Élection présidentielle ivoirienne de 1995

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Précédent 1990 Drapeau : Côte d'Ivoire 2000 Suivant
Élection présidentielle ivoirienne de 1995
Henri Konan Bédié.gif
Henri Konan BédiéPDCI
Voix 1 640 635
  
96,16 %
Wodie.jpg
Francis WodiéPIT
Voix 65 486
  
3,84 %
Président
Sortant
Élu

L'élection présidentielle ivoirienne de 1995 s'est déroulée le 22 octobre 1995. Elle a désigné à l'issue du scrutin le second président de la République de Côte d'Ivoire pour un mandat de cinq ans.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Dates[modifier | modifier le code]

Premier tour[modifier | modifier le code]

Le premier tour du scrutin s'est déroulé le dimanche 22 octobre 1995 de 8h à 20h.

Contexte[modifier | modifier le code]

Le 7 décembre 1993, le président Félix Houphouët-Boigny décède à Yamoussoukro des suites d'un cancer en phase terminale. Henri Konan Bédié lui succède en tant que président de l'Assemblée nationale en attendant la tenue d'un nouveau scrutin.

Élimination des principaux candidats[modifier | modifier le code]

Alassane Ouattara[modifier | modifier le code]

Ancien premier ministre, Alassane Ouattara est empêché de se présenter en 1995 suite à une réforme du code électoral du 8 décembre 1994 qui stipule que les candidats à la présidence doivent prouver leur ascendance ivoirienne. Travaillant au FMI, et ayant pris ses distances avec le PCDI, il devenait l'un des mieux placés pour battre Henri Konan Bédié. Mais, la mise en place du "concept d'ivoirité" a ruiné ses espoirs.

Laurent Gbagbo[modifier | modifier le code]

Candidat contre Félix Houphouët-Boigny en 1990, il décide de boycotter le scrutin afin d'apporter son soutien à Alassane Ouattara qui deviendra plus tard son rival.

Politique intérieure[modifier | modifier le code]

Encourageant la stabilité nationale, Henri Konan Bédié fut cependant accusé de corruption[1], ainsi que de répression politique. Il poursuivit cependant la politique économique libérale de son prédécesseur.

Politique extérieure[modifier | modifier le code]

Candidatures acceptées[modifier | modifier le code]

La liste des candidats fut dévoilée par le Conseil constitutionnel le 6 octobre 1995. Deux candidats ne purent se présenter car ils n'avaient pas recueilli les 5000 parrainages nécessaires pour se présenter. Alassane Ouattara, Laurent Gbagbo et deux autres candidats furent disqualifiés, non-qualifiables ou bien qualifiables mais ont tous préféré boycotter le scrutin du 22 octobre 1995.

La liste est la suivante:

Candidatures refusées[2][modifier | modifier le code]

Campagne électorale[modifier | modifier le code]

Le 6 octobre 1995, le nom des candidats fut dévoilé par le Conseil constitutionnel. Le lendemain, les candidats partirent en campagne électorale pour quinze jours. Henri Konan Bédié s'est proposé pendant cette campagne de rencontrer les partis de l'opposition, mais il n'y eut aucune suite. Francis Wodié fit quant à lui surtout campagne sur le fait que le PDCI était déjà au pouvoir depuis plus de quarante ans. Mais cela n'aboutit à rien.

Premier tour[modifier | modifier le code]

Le 22 octobre 1995, seulement 56,2 % des électeurs se rendent aux urnes. L'encouragement au boycott du scrutin a donné une marge confortable à Henri Konan Bédié qui fut élu sans surprise avec 96,16 % des suffrages soit 1 640 635 bulletins de vote en sa faveur.

Boycott du scrutin[modifier | modifier le code]

Le RDR, fondé un an auparavant soutenait la candidature d'Alassane Ouattara. Mais, pendant que celui-ci était à New York pour travailler au FMI, le code électoral fut modifié, ce qui l'empêcha de se présenter. Le parti de l'opposition ayant pris ses distances avec le PDCI dès décembre 1993 appela au boycott du scrutin et à l'abstention chez les électeurs. Le FPI, quant à lui déjà présent en 1990 face à Félix Houphouët-Boigny avait l'intention de présenter une nouvelle candidature par l'initiative de Laurent Gbagbo. Mais celui-ci décida d'apporter son soutien au parti d'Alassane Ouattara et appela également au boycott du scrutin et à l'abstention.

Ralliements[modifier | modifier le code]

Francis Wodié n'ayant bénéficié d'aucun soutien, il ne put rivaliser avec le président sortant et s'inclina très lourdement.

Résultats[modifier | modifier le code]

L'écart entre les candidats est encore plus important qu'en 1990. Henri Konan Bédié remporte l'élection avec 96,16 % des voix mais le taux d'abstention était tout de même de 43,8 %. Francis Wodié n'arriva en tête dans aucune région et s'inclina très lourdement avec seulement 3,84 % des voix.

Résultats détaillés[modifier | modifier le code]

Premier tour
le 22 octobre 1995
Nombre % des
inscrits
% des
votants
Inscrits
Votants 3 025 037 56,20 %
   suffrages exprimés 1 706 121 97,00 %
   bulletins blancs ou nuls 52 822 3,00 %
Abstentions 747 280 43,80 %
Candidat
Parti politique
Voix % des
exprimés
  Henri Konan Bédié
Parti démocratique de Côte d'Ivoire
1 640 635 96,16 %
  Francis Wodié
Parti ivoirien des travailleurs
65 486 3,84 %


Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]