Æthelwine de Durham

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Æthelwine.

Æthelwine (mort vers 1072) est le dernier évêque de Durham d'origine anglo-saxonne.

Il est sacré évêque en 1056[1] avec l'appui du comte de Northumbrie Tostig et du roi Édouard le Confesseur[2]. Il succède à son frère, l'évêque Æthelric, forcé de démissionner à la suite d'un scandale financier[3]. En 1059, il accompagne le roi Malcolm III d'Écosse à la cour du roi Édouard aux côtés de Tostig et de l'archevêque d'York Cynesige, peut-être pour que Malcolm y reconnaisse Édouard comme suzerain[4]. En 1065, il supervise la translation des reliques de saint Oswine de Deira à Durham[5].

Comme son frère avant lui, Æthelwine est impopulaire parmi les clercs de sa cathédrale, principalement parce qu'il n'est pas originaire de la région et qu'il a été imposé à la tête du diocèse sans demander l'avis du chapitre de la cathédrale[6]. En 1065, lors de la révolte contre le comte Tostig, les moines de la cathédrale font partie des meneurs. La révolte est couronnée de succès, mais Æthelwine conserve son poste[7].

Après la conquête normande de l'Angleterre, Æthelwine est tout d'abord loyal au nouveau roi Guillaume le Conquérant. Il se soumet à lui durant l'été 1068 à York, en même temps que la plupart des thegns du nord de l'Angleterre, et lui apporte également un message de paix du roi Malcolm[8]. Guillaume renvoie Æthelwine à la cour de Malcolm avec ses conditions, que le roi d'Écosse accepte[8],[9]. En 1069, lorsque le nouveau comte de Northumbrie Robert de Comines vient prendre possession de son fief, c'est Æthelwine qui l'avertit de la présence d'une armée anglaise en maraude dans la région. Robert, qui a négligé l'avertissement de l'évêque, est attaqué par surprise alors qu'il réside chez lui et meurt brûlé vif[10].

Lorsque Guillaume le Conquérant entreprend sa campagne dévastatrice dans le Nord, Æthelwine tente de s'enfuir en emportant plusieurs objets précieux, notamment le corps de saint Cuthbert, à Lindisfarne[11]. Il est fait prisonnier et meurt en captivité durant l'hiver de 1071-1072[12]. Son siège reste vacant jusqu'à la nomination par le roi de Guillaume Walcher, qui devient le premier prince-évêque de Durham[13].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) British History Online Bishops of Durham
  2. Walker 2000, p. 104.
  3. Fletcher 2003, p. 156.
  4. Barlow 1970, p. 203.
  5. Walker 2000, p. 108.
  6. Kapelle 1979, p. 90.
  7. Kapelle 1979, p. 98.
  8. a et b Fletcher 2003, p. 173.
  9. Williams 2000, p. 26.
  10. Stenton 1971, p. 602.
  11. Fletcher 2003, p. 180.
  12. Stenton 1971, p. 659 (note 2).
  13. Fletcher 2003, p. 185.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Frank Barlow, Edward the Confessor, University of California Press,‎ 1970 (ISBN 0-520-01671-8)
  • (en) R. A. Fletcher, Bloodfeud: Murder and Revenge in Anglo-Saxon England, Oxford University Press,‎ 2003 (ISBN 0-19-516136-X)
  • (en) William E. Kapelle, The Norman Conquest of the North: The Region and Its Transformation, University of North Carolina Press,‎ 1979 (ISBN 0-8078-1371-0)
  • (en) Frank M. Stenton, Anglo-Saxon England, Oxford University Press,‎ 1971 (ISBN 978-0-19-280139-5)
  • (en) Ian Walker, Harold, the Last Anglo-Saxon King, Wrens Park,‎ 2000 (ISBN 0-905778-46-4)
  • (en) Ann Williams, The English and the Norman Conquest, Boydell Press,‎ 2000 (ISBN 0-85115-708-4)