Échasse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Échasse (oiseau)
Facteur sur échasses du Pays de Buch

Les échasses sont des pièces longilignes que l’on ajoute sous les pieds pour gagner de l’altitude.

Description[modifier | modifier le code]

Faites le plus fréquemment en bois ou en métal, elles permettent d’atteindre des hauteurs qui varient en règle générale entre 20 à 30 cm pour les débutants et 3 à 4 mètres de haut pour les échassiers confirmés. Toutefois des hauteurs plus élevées ont été atteintes, dépassant les 8 mètres, le record du monde étant à plusieurs dizaines de mètres.

Les échasses se sont fortement popularisées grâce au cirque dans un premier temps, puis plus récemment avec le théâtre de rue. Mais loin de n’être qu’une technique de spectacle, on les retrouve utilisées sous différentes formes sur tous les continents.

Usage[modifier | modifier le code]

L’usage que l’on en fait est très variable. Elles peuvent être jeu d’enfants pratiqué dans la Cordillère des Andes ou en Asie, outil de travail utilisé par les plâtriers en France, par les cueilleurs de fruits au Maroc ou en Californie, mais également technique de danse.

C’est dans cette dernière catégorie que l’étude est la plus intéressante car elle offre une grande diversité dans les pratiques.

Il ne semble pas y avoir une origine particulière à l’utilisation des échasses, ou une filiation historique d’un pays à l’autre, mais plutôt des apparitions simultanées à différents endroits du globe.

Dans de nombreux pays les échasses sont issues d’une longue tradition - bien qu’il soit en général difficile de dater les premières utilisations.

On trouve par exemple des échassiers en France (les bergers landais), qui utilisaient les échasses pour surveiller les moutons. Les échasses étaient nécessaires dans cette région de marécages qui ne sera transformée qu’à partir de la fin du XVIIIe siècle grâce aux travaux d’assainissement menés par Nicolas Brémontier puis Jules Chambrelent. Apparue vraisemblablement vers le XVIIIe siècle, cette fonction a par la suite, disparu pour se maintenir comme technique de danse ou de course.

En Europe on trouve également des traditions d’échassiers en Belgique, dans le Nord de l’Espagne, en Hollande… Ainsi à Namur en Belgique, les échasses sont devenues depuis le XVe siècle le support d’une activité typique : la joute sur échasses (échasseur namurois (www.echasseurs.org)). Les Échasseurs namurois ont néanmoins la particularité d'avoir une pratique de l'échasse unique au monde. Séparés en deux factions (Avresse et Mélan), ils se servent des arceaux métalliques se trouvant sur leurs patins pour donner des coups d'échasses à leurs adversaires. L'équipe qui n'a plus de jouteur debout sur échasses perd le combat. C'est alors le traditionnel bout-à-tot qui commence. C'est du chacun pour soi, l'équipe restante se bat jusqu'à ce qu'il n'y en ait plus qu'un debout sur ses échasses. Il n'y aucune règle en combat, tous les coups sont permis si ce n'est qu'on ne peut évidemment pas remonter une fois que l'on a mis pied à terre.

Échasseurs Namurois - attestés depuis 1411
Échassier au cours d’une animation près de l’embarcadère de Ndangane au Sénégal

En Afrique, la pratique y est particulièrement importante. On en trouve dans quasiment tous les pays d’Afrique de l’Ouest (Togo, Bénin, Mali, Ghana, Côte d'Ivoire, Sénégal…). Là encore, les utilisations sont radicalement différentes d’un endroit à l’autre. Si chez les dogons, au Mali, elles ont une valeur symbolique très forte et sont utilisées dans un contexte de cérémonie bien particulier, au Togo, par exemple, elles sont, avant tout, utilisées pour une pratique festive et comme un moyen de se surpasser. Cas particulièrement intéressant lorsqu’on sait que les échassiers évoluent entre 2 et 4 mètres de haut. C’est d’ailleurs sur ce continent que l’on trouve la plus grande concentration de hauteur d’échasses supérieure à 2 mètres.[réf. nécessaire]

Pêcheurs sur échasses, Sri Lanka

On trouve des échassiers également en Asie, ou en Amérique du Sud. Sur ce dernier continent, il semble que ce soit moins une tradition qu’une importation de la technique par des personnes ayant travaillé dans des cirques aux États-Unis. À part en Bolivie, l’utilisation semble relativement récente dans cette partie du monde.

Si l’aspect traditionnel est incontestablement riche en diversité, c’est peut-être par la voie du théâtre de rue que les échasses se sont le plus développées. Beaucoup de troupes et de compagnies les utilisent (Friche Théâtre Urbain, Bulles de Zinc, Nan ! Compagnie…).

Elles peuvent être un moyen de créer de nouveaux personnages par l’allongement des jambes (qui s’est accompagné parfois également d’un allongement des bras).

D’autres les utilisent comme un moyen d’évoluer plus haut. Elles se substituent alors à une scène pour offrir des conditions de jeu intéressantes vis-à-vis du public dans la rue.

Évolution[modifier | modifier le code]

Échassier dans une parade

L’outil en lui-même s’est considérablement transformé.

Si la majorité des compagnies de rues ou de cirque les utilisent sous sa forme la plus classique (un tube droit placée sous l’axe du pied), on trouve également des échasses qui sont coudées (Tal’harn), d’autres qui utilisent un effet ressort ou plus récemment la compression.

Plus récemment, les échasses urbaines ont fait leurs apparitions. Il s’agit d’échasses à ressorts qui permettent de courir à 40 km/h et de sauter à plus de 2 m de haut. Ce nouveau sport de l’extrême permet une pratique acrobatique, street, et course.

Dans le même contexte les échasses Hi-Strider (à air comprimé), permettent une utilisation beaucoup plus acrobatique et plus sportive (Cies Trois points de suspension, Malabar…).

Zoologie[modifier | modifier le code]

Les oiseaux munis de grandes pattes qui vivent dans les marais sont appelés échassiers.

Habitation[modifier | modifier le code]

Les cabanes tchanquées (du mot tchanca, qui signifie échasse en gascon), sont des cabanes de pêcheurs sur pilotis typiques du Bassin d'Arcachon, dont elles sont devenues l’un des symboles.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]