Achir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Achir, première capitale ziride qui est une dynastie musulmane berbère. Selon Ibn Khaldoun, le mont Tetri est le royaume des Zirides et dans lequel se trouvent les ruines de Achir[1].

Selon Claude Martin, Achir fut la capitale des Zirides. Elle est enclavée dans les monts du Titteri, sur le territoire de la commune de Kef Lakhdar, à 10 km à l'ouest de la daira de Chellalat El Adhaoura, Wilaya de Médéa en Algérie. La cité est à une altitude de 1 280 m[2],[3].

Achir, la cour du palais de Ziri

Historique[modifier | modifier le code]

L'Achir de Ziri ibn Menad. L'éponyme de la dynastie berbère Sanhadja, qui héritait de la domination sur l'Ifriqya, avait été le lieutenant fidèle et actif des Fatimides. Dans leurs luttes contre les soldats d'Abou Yazid et contre les Zénètes, qui dominaient à l'ouest de Tiaret, ses interventions avaient joué un rôle décisif. Aussi, le Calife el-Quaim l'avait-il autorisé à affirmer sa jeune puissance par la construction, en 935-936, d'une capitale qui lui servit de place forte et de magasin, Achir (à l'ouest de Chellalet El Adhaoura, sur les flancs du Djebel Lakhdar).

Georges Marçais, qui a recherché sur place les vestiges des constructions zirides, a montré qu'ils révèlent les progrès du fondateur de la dynastie.

Achir prit rapidement de l'importance. Située dans une position géographique idéale pour une capitale, sur la frontière naturelle qui séparer les plaines du Tell occidental des montagnes kabyles de l'Est, il commandait la route qui grimpe de la côte, en suivant les crêtes, et surveillait les nomades de la plaine. Son essor reçut l'encouragement du calife. Ziri y transporta les habitants d'autres villes, peut-être aussi les indésirables qui ne se trouvaient pas en sécurité ailleurs, puis l'entoura d'épaisses murailles. Au début du XIe siècle, Al Bakri rapporte que « l'on assure que, dans toute la région, il n'y a pas de place qui soit plus forte, plus difficile à prendre et plus propre à décourager l'ennemi », car dix hommes suffisent à défendre[4].

Place inexpugnable, mais aussi lieu d'échanges actifs entre Tell et steppe, centre intellectuel où affluaient légistes et savants, Achir fit vraiment figure de capitale et Ziri de souverain qui commandait aux contingents les plus redoutables, surveillait le Maghreb central du haut de son belvédère et frappait monnaie à son nom.

Achir était le cœur de la puissance sanhajienne. Aussi, quand le brusque succès du calife rendit les Zirides maîtres de l'Ifriqiya n'abondonnèrent-ils leur capitale qu'à regret. Ce fut petit à petit que les émirs emmenèrent leurs familles vers la nouvelle capitale, relâchèrent les liens qui les attachaient à Achir et firent de leur ancien domaine une marche confiée à leurs proches, jusqu'au jour où elle leur échappa[5].

Quand, en 972, le calife fatimide Al-Mu’izz quitte le Maghreb pour l’Égypte, il confie l’administration de l’Ifriqya à Bologhine, le fils de Ziri. Celui-ci quitte Achir pour s’installer à Kairouan, mais il va garder des liens étroits avec Achir où sa famille va demeurer.

Plus tard, Achir et sa région seront confiées aux Hammadides et quand ceux-ci déclareront leur indépendance des Zirides, ils l’incorporeront, après l’arrangement de 1017, à leur domaine. Achir sera très convoitée et elle changera à plusieurs reprises de maître.

En 1048, Yusuf Ibn Hammad la prend et la pille ; en 1076, les Zenata l’occupent. Reprise par les Hammadites, elle est dévastée, en 1101, par Tachfine ben Tinamer, le maître de Tlemcen.

Elle est reconstruite avant d’être occupée de nouveau, cette fois par Ghazi al-Sanhadji (1184). À partir de cette période, on n’entend plus parler d’Achir qui, de toute façon, a perdu depuis plusieurs années déjà son rôle de capitale.

Le site archéologique[modifier | modifier le code]

Selon Lucien Golvin, qui a entrepris des fouilles sur le site en 1954, Achir est composée de deux cités distinctes. Achir ou Yachir, la capitale de Ziri et Benia, construite postérieurement par son fils Bologhine, 2 km plus au sud.

Yachir[modifier | modifier le code]

Yachir fut érigée sur un plateau étroit protégé au nord par le kef (crête) Lakhdar et bordée de chaque côté par les fossés encaissés des oueds. Quelques ruines de remparts surplombant les fossés témoignent de l'existence d'une cité.

À 200 m à l'est le palais de Ziri, bâti aux alentours de 947, semble avoir été en dehors de la ville. Quelles sont les caractéristiques du monument ?

L'enceinte rectangulaire (72 x 40 m) est renforcée aux angles et à intervalles réguliers par de gros piliers carrés et présente quelques décrochements en saillie sur les faces. L'axe central traverse la salle d'honneur, la cour et la porte en avant-corps qui protège une entrée en chicane. Le palais présente une vaste cour centrale (33 x 35 m) cernée de salles avec galerie à colonnade au Sud et quatre cours secondaires qui se répartissent symétriquement de part et d'autre déterminant quatre appartements semblables dont certaines pièces font saillie sur le mur d'enceinte. La présence d'escaliers à chaque aile laisse à penser qu'ils menaient peut-être à un étage. Il reste peu de choses du décor: quelques fûts de colonnes, des socles, de curieux chapiteaux et quelques blocs sculptés.

Ce palais présente des similitudes avec celui d'el-Quaim, le même architecte ayant officié dans les deux cas.

Les ruines de ce palais construit à côté de la ville populaire; le soin apporté à l'élaboration du plan, la solidité et le fini de la maçonnerie, le style général qui s'inspire nettement de l'Orient, le sobre décor des façades et de la cour centrale; attestent une certaine opulence.

Benia[modifier | modifier le code]

Ibn al-Athîr nous apprend que Bologhine en 972-973 a construit une nouvelle ville qu'il peupla des gens de Tlemcen qu'il avait défaits. Cette nouvelle cité serait Benia, située non loin de Yachir, dans une petite vallée que surmonte le kef Tisemlail ; mieux située en aplomb au-dessus de la plaine, mieux défendable que sa ville jumelle.

On relève dans ce lieu, riche en sources, les traces nombreuses de ruines dont celles d'un vaste mur d'enceinte, d'une mosquée et d'un manar (tour à signaux). Des tessons de poterie d'inspiration orientale on également été mis au jour.

Une vue aérienne révèle la disposition de la ville.

La muraille est de plan grossièrement rectangulaire, de 800 x 400 m, renforcée par des piliers disposés à égale distance, avec une porte en chicane dans sa partie ouest et en partie estompée vers l'Est en raison des habitations et des champs agricoles. Vers le Sud elle monte à l'assaut d'un piton qu'elle escalade jusqu'au sommet en épousant la forme de la crête, ce qui lui donne la forme d'un entonnoir. Au sommet du piton, les ruines d'un manar qui semble avoir existé du temps de Ziri. Les vestiges d'une tour semblable sont apparentes à l'angle S/E de l'enceinte. Le tracé d'une vaste construction dans cet entonnoir porte le nom de "Dar es Sultan".

Deux axes principaux N/S et E/O qui doivent correspondre à des rues sont également visibles. Près de leur intersection, un édifice qui pourrait correspondre à une mosquée de 7 nefs et 4 travées.

Néanmoins, le lieu restant largement inexploré, des fouilles sérieuses sont à envisager.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Lucien Golvin, Le Maghrib central à l'époque des Zirides. Recherche d'archéologie et d'histoire, pub. Gouvernement général de l'Algérie, éd. Arts et métiers graphiques, Paris, 1957

Références[modifier | modifier le code]

  1. Revue de l'Orient et de L'Algérie et de colonies, Société Orientale de France
  2. Histoire de l'Algérie française, 1830-1962, Claude Martin
  3. Vingt-cinq ans d'histoire algérienne, Algeria Gouvernement général. Sous-direction des Beaux-Arts, Lionel Balout, Roger Le Tourneau, Jean Lassus, Xavier
  4. Histoire de l'Afrique du Nord, Ch.-André Julien, Publié par Payot, 1966. P 66.
  5. Histoire de l'Afrique du Nord, Ch.-André julien, Publié par Payot, 1966. P 67, P 68.