Élections générales boliviennes de 2005

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Précédent 2002 Drapeau de la Bolivie 2009 Suivant
Élections générales boliviennes de 2005
Président pour la période 2005-2009
18 décembre 2005
Électorat et résultats
Votants 3 091 707
  
84,5 %
Morales 20060113 02.jpg
Evo Morales – Mouvement vers le socialisme
Voix 1 539 045
  
53,72 %
Jorge Quiroga-1.jpg
Jorge Quiroga – Pouvoir démocratique social
Voix 819 817
  
28,62 %
Président de la Bolivie
Sortant
Élu

Les élections présidentielle, législatives et sénatoriales boliviennes de 2005 ont eu lieu le 18 décembre 2005.

Les deux principaux candidats à la présidence étaient Evo Morales, du Movimiento Al Socialismo, et de Jorge Quiroga Ramírez, dirigeant du Pouvoir démocratique et social (PODEMOS) et ex-dirigeant de l'Action démocratique nationaliste (ADN Acción Democrática Nacionalista). Evo Morales, investit le 22 janvier 2006, a été élu pour un mandat de cinq ans.

Résultats définitifs[modifier | modifier le code]

Source : Cour nationale électorale de Bolivie

Candidat à la présidence Candidat à la vice-présidence Parti Voix  %
Juan Evo Morales Ayma Álvaro García Linera MAS 1 544 374 53,74 %
Jorge Fernando "Tuto" Quiroga Ramírez María Renée de los Ángeles Duchén Cuéllar PODEMOS 821 745 28,59 %
Samuel Jorge Doria Medina Auza Carlos Fernando Dabdoub Arrien UN 224 090 7,80 %
Michiaki Nagatani Morishita Guillermo Luis Bedregal Gutiérrez MNR 185 859 6,47 %
Felipe Quispe Huanca Camila Choqueticlla MIP 61 948 2,16 %
Gildo Angulo Cabrera Gonzalo José Silvestre Quiroga Soria NFR 19 667 0,68 %
Eliceo Rodríguez Pari Rodolfo Antonio Flores Morelli Frepab 8 737 0,30 %
Néstor García Rojas Teodomiro Rengel Huanca USTB 7 381 0,26 %
Suffrages exprimés 2 185 960 100 %
Votes nuls 103 960 3,36 %
Votes blancs 122 879 3,97 %
Votants 3 091 707 100 %
Inscrits 3 670 995

Moins de la moitié des Boliviens en âge de voter sont inscrits sur les listes électorales.

La formation d'Evo Morales, a également obtenu la majorité à la Chambre des députés, élu dans un mode de scrutin complexe, combinant deux modalités de désignation des députés.

Le MAS a obtenu 72 députés sur les 130 sièges à pourvoir. La droite dirigée par l'ancien président Jorge Quiroga disposera de 43 députés. Les centristes du chef d'entreprise Samuel Doria Medina ont obtenu 8 députés, tandis que le Mouvement nationaliste révolutionnaire (MNR, centre droit) disposera de 7 sièges.

En revanche, le MAS d'Evo Morales sera minoritaire au Sénat. La droite a obtenu 13 sièges de sénateurs, le MAS 12, les centristes et le MNR un chacun, ce qui contraindra le MAS à nouer des alliances s'il veut disposer deux tiers des voix nécessaires pour des réformes constitutionnelles. Le vice-président, le sociologue Álvaro García Linera devient automatiquement le président du Congrès (réunion des deux chambres).

Récapitulatif
Parti Élus à la Chambre Élus au Sénat
Mouvement pour le socialisme (MAS) 72 12
Pouvoir social et démocratique (PODEMOS) 43 13
Front de l'unité nationale (FUN) 8 1
Mouvement nationaliste révolutionnaire (MNR) 7 1
Autres 0 0

Commentaires[modifier | modifier le code]

Rapidement après le scrutin, les premiers sondages ont enregistré une nette avance d'Evo Morales sur les autres candidats. Les résultats confirment cette avance ; il obtient la majorité des voix dès le premier tour, ce qui le dispense d'un second tour. Au second tour, c'est le congrès qui désigne le président.

Evo Morales a dit qu'il est le premier amérindien à remporter l'élection présidentielle depuis la création de la Bolivie. Proche des idées d'Hugo Chávez et de Fidel Castro, il est la « bête noire » du gouvernement des États-Unis. Car il veut notamment protéger la culture de la coca, ce que le gouvernement américain n'accepte pas car cette plante entre dans la composition de la cocaïne. Evo Morales a rapidement insisté sur le fait qu'il fera de la lutte contre la drogue un axe important de sa politique, mais que cela ne passe pas par la disparition de la culture de la coca.

La Bolivie est donc un nouveau pays de gauche en Amérique du Sud, avec :

Lien externe[modifier | modifier le code]