Aiguille du Chardonnet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chardonnet.
Aiguille du Chardonnet
Vue du versant sud-ouest de l'aiguille du Chardonnet dominant le glacier d'Argentière
Vue du versant sud-ouest de l'aiguille du Chardonnet dominant le glacier d'Argentière
Géographie
Altitude 3 824 m
Massif Massif du Mont-Blanc
Coordonnées 45° 58′ 08″ N 7° 00′ 05″ E / 45.96889, 7.0013945° 58′ 08″ Nord 7° 00′ 05″ Est / 45.96889, 7.00139  
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Ascension
Première 1er août 1879, par Percy W. Thomas, avec Josef Imboden et Josef Marie Lochmatter (de)[1]
Voie la plus facile Arête Nord-Est depuis le refuge Albert Ier
Géologie
Roches Granite

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

(Voir situation sur carte : Haute-Savoie)
Aiguille du Chardonnet

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Aiguille du Chardonnet

L'aiguille du Chardonnet est un sommet du massif du Mont-Blanc dont le versant Nord, neigeux et glaciaire, propose un large choix de voies dont l'arête Forbes. Son versant Sud, bien plus chaotique avec ses nombreux éperons rocheux accueille quelques voies en paroi peu connues ainsi que deux couloirs skiables.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vue du versant nord de l'aiguille du Chardonnet, depuis le glacier du Tour

Avec ses 3 824 mètres d'altitude, l'aiguille du Chardonnet est le point culminant de la longue crête qui sépare le bassin du Tour à celui d'Argentière.

Histoire[modifier | modifier le code]

Voies d'ascension[modifier | modifier le code]

Deux approches de l'aiguille du Chardonnet sont possibles : par le glacier du Tour ou par le glacier d'Argentière (puis celui du Chardonnet).

Voies classiques[modifier | modifier le code]

La voie historique d'ascension est actuellement délaissée à la montée et sert de voie classique de descente.

L'ascension se fait classiquement par l'arête Forbes que l'on peut agrémenter par la voie Gabarrou-Freuchet, ce qui ajoute de l'ampleur à la voie.

L'éperon Migot et l'éperon Migot Intégral sont de bons itinéraires alternatifs à l'arête Forbes, très variés et moins fréquentés.

Neige, glace, mixte[modifier | modifier le code]

Sur son versant du Tour, le Chardonnet propose un large choix de couloir et goulottes :

  • goulotte Charlet - Bettembourg ;
  • goulotte Escarra, itinéraire classique et varié ;
  • goulotte Aureille Feutren, itinéraire classique ; les difficultés proprement dites sont courtes (100 m) ;
  • voie Debruyne - Manu ;
  • voie Gabarrou 79.

Sur son versant Sud-Est, depuis le bassin d'Argentière, on trouve deux couloirs généralement réalisés à ski :

  • couloir Sud-Est ;
  • couloir Sud-Est de gauche, à droite du pilier Sud-Sud-Est.

Voies rocheuses[modifier | modifier le code]

Contrairement aux voies glaciaires, les voies rocheuses du Chardonnet sont peu connues :

  • pilier Sud-Sud-Est, voie peu soutenue mais très sauvage ;
  • éperon des Capucins (AD) ou par son fil (D+), escalade de 700 m ;
  • arête Sud-Ouest (D), longue arête de 900 m entre le glacier Adams Reilly et le glacier du Trident ;
  • aiguille de la Selle (point 3587) : éperon Sud (400 m/TD-) et Sud-Sud-Est (600 m/TD).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Christian Imboden, Berge: Beruf, Berufung, Schicksal. Die St. Niklauser Bergführer als Wegbereiter des internationalen Alpinismus, Rotten Verlag, Visp, 2013 (ISBN 3-907624-48-3), « le guide de haute montagne » pp. 73-81, 169, 183, « premières ascensions » pp. 108-119

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Labande, La Chaîne du Mont-Blanc : Guide Vallot. Sélection de voies, t. 2 : À l'est du col du Géant, Éditions Arthaud,‎ 1987

Liens externes[modifier | modifier le code]