun à autrui et au monde, un sens commun qui le dépasse et l'oblige, son ouvrage Homo juridicus a mis en lumière la fonction anthropologique du droit dans les sociétés sécularisées. Ses recherches en cours sur les mutations de l’État social dans le contexte de la globalisation tirent les conséquences de ce régime de dogmaticité propre à l’Occident. D’un côté elles éclairent le processus de désinstitution engendré par l’imaginaire cybernétique propre à la modernité occidentale. De l’autre elles explorent les voies d’une mondialisation fondée sur la diversité des civilisations, qui permettrait d’échapper aux impasses actuelles d’une globalisation conçue en termes d’uniformisation du monde sous l’égide d’un Marché devenu total.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Note : Cette bibliographie n'est pas exhaustive. Elle s'attache à recenser les principaux ouvrages et articles d'Alain Supiot ayant trait au droit du travail et, d'une manière plus générale, au droit. La bibliographie est établie par ordre décroissant, c'est-à-dire de l'ouvrage (ou article) le plus récent, au plus ancien. Une bibliographie mise à jour (novembre 2011) est disponible sur le site de l'IEA de Nantes, les textes en couleur surlignée sont réactifs

Ouvrages personnels ou dirigés par Alain Supiot[modifier | modifier le code]

  • Alain Supiot, Grandeur et misère de l’État social, Paris, Fayard, coll. « Leçons inaugurales du Collège de France »,‎ 2013, 63 p. (ISBN 978-2-213-67771-2, lire en ligne)
  • Alain Supiot, L'esprit de Philadelphie : La justice sociale face au marché total, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Débats »,‎ 2010, 192 p. (ISBN 978-2-02-099103-2)
  • Alain Supiot, Homo juridicus : essai sur la fonction anthropologique du droit, Paris, Éditions du Seuil, coll. « La couleur des idées »,‎ 2005, 333 p. (ISBN 978-2-02-067636-6)
  • Tisser le lien social : florilège de dix années de conférences à la Maison des sciences de l'homme Ange-Guépin, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l'homme,‎ 2004, 370 p. (ISBN 978-2-7351-1046-9)
  • Alain Supiot, Le droit du travail, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? »,‎ 2006 (réimpr. 2008), 127 p. (ISBN 978-2-13-055954-2, présentation en ligne)
  • Pour une politique des sciences de l'homme et de la société, recueil des travaux du Conseil national du développement des sciences humaines et sociales (1998-2000), Paris, Presses universitaires de France, coll. « Quadrige »,‎ 2001, 245 p. (ISBN 2-13-052088-X, présentation en ligne)
  • Servir l'intérêt général, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Les voies du droit »,‎ 2000, 296 p. (ISBN 978-2-13-050964-6, présentation en ligne)
  • Au-delà de l'emploi : transformations du travail et devenir du droit du travail en Europe : rapport pour la Commission des Communautés européennes, Paris, Flammarion, coll. « Flammarion Documents et Essais »,‎ 1999, 321 p. (ISBN 978-2-08-212526-0, présentation en ligne)
  • Le travail en perspectives, Paris, LGDJ, coll. « Droit et société »,‎ 1998, 640 p. (ISBN 978-2-275-01669-6, présentation en ligne)
  • Alain Supiot, Critique du droit du travail, Paris, PUF, coll. « Quadrige »,‎ 2007, 280 p. (ISBN 978-2-13-055975-7, présentation en ligne)
    Commentaire de Gérard Lyon-Caen, « Critique d'une critique critique », Droit social,‎ 1er juillet 1994, p. 663-666
  • Alain Supiot (dir.) et Droit et changement social, Association française de droit du travail et de la sécurité sociale, Les Sans-emploi et la loi : hier et aujourd'hui, Quimper, Calligrammes,‎ 1988, 228 p. (ISBN 978-2-86965-122-7)
  • Les juridictions du travail, t. 9, Paris, Dalloz, coll. « Traité de droit du travail publié sous la direction de G.H. Camerlynck »,‎ 1987, 768 p. (ISBN 9782247008056)
  • Pierre Cam et Alain Supiot, Les dédales du droit social, Paris, Fondation nationale des sciences politiques,‎ 1986, 198 p. (ISBN 978-2-7246-0535-8)

Participation à des ouvrages collectifs[modifier | modifier le code]

  • L’idée de justice sociale, in L. Burgorgue-Larsen (dir.) La justice sociale saisie par les juges en Europe, Paris, Pedone, 2013, coll. Cahiers européens no 4, p. 5-30.
  • Introduction de l’ouvrage de Bruno TRENTIN La Cité du travail. La Gauche et la crise du fordisme, Paris, Fayard, 2012, coll. Poids et mesures du monde, préface de Jacques Delors, traduit de l’italien par J. Nicolas, 444 p.
  • La religion au travail, in Mélanges en l’honneur du Professeur Jean Hauser, Paris, Dalloz, 2012, p. 1031-1046.
  • La mise en œuvre des droits et devoirs fondamentaux par le juge judiciaire, in Diane Roman (dir.) La justiciabilité des droits sociaux : vecteurs et résistances, Paris, A. Pédone, 2012, p.  415-436.
  • Les deux visages de la contractualisation : déconstruction du droit et renaissance féodale, in S. Chassagnard-Pinet et D. Hiez (dir.), Approche critique de la contractualisation, Paris, LGDJ, 2007, p. 19-44.
  • La contribution du droit social au droit commun des contrats, in A.Wijffels (dir.) Le Code civil entre ius commune et droit privé européen, Bruxelles, Bruylant, 2005, p. 47-74.
  • Du nouveau au self-service normatif : la responsabilité sociale des entreprises, in Études offertes à Jean Pélissier. Analyse juridique et valeurs en droit social, Paris, Dalloz, 2004, p. 541-558.
  • Communiquer ou se comprendre, La question du régime linguistique de la recherche en sciences humaines et sociales, in F. Nies (dir.), Europa denkt mehrsprachig – L’Europe pense en plusieurs langues, Tübingen, Gunter Narr Verlag, 2005, p.  153-163.
  • L’homme : de quoi parlons-nous ?, in M. Fabre-Magnan et Ph. Moullier (dir.), La génétique, science humaine, Paris, Belin, 2004, coll. Débats, p. 15-38 et 267-276.
  • La contractualisation de la société, in Y. Michaux (dir.), Qu'est-ce que l'humain ? Travaux de l'Université de tous les savoirs, vol. 2, Paris, O. Jacob, 2000, p. 157-167. Réédité in Courrier de l'environnement de l'INRA no 43, mai 2001, p. 51-58 lire en ligne
  • La relativité du contrat en questions. Conclusion générale, in La relativité du contrat, Travaux de l'Association Henri Capitant, Paris, LGDJ, 2000, p. 321-345.
  • Autopsie du « citoyen dans l’entreprise » : le rapport Auroux sur les droits des travailleurs in J.-P. Le Crom (dir.) Deux Siècles de Droit du Travail. L’histoire par les lois, Paris, Éd. de l’Atelier, 1998, p. 265-274.
  • L'alerte écologique, in Société française pour le droit de l'environnement (dir.), Droit du travail et droit de l'environnement, Paris, Litec, 1994, p. 91-110.
  • Parité, égalité, majorité dans les relations collectives du travail in Le droit collectif du travail, Études en hommage à Mme le professeur Hélène Sinay, Francfort - Berne, Peter Lang éd., 1994, p. 59-68.
  • Sur l'ouverture de l'Université, in Convergences, Études offertes à Marcel David, Quimper, Calligrammes, 1991, p. 417-430.
  • Le progrès des Lumières dans l'entreprise (à propos d'une floraison d'experts), in Les transformations du droit du travail, Mélanges offerts à Gérard Lyon-Caen, Paris, Dalloz, 1989, p. 463-484.

Articles[modifier | modifier le code]

Remarque : les règles bibliographiques en droit imposent que les noms de revues soient écrits en italique.

  • Ontologie et déontologie de la doctrine, Recueil Dalloz, 2013, no 21, p. 1421-1428, en ligne sur le site de la Cour de Cassation
  • Le sommeil dogmatique européen, Revue française des affaires sociales, 2012, no 1, p. 185-198
  • La pauvreté au miroir du droit, Field Actions Science Reports, n° spécial « Lutte contre la pauvreté entre don et marché », février 2012, p. 119-123. en ligne
  • Fragments d’une politique législative du travail, Droit Social 2011, p. 1151-1161
  • Actualité de la République sociale, L’ENA hors les murs, Magazine des anciens élèves de l’ENA, novembre 2010, no 406, dossier « Justice et Régulations », p. 13-15
  • Contribution à une analyse juridique de la crise économique de 2008, Revue internationale du Travail, vol.  149 (2010), no  2, p. 165-176. en ligne
  • De la difficulté des sciences de l’humain, Travaux et jours, Revue de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth, no 83, Automne 2009 – Hiver 2010, p. 111-130.
  • La loi Larcher ou les avatars de la démocratie représentative, Droit Social 2010, p. 525-532.
  • Simone Weil, juriste du travail, Cahiers Simone Weil, t.  XXXIII, no 1, mars 2010, p. 3-43.
  • Justice sociale et libéralisation du commerce international, Droit Social 2009, p. 131-141.
  • L’inscription territoriale des lois, Esprit, novembre 2008, p. 151-170.
  • L’Europe gagnée par « l’économie communiste de marché, Revue du MAUSS permanente, 30 janvier 2008, en ligne
  • Les langues de travail, Semaine sociale Lamy, 2007, no 1318, p. 7-10.
  • La place de la sécurité sociale dans le système des normes internationales du travail, in A. Supiot (dir) Protection sociale et travail décent. Nouvelles perspectives pour les normes internationales du travail, n° spécial de la Semaine Sociale Lamy, 2006, no 1272, p. 7-12.
  • Les salariés ne sont pas à vendre : en finir avec l’envers de l’article L.122-12 al. 2, Droit Social 2006, p. 264-273.
  • Le droit du travail bradé sur le marché des normes, Droit Social 2005, p. 1087-1096.
  • Cinq questions pour la constitution d'une société européenne, Rec. Dalloz Sirey, 30 janvier 2003, p. 289-294.
  • Un faux dilemme : la loi ou le contrat ?, Droit Social, 1er janvier 2003, p. 59-71.
  • Travail, droit et technique, Droit Social, 2002, p. 13-25.
  • Revisiter les droits d'action collective, Droit social, 1er juillet 2001, p. 687-704.
  • La fonction anthropologique du droit, Entretien paru in Esprit, fév.2001, p. 151-173.
  • Les nouveaux visages de la subordination, Droit social, 2000, p. 131-145.
  • Temps de travail : pour une concordance des temps, Droit Social, 1995, p. 947-954.
  • L'avenir d'un vieux couple : travail et sécurité sociale, Droit social, n° spéc. : La protection sociale demain septembre-octobre 1995, p. 823-831.
  • L'alerte écologique dans l'entreprise, Droit et ville, 1er juin 1995, p. 91-110.
  • Pourquoi un droit du travail ?, Droit social, juin 1990, p. 485-492.
  • Déréglementation des relations de travail et autoréglementation de l'entreprise en droit français, Droit Social, 1989, p. 195-205.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décret du 3 février 2014 portant nomination au Conseil stratégique de la recherche

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]