Abdurrahman Wahid

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abdurrahman Wahid
Image illustrative de l'article Abdurrahman Wahid
Fonctions
4e président de la République d'Indonésie
Vice-président Megawati Soekarnoputri
Prédécesseur Baharuddin Jusuf Habibie
Successeur Megawati Soekarnoputri
Biographie
Nom de naissance Abdurrahman Addakhil
Date de naissance
Lieu de naissance Jombang, Java oriental, Indes orientales néerlandaises
Date de décès (à 69 ans)
Lieu de décès Jakarta, Indonésie
Nationalité indonésienne
Parti politique Parti du réveil national
Religion Islam

Abdurrahman Wahid
Présidents de la République d'Indonésie

Abdurrahman Wahid, né le à Jombang dans le Java oriental et mort le à Jakarta[1], est un religieux musulman et un homme politique indonésien qui fut le quatrième président de la République d'Indonésie[2], de 1999 à 2001.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Cet intellectuel musulman (il a traduit Sartre en indonésien), que les Indonésiens appellent « Gus Dur » (« Dur » comme diminutif d'« Abdurrahman », « Gus » comme abréviation d' agus, appellatif honorifique javanais pour les religieux musulmans), est une figure historique de l'opposition à Soeharto. Il est diplômé de l'Université al-Azhar[3]. Après la démission de ce dernier en mai 1998, son vice-président B. J. Habibie était devenu président. Le MPR (parlement) issu des élections de 1999 (les premières démocratiques depuis celles de 1955) a élu Abdurrahman Wahid président. Il entreprend de libéraliser la vie politique et intellectuelle du pays et d'apaiser la crise au Timor oriental. Mais de graves problèmes de santé (plusieurs attaques cardiaques l'ayant laissé quasiment aveugle avant même son mandat), une manière jugée erratique de mener sa politique, et enfin des soupçons de corruption, amènent à sa destitution[4] et à son remplacement par sa vice-présidente Megawati Soekarnoputri.

Gus Dur est le fils de Wahid Hasjim, dirigeant de l'organisation musulmane Nahdatul Ulama (« renaissance des oulémas ») fondée par son propre père, Hasjim Ashari, en 1926, en réaction à l'organisation Muhammadiyah, créée en 1912 pour réformer l'islam indonésien dans un sens plus orthodoxe.

Il a entretenu récemment un dialogue avec Daisaku Ikeda, philosophe japonais et Président de la Soka Gakkai International sur le bouddhisme et l'islam.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Indonésie : l'ancien président Abdurrahman Wahid est mort », AFP, 30 décembre 2009 google.com
  2. « Abdurrahman Wahid, quatrième président de l'Indonésie », Le Monde, 21 octobre 1999
  3. http://www.mfa.gov.eg/French/EgyptianForeignPolicy/EgyptianAsianRelation/News/Pages/NewsDetails.aspx?Source=4fa3a8e4-8a5e-4004-a60b-5a23acf14b4f&newsID=0c3ea039-f20d-46c6-950a-78fc3d4d01a6
  4. « Le Parlement indonésien vote la destitution du président Abdurrahman Wahid », Le Monde, 24 juillet 2001

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Greg Barton, Gus Dur : Abdurrahman Wahid, Muslim democrat, Indonesian president: a view from the inside, UNSW Press, Sydney, 2002, 414 p. (ISBN 978-0-86840-405-9)
  • (fr) Jean Claude Pomonti, « Gus Dur, "boussole" de l'Indonésie », Le Monde, 19 novembre 1999 (portrait)

Lien externe[modifier | modifier le code]