Yanna Rivoalen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Yanna Rivoalen
Description de l'image Finale Top 8 2015 - MHR vs LMRCV - 20150502 - Yanna Rivoalen.jpg.
Fiche d'identité
Naissance
à Compiègne (France)
Taille 1,66 m (5 5)
Surnom Ya[1]
Position demi de mêlée
Carrière en junior
PériodeÉquipe 
-
Carrière en senior
PériodeÉquipeM (Pts)a
2008-Drapeau : France Lille MRCV ? (?)
Carrière en équipe nationale
PériodeÉquipeM (Pts)b
2013- Drapeau : France France 47[2] (?)

a Compétitions nationales et continentales officielles uniquement.
b Matchs officiels uniquement.
Dernière mise à jour le 8 mars 2019.

Yanna Rivoalen, née le à Compiègne, est une joueuse de rugby à XV occupant le poste de demi de mêlée au Lille Métropole rugby club villeneuvois et en équipe de France.

Elle est professeur d'éducation physique et sportive à Péronne, dans la Somme.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Yanna Rivoalen naît le à Compiègne, dans l'Oise[3]. Elle grandit à Saint-Just-en-Chaussée[4]. Elle pratique le judo, le tennis et le basket-ball[5]. Elle est plutôt destinée à une carrière de basketteuse : « En Picardie, il n'y avait pas de rugby de haut niveau. Mon grand-père était joueur et dirigeant d'un petit club, donc je le suivais régulièrement et regardais aussi les matchs des Six Nations chez les hommes. Mais franchement, pour pratiquer du rugby quand on est une fille, c'était vraiment difficile car cette discipline n'est pas bien implantée là-bas[6]. » Au lycée de Clermont-de-l'Oise[7], sur les conseils de son professeur d'EPS, elle s'essaye au rugby[8] : « Mon prof n'arrêtait pas de me pousser d'essayer le rugby en classe de première. Moi, je ne pensais qu'au basket. Puis, à force d'insister, j’ai cédé et je n'ai eu aucun regret[6]. »

Elle part à Lille poursuivre ses études pour devenir professeur d'EPS. En 2008[3],[7],[9], « là encore, sur les conseils d'un autre professeur, Daniel Dubus, je signe au Lille Métropole RC villeneuvois[6] ». En 2011, à 22 ans, elle obtient le CAPEPS[10].

Elle joue trois-quarts centre. Mais, en 2012, la demi de mêlée de son club est enceinte. Yanna Rivoalen change de poste. Elle se fixe derrière la mêlée[8]. Cette année-là, elle devient professeur d'EPS au lycée Pierre-Mendès-France de Péronne, dans la Somme[9].

Internationale[modifier | modifier le code]

En 2013, avec Yanna Rivoalen comme chef d'orchestre, le club nordiste est vice-champion de France du Top 10[6]. En juin, retenue pour la tournée aux États-Unis, Rivoalen connaît sa première sélection avec le XV de France[11],[12].

En 2014, elle joue dans quatre des cinq rencontres du Tournoi des Six Nations. Le dernier match a lieu le , au stade du Hameau, à Pau. La France l'emporte face à l'Irlande (19-15), réalisant le Grand Chelem[13]. Rivoalen participe à la Coupe du monde, qui se dispute en France du 1er au . Les Bleues terminent troisièmes. Rivoalen se sent frustrée d'avoir eu peu de temps de jeu. Elle veut tout mettre en œuvre pour qu'il en soit autrement lors la prochaine Coupe du monde[10]. À partir de septembre, l'Éducation nationale lui permet, en tant que sportive de haut niveau, de ne travailler qu'à mi-temps tout en conservant un salaire entier[5]. Elle peut alors entamer trois années d'un intense travail quotidien de technique et de musculation[10].

En février 2015, dans le Tournoi des Six Nations, elle connaît sa première titularisation au poste de numéro 9, contre l'Écosse (victoire française, 42-0)[14],[15]. Elle reste titulaire dans les quatre matchs suivants[12]. La France termine deuxième[16]. Le , Rivoalen est finaliste du Top 8 avec le LMRC Villeneuve-d'Ascq[17]. Le , elle est titulaire contre l'Angleterre (victoire française, 11-0)[18].

Elle joue les quatre premiers matchs du Tournoi des Six Nations 2016. La France remporte le Tournoi[19]. Le , Rivoalen est championne de France de Top 8 avec son club[10],[20]. Durant la tournée d'été aux États-Unis, elle affronte les États-Unis, l'Angleterre et le Canada. En novembre, elle rencontre l'Angleterre[21] et les États-Unis[22].

Elle joue quatre des cinq matchs du Tournoi des Six Nations 2017. Les Françaises finissent troisièmes. Avec le LMRCV, Rivoalen est finaliste du Top 8[23]. Elle est retenue dans le groupe pour disputer la Coupe du Monde en Irlande[24]. Elle commence tous les matchs, excepté la petite finale face aux États-Unis. La France termine troisième[25].

En 2018, dans le Tournoi des Six Nations, elle participe au Grand Chelem des Bleues. Le au Stade Armand-Cesari de Furiani, contre l’Italie, elle marque un essai à la 73e minute. La France l’emporte par 57 à 0[26]. Rivoalen joue les deux matchs de la tournée d'automne contre les Blacks Ferns de Nouvelle-Zélande, championnes du monde en titre. Les Françaises s'inclinent lors du premier test (0-14)[27]. Elles prennent leur revanche le , au stade des Alpes de Grenoble (30-27)[28]. C'est la première victoire officielle[29] des Bleues sur les Blacks Ferns. Toujours en novembre, Rivoalen fait partie des 24 premières joueuses françaises de rugby à XV qui signent un contrat fédéral à mi-temps[30].

En équipe de France, elle a subi au long de l'année 2018 la concurrence de Pauline Bourdon, installée comme titulaire derrière la mêlée. En 2019, Rivoalen joue les trois premiers matchs du Tournoi comme remplaçante. Elle retrouve une place de titulaire pour le quatrième match, contre l'Irlande — Bourdon passant à l'ouverture[31].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Yanna Rivoalen, notre tête pensante », sur rugby-villeneuvedascq.fr, 3 août 2017 (consulté le 6 mars 2019).
  2. « Fiche de Yanna Rivoalen », sur www.sixnationsrugby.com, Six Nations Rugby Limited (consulté le 22 février 2019).
  3. a et b « L’interview décalée de… Yanna Rivoalen », sur rugbyamateur.fr, 26 avril 2018 (consulté le 6 mars 2019).
  4. Halima Najibi, « Une Picarde dans l'équipe de France féminine », sur france3-regions.francetvinfo.fr, 12 mars 2015 (consulté le 6 mars 2019).
  5. a et b Jérôme Prévot, « Yanna Rivoalen : « J'ai toujours admiré Wilkinson », sur midi-olympique.fr, 21 août 2017 (consulté le 6 mars 2019).
  6. a b c et d Franck Seguin, « Yanna Rivoalen, le Mondial à un coup de pouce du destin », sur modernes.eu, (consulté le 1er mars 2015)
  7. a et b Eline Erzilbengoa, « Yanna Rivoalen : la touche picarde du XV de France », sur france3-regions.francetvinfo.fr, 17 août 2017 (consulté le 6 mars 2019).
  8. a et b Nicolas Jacquemard, « Yanna Rivoalen, régulateur du jeu des Bleues », sur dicodusport.fr, 2017 (consulté le 7 mars 2019).
  9. a b et c Vincent Fouquet, « Canal+ suit Yanna, du lycée de Péronne à Twickenham », sur courrier-picard.fr, 21 mars 2018 (consulté le 6 mars 2019).
  10. a b c et d « Yanna Rivoalen, la besogneuse ! » sur rugby-villeneuvedascq.fr, 8 septembre 2017 (consulté le 7 mars 2019).
  11. « Yanna Rivoalen en bleu - Tournée d'été de France Féminines aux Etats-Unis - Juin 2013 », sur www.rugby-villeneuvedascq.fr, (consulté le 1er mars 2015)
  12. a et b Grière-Rivoalen-Ménager, le trio villeneuvois de l’équipe de France », sur lavoixdunord.fr, 12 février 2016 (consulté le 8 mars 2019).
  13. « Le Grand Chelem pour les Bleues », sur www.lequipe.fr, (consulté le 1er mars 2015)
  14. Gilles Durand, « Lille: L'équipe de France féminine sera emmenée par une Lilloise », sur www.20minutes.fr, (consulté le 1er mars 2015)
  15. « France – Ecosse féminines : 42-0 », sur fédération française de rugby à XV, (consulté le 4 mars 2015).
  16. Jean-Christophe Durand, « L'équipe de France féminine se paie l'Angleterre 21-15 », sur larepubliquedespyrenees.fr, 21 mars 2015 (consulté le 8 mars 2019).
  17. Gilles Durand, « Les Lilloises laissent le titre de championne de France 2015 à Montpellier », sur 20minutes.fr, 2 mai 2015 (consulté le 7 mars 2019).
  18. « France Féminines bat Angleterre : 11-0 », sur ffr.fr, 7 novembre 2015 (consulté le 8 mars 2019).
  19. Jean-Christophe Durand, « L'équipe de France féminine de rugby remporte le Tournoi en battant l'Angleterre 17-12 », sur larepubliquedespyrenees.fr, 18 mars 2016 (consulté le 8 mars 2019).
  20. François Launay, « Les filles du LMRCV sacrées championnes de France ! » sur 20minutes.fr, 22 mai 2016 (consulté le 24 février 2019).
  21. « Angleterre-France féminines : 10-5 », sur ffr.fr, 9 novembre 2016 (consulté le 8 mars 2019).
  22. « France-USA féminines : 36-10 », sur ffr.fr, 22 novembre 2016 (consulté le 8 mars 2019).
  23. « Les Montpelliéraines championnes de France en battant Lille (17-11) », sur midilibre.fr, 29 avril 2017 (consulté le 24 février 2019).
  24. « France féminines : Le groupe pour la Coupe du monde », sur www.ffr.fr, Fédération française de rugby, (consulté le 13 juin 2017)
  25. Aurélie Sacchelli, « Coupe du monde féminine : la France termine troisième », sur rugby365.fr, 26 août 2047 (consulté le 8 mai 2019).
  26. « France-Italie féminines : 57-0 », sur ffr.fr, 24 février 2018 (consulté le 8 mars 2019).
  27. « France-Nouvelle-Zélande féminines : 0-14 », sur ffr.fr, 9 novembre 2018 (consulté le 13 février 2019).
  28. « France-Nouvelle-Zélande féminines : 30-27 », sur ffr.fr, 17 novembre 2018 (consulté le 6 février 2019).
  29. Le , les Françaises battent les Néo-Zélandaises par 3 à 0 dans un match pour la troisième place de la Coupe du monde. Ce match n'étant pas prévu au départ, son résultat n'est pas officialisé. « Les Bleues remportent la première victoire officielle de leur histoire face à la Nouvelle-Zélande », sur lequipe.fr, 17 novembre 2018 (consulté le 7 février 2019).
  30. « 24 joueuses de l'équipe de France sous contrat fédéral à mi-temps », sur www.lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le 23 janvier 2019).
  31. « Tournoi des Six Nations féminin : une charnière Rivoalen-Bourdon contre l'Irlande », sur lequipe.fr, 6 mars 2019 (consulté le 7 mars 2019).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Ressource relative au sport : Coupe du monde de rugby à XV féminineVoir et modifier les données sur Wikidata