Yvan Gradis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Yvan Gradis
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (63 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Père
Henri II Gradis (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Bernadette Servan-Schreiber (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Diego Gradis (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de
Mouvements

Yvan Gradis, né en 1958 à Paris, est écrivain (fantastique), peintre (surréaliste), diseur (répertoire actuel : 132 poèmes connus par cœur, de 42 poètes du XVe au XXIe siècle, durée totale : 5 h 7 min 30 s) et militant antipublicitaire (rédacteur du Publiphobe, cofondateur de Résistance à l’agression publicitaire [R.A.P.], initiateur des barbouillages d'affiches dans une optique de désobéissance civile, cofondateur du Collectif des déboulonneurs). [réf. nécessaire]

Biographie[modifier | modifier le code]

Parcours militant[modifier | modifier le code]

Devenu publiphobe dans le métro de Londres le , il se lance instantanément dans un militantisme antipublicitaire en solitaire[réf. nécessaire]. En 1988, il rejoint l'Association nationale de défense de la télévision (Anadet), tout juste fondée par Jean-Paul Lerat et Robert Heymann[réf. nécessaire]. En 1990, il crée Le Publiphobe (167 numéros parus)[réf. nécessaire]. En 1992, avec le philosophe non-violent René Macaire et l’écrivain sémiologue François Brune, il fonde l'association Résistance à l'agression publicitaire (R.A.P.), dont il assure la présidence durant six ans[1]. La même année, il participe aux premiers travaux de l'association Avenir de la langue française, dont il créera bientôt le bulletin. En 1993, il rencontre l’association Paysages de France [réf. nécessaire].

En 1999, il participe au lancement du magazine Casseurs de pub. De 2001 à 2003, il organise à Paris les quinze premiers barbouillages antipublicitaires collectifs au grand jour (sur la base de son manifeste Vers la légitime réponse, diffusé en 2000). En 2005, il cofonde le Collectif des déboulonneurs [réf. nécessaire].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Nouvelles
  • Avancez vers le fond (huit nouvelles), Pascal Galodé éditeurs, 2008 (finaliste grand prix de l’humour noir, 2008).
  • Beignets de cendres (onze nouvelles), éditions Kirographaires, 2011 (finaliste grand prix de l'humour noir, 2012). Clinique du cri a été primée au concours de la nouvelle fantastique de Montrouge, 2011.
  • Eux les (27 nouvelles), Prem'édit, 2020.
Roman
  • Détruire Notre-Dame (collection Le K), Pascal Galodé éditeurs, 2014[2].
Jeux de mots
  • Feu au sens (jeux de mots), Les Dossiers d'Aquitaine, 2021.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Yvan Gradis ("Le Publiphobe") : Ma stratégie, c'est le supplice de la goutte », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  2. « Lectures : Yvan Gradis », « Un univers fantastique et baroque », sur www.actualitte.com (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]