Guillaume Walcher

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Guillaume Walcher, ou simplement Walcher, parfois Walchere ou Walker (mort le 14 mai 1080), est évêque de Durham à partir de 1071[1] et comte de Northumbrie à partir de 1075.

Biographie[modifier | modifier le code]

Évêque puis comte[modifier | modifier le code]

Prêtre originaire de Liège et clerc séculier[2], il est invité à occuper la fonction d'évêque de Durham par Guillaume le Conquérant après la rébellion du prélat précédent, l'Anglo-Saxon Æthelwine. Il est consacré en 1071 et probablement intronisé le 3 avril de la même année[3]. Dans son voyage vers son diocèse, il est accompagné jusqu'à York par une forte escorte d'Anglo-Saxons pro-Normands, puis jusqu'à Durham par Gospatrick, le comte de Northumbrie[4].

L'année suivante, Guillaume le Conquérant démet Gospatrick de sa fonction en espérant calmer la résistance anglo-saxonne dans le nord du pays. Il le remplace par Waltheof de Northumbrie. Guillaume Walcher est en bons termes avec lui durant la première partie de son épiscopat, au point que Waltheof est autorisé à siéger parmi le clergé durant les synodes tenus par Walcher[5].

Après la révolte et la déchéance de Waltheof en 1075, Walcher est autorisé à racheter la charge comtale[6] tout en conservant son évêché. Il prévoit d'introduire des moines dans le chapitre de sa cathédrale, et on se souvient de lui comme ayant encouragé le monachisme dans son diocèse[7]. Il est particulièrement connu en tant que patron d'Aldwine, qui tenta de réintroduire le monachisme à Whitby[2]. Le groupe finit par s'installer à Durham à l'époque du successeur de Walcher, Guillaume de Saint-Calais[8].

Walcher est un saint homme[9], mais un piètre meneur d'hommes. D'après Siméon de Durham, ses chevaliers sont autorisés à piller et parfois à tuer des autochtones impunément[10]. D'après Syméon de Durham, il est particulièrement apprécié pour son honnêteté et sa nature sobre et gentille. Mais, toujours selon le chroniqueur anglais, il vexe les Anglo-Saxons en ne contrôlant pas ses hommes et se laisse voler par son archidiacre Leobwine[4]. En 1079, il se révèle incapable de faire face à une invasion écossaise[11]. Malcolm III pille le Northumberland pendant trois semaines sans opposition, et rentre au pays avec un lourd butin et de nombreux esclaves[12].

Le soulèvement fatal de la Northumbrie en 1080[modifier | modifier le code]

Son archidiacre Leobwin devient jaloux de l'influence grandissante du conseiller du comte, Ligulf de Lumley, apparenté à l'ancienne lignée northumbrienne[4]. Sur ses ordres, deux hommes de main de Walcher, parmi lesquels son parent, Gilbert, attaquent de nuit la demeure de Ligulf[4]. Celui-ci est tué avec la plupart de ses gens[12],[4]. Furieux du meurtre d'un des leurs, les Northumbriens menacent de se révolter. Afin d'apaiser la situation, Walcher accepte de rencontrer les parents de Ligulf à Gateshead[13], voyageant avec une suite d'une centaine de Normands et de Flamands pour sa sécurité. À Gateshead, le 14 mai 1080[3], il rencontre Eadulf Rus, le leader des Northumbriens désigné pour parlementer, et se voit présenter une pétition. Walcher la rejette et nie son implication dans l'assassinat. Il se dit prêt à offrir une compensation financière à la veuve de Ligulf[14]. Ce geste et ces paroles ne suffisent pas à calmer les Northumbriens qui se soulèvent contre les Normands. Walcher et ses hommes se réfugient dans une église proche, à laquelle la population met le feu. Ceux qui parviennent à échapper au brasier, parmi lesquels Walcher et Gilbert, sont tués[15]. D'après Jean de Worcester, l'assassin de Walcher n'est autre que Eadulf Rus[4].

Cette révolte incite Guillaume à envoyer son demi-frère Odon de Bayeux ravager la campagne northumbrienne à la tête d'une armée. La majeure partie de la noblesse autochtone est forcée de s'exiler, et le pouvoir de la noblesse anglo-saxonne en Northumbrie est brisé[16].

Walcher était considéré comme un évêque bien éduqué, à la réputation d'homme pieux[7]. Syméon de Durham le décrit comme un homme honnête et droit, qui accomplit avec diligence ses tâches épiscopales[17]. Aubrey de Coucy lui succède à la tête du comté de Northumbrie[18], tandis que Guillaume de Saint-Calais devient le nouveau prince-évêque de Durham[19]. Guillaume Walcher est inhumé dans sa cathédrale.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Fryde, Handbook of British Chronology, p. 241
  2. a et b Williams, English and the Norman Conquest, p. 66
  3. a et b British History Online Bishops of Durham (consulté le 17 décembre 2008)
  4. a, b, c, d, e et f Henrietta Leyser, « Walcher, earl of Northumbria (d. 1080) », ODNB.
  5. Barlow, The English Church 1066-1154, p. 152
  6. Douglas, William the Conqueror, p. 240
  7. a et b Barlow, The English Church 1066-1154, p. 62
  8. Douglas, William the Conqueror, p. 328
  9. Douglas, William the Conqueror, p. 327
  10. Kapelle, The Norman Conquest of the North, p. 138
  11. Barlow, The Feudal Kingdom of England, quatrième édition, p. 94
  12. a et b Kapelle, The Norman Conquest of the North, p. 139
  13. Stafford, Unification and Conquest, p. 123
  14. W. M. Aird, « Saint-Cuthbert, the Scots and the Normans », Marjorie Chibnall, Anglo-Norman Studies, XVI, p. 15
  15. Sadler, Battle for Northumbria, p. 51
  16. Kapelle, The Norman Conquest of the North, p. 141
  17. Kapelle, The Norman Conquest of the North, p. 137
  18. Powell, The House of Lords, p. 32
  19. Powell The House of Lords p. 36

Références[modifier | modifier le code]

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « William Walcher » (voir la liste des auteurs)
  • Frank Barlow, The English Church 1066-1154, Longman, Londres, 1979 (ISBN 0-582-50236-5)
  • Frank Barlow, The Feudal Kingdom of England: 1042-1216, quatrième édition, Longman, New York, 1988 (ISBN 0-582-49504-0)
  • The Complete Peerage, The St. Catherine Press, Londres, 1936
  • David C. Douglas, William the Conqueror: The Norman Impact Upon England, University of California Press, Berkeley, 1964
  • E. B. Fryde, D. E. Greenway, S. Porter, I. Roy, Handbook of British Chronology, troisième édition, Cambridge University Press, Cambridge, 1996 (ISBN 0-521-56350-X)
  • William Kapelle, The Norman Conquest of the North, University of North Carolina Press, 1979 (ISBN 0-7099-0040-6)
  • J. Enoch Powell, Keith Wallis, The House of Lords in the Middle Ages: A History of the English House of Lords to 1540, Weidenfeld and Nicolson, Londres, 1968
  • John Sadler, Battle for Northumbria, Bridge Studios, 1988 (ISBN 0-9512630-3-X)
  • Pauline Stafford, Unification and Conquest: A Political and Social History of England in the Tenth and Eleventh Centuries, Edward Arnold, Londres, 1989 (ISBN 0-7131-6532-4)
  • Ann Williams, The English and the Norman Conquest, Boydell Press, Ipswich, 2000 (ISBN 0-85115-708-4)
  • Henrietta Leyser, « Walcher, earl of Northumbria (d. 1080) », dans Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, 2004. Version de novembre 2008.