Joseph de Guignes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Chrétien Louis Joseph de Guignes, orientaliste français, né le 19 octobre 1721 à Pontoise et mort le 19 mars 1800 à Paris.

Il étudia les langues orientales, spécialement le chinois, sous Étienne Fourmont ; fut nommé en 1745 secrétaire-interprète pour ces langues, en 1753 membre de l'Académie des inscriptions, en 1757 professeur de syriaque au Collège de France et en 1769 garde des antiques du Louvre.

Ses principaux ouvrages sont :

  • L'Histoire des Huns, des Turcs, des Mogols et autres Tartares, 1756-1758, 5 vol. in-4°.
  • un Mémoire dans lequel il cherche à prouver que les Chinois sont une colonie égyptienne, 1769 : ce système, établi fort ingénieusement par l'auteur, a été fortement attaqué dès son époque, entre autres par Corneille de Pauw et par Michel-Ange-André Le Roux Deshauterayes[1], et ridiculisé par Voltaire dans sa Préface à l’Histoire de Russie.

Joseph de Guignes est devenu membre de la Royal Society le 20 février 1752.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Doutes sur la dissertation de M. de Guignes qui a pour titre : Mémoire, dans lequel on prouve que les Chinois sont une colonie égyptienne, Paris, Laurent Prault ; Duchesne, 1759 (en ligne).

Source[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.