Zkara

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les Zkara ou les Zakraoui (en arabe : ،ذكرة ذكراوي - en berbère : ⵉⵣⴽⴰⵔⴻⵏ, ⵣⴽⵔⴰⵡⵉ) sont une tribu d'origine berbère zénète établie à l'Est du Maroc, dans la région de l'Oriental, à 25 km au sud-ouest d'Oujda, dans la commune de Mestferki, non loin de la frontière entre le Maroc et l'Algérie [1]

Histoire[modifier | modifier le code]

Carte ethnolinguistique du nord du Maroc, montrant le territoire historique des Zkara, au sud-ouest d'Oujda

Les Zkara souffraient auparavant d'une réputation de tribu isolée et rude en raison de rivalités ancestrales avec des tribus voisines mais aussi suite à des écrits colonialistes au début du XXe siècle visant à rallier le statut autonome des Zkara au protectorat français et à démontrer (à tort) qu'ils sont anti-musulmans.

Plusieurs articles ont été écrits à cet effet en France et aux États-Unis à partir de 1905[2],[3], en particulier par un certain Auguste Moulieras, militaire français né en Algérie et écrivain fervent défenseur du colonialisme et de l'orientalisme, qui sera radié quelques années après la publication d'un écrit instrumentalisé sur les Zkara.

En 1907, les Zkara ont aussi combattu avec d'autres résistants Marocains, lors de la pacification du Maroc contre les colons Français qui avaient repris l'occupation d'Oujda quelques années après la bataille d'Isly (1844) et après l'expédition contre les Beni-Snassen (1859).

Lors de la guerre d'Algérie, les Zkara ont aussi prêté main-forte aux résistants Algériens en participant à la résistance contre les colons Français.

Récemment un chercheur français a présenté une thèse[4] et plusieurs articles[5] sur les Zkara visant à rétablir la vérité sur leur histoire et l'instrumentalisation colonialiste établie à leur égard au début du XXe siècle.

Depuis quelques années, les Zkara organisent à nouveau leur Wahda ou Moussem à Mestferki (province de Oujda-Angad), qui est une fête populaire sur leurs terres, ponctuée de chants et de danses traditionnels (ahidous, fantasia et repas).

Langue et culture[modifier | modifier le code]

Les Zkara parlent principalement le berbère zénète de l'Oriental marocain, un parler berbère proche du rifain.

Comme pour la majorité des tribus berbères, la transmission de sa culture, langue et coutumes s'est faite verbalement.

Les Zkara sont majoritairement musulmans, mais comme toute tribu berbère ont longtemps respecté des traditions ancestrales comme le tatouage berbère chez les femmes et ce jusqu'à la moitié du XXe siècle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Billetterie : Soutien et sauvegarde du patrimoine de la tribu des Zkara (Maroc) », sur www.weezevent.com (consulté le 9 avril 2020)
  2. S., « The Zkara, A Christian Tribe in Morocco », Bulletin of the American Geographical Society, vol. 36, no 6,‎ , p. 343–346 (ISSN 0190-5929, DOI 10.2307/198886, lire en ligne, consulté le 20 décembre 2019)
  3. S., The Zkara, A Christian Tribe in Morocco, Bulletin of the American Geographical Society, (lire en ligne)
  4. Ariel Planeix, « L'instrumentalisation historiographique dans les processus de marginalisation des populations rurales au Maroc, le cas des Zkara », Maghreb et sciences sociales, "Marges, normes, éthique", (Ed. Karine Bennafla), IRMC Tunis/L'Harmattan Paris,‎ (lire en ligne, consulté le 9 août 2017).
  5. Ariel Planeix, « L'"anti-islamisme" des Zkara au regard des situations coloniales et postcoloniales », F. Pouillon & J.C. Vatin, Après l'orientalisme, (Karthala),‎ (lire en ligne, consulté le 9 août 2017).

Bibliographie[modifier | modifier le code]