Équipe de France féminine de rugby à XV

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Description de l'image Logo XV de France féminin 2019.png.
Surnom Les Bleues
maillot maillot maillot
short FFFFFF
bas 001ECC
maillot FFFFFF maillot FFFFFF maillot FFFFFF
short FFFFFF
bas FFFFFF
Entrée au Board 1989
Sélectionneur Annick Hayraud (manager)
Samuel Cherouk (entraîneur)
Capitaine Gaëlle Hermet
Record de sélections Laetitia Salles (92)
Premier match officiel

Pays-Bas 0 - 4 France

Plus large victoire

France 99 - 0 Japon

Plus large défaite

France 0 - 109 Nouvelle-Zélande

Coupe du monde  
· Participations 8/8
· Meilleur résultat Six fois 3e (en 1991, 1994, 2002, 2006, 2014 et 2017).
Tournoi des Six Nations Six fois vainqueur,
dont Cinq Grands Chelems

L'équipe de France féminine de rugby à XV, ou XV de France féminin de son nom officiel, est constituée par une sélection des meilleures joueuses françaises sous l'égide de la Fédération française de rugby.

Au , le XV de France féminin occupe la quatrième place au classement des équipes nationales de rugby[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Par la volonté d'Henry Fléchon, président de l'Association française de rugby féminin et son équipe dirigeante, de voir les premiers échanges internationaux entre clubs se poursuivre par des rencontres internationales, le premier match a eu lieu aux Pays-Bas en 1982. La France encadrée par Leterre et Izoard l'emporte à Utrecht. Si la dotation en équipement offerte par la FFR est remise par monsieur Bory, membre de la Fédération, les filles vont coudre un écusson tricolore... Les Italiennes puis les Britanniques constituent leur équipe nationale. Une Coupe d'Europe avec ces quatre formations a lieu à Bourg-en-Bresse en 1988 et les tricolores remportent le trophée en l'honneur de Henry Fléchon, décédé en 1986[réf. nécessaire].

Après l'intégration des féminines à la FFR en , les membres du dernier comité directeur de la FFRF font pression sur la FFR pour qu'une équipe de France participe à la première Coupe du monde à Cardiff en 1991. Wanda Noury est le manager alors que Céline Bernard et Jean-Pierre Puidebois encadre l'équipe qui se classe 3e[2]. En 1999, un tournoi des cinq nations est créé, puis avec six nations. Une championnat d'Europe est également disputé. La France a eu également par période une équipe de France A, mais l'effort porte désormais sur la sélection des moins de 20 ans. Une équipe de France à VII dispute également des rencontres internationales.

Lors de la Coupe du monde 2010, l'encadrement est composé de Nathalie Janvier (cheffe de délégation), Francis Cadène (manageur), Nathalie Amiel et Christian Galonnier (entraineurs)[3]. En 2011, Annick Hayraud remplace Francis Cadène au poste de manageur.

En 2016, un nouveau staff est composé avec Nathalie Janvier (chef de délégation), Karl Janik (manageur), Jean-Michel Gonzalez et Philippe Laurent (entraineurs). Les Bleues remportent le Tournoi des Six Nations 2016 après avoir battu l'Angleterre à Vannes sur le score de 17 à 12, ne concèdant qu'une défaite face au Pays de Galles par 18 à 8[4].

À la fin de l'année 2016, le duo d'entraineurs formé par Jean-Michel Gonzalez et Philippe Laurent est renvoyé par la nouvelle direction de la FFR. Cette période voit aussi le retour, au poste de manageur de l'équipe, d'Annick Hayraud après son élection au comité directeur de la FFR[5]. Samuel Cherouk, entraineur des espoirs de l'ASM Clermont Auvergne, remplace le duo. Il est accompagné d'Olivier Lièvremont.

Lors du Tournoi des Six Nations 2017, l'équipe de France termine à la troisième place derrière l'Angleterre et l'Irlande, avec deux défaites contre celles-ci. Au mois d'août, la France dispute la Coupe du monde en Irlande. Les Bleues sortent invaincues de leur poule, où figurent également le Japon, l'Australie et l'Irlande[6]. Elles échouent à se qualifier en finale après une défaite 20 à 3 contre l'Angleterre[7], mais accrochent la troisième place face aux États-Unis sur le score de 31 à 23[8]. La compétition permet aussi à la France de passer troisième nation mondiale au classement World Rugby et de dépasser le Canada[9].

Dans le Tournoi des Six Nations 2018, les Bleues réussissent le Grand Chelem[10]. Dans la tournée d'automne, elles affrontent les Blacks Ferns de Nouvelle-Zélande, championnes du monde en titre. Le , à Toulon, les Françaises perdent le premier test par 0 à 14[11]. Mais, le , au stade des Alpes de Grenoble, elles prennent leur revanche sur la marque de 30 à 27[12]. C'est leur première victoire officielle[2] face aux Néo-Zélandaises. Ce mois-là, quatre Françaises figurent parmi les cinq femmes nommées par World Rugby pour le titre de joueuse de l'année : Pauline Bourdon, Gaëlle Hermet, Safi N'Diaye et Jessy Trémoulière[13]. Cette dernière remporte la récompense[14]. Toujours en novembre, 24 joueuses signent un contrat fédéral à mi-temps, qui doit leur permettre de libérer du temps pour améliorer leurs performances[15].

Les années 1980[modifier | modifier le code]

L'intégration dans la FFR[modifier | modifier le code]

  • Intégration à la FFR en .
  • La reconnaissance officielle de la Coupe du Monde en 1998 permet aux sélectionnées d'obtenir un statut de joueuse de haut niveau.

Les années Tournoi[modifier | modifier le code]

Composition et préparation du XV de France[modifier | modifier le code]

Équipe actuelle[modifier | modifier le code]

La liste suivante indique les joueuses convoqués pour participer au Tournoi des Six Nations féminin 2020[17].

Nom Naissance Sélections
(Pts marqués)
Club Première sélection
Piliers
Lise Arricastre (30 ans) 71 (?) Lons rugby Béarn Pyrénées 2011
Rose Bernadou (21 ans) 3 (0) Montpellier Hérault rugby
Annaëlle Deshayes (25 ans) 15 (?) AS Rouen UC 2016
Clara Joyeux (23 ans) 15 (0) Blagnac rugby féminin
Laure Touyé (25 ans) Montpellier Hérault rugby
Maïlys Dhia Traoré (26 ans) Stade toulousain 2014
Talonneurs
Agathe Sochat (26 ans) 22 (?) Montpellier Hérault rugby
Caroline Thomas (30 ans) 6 (?) ASM Romagnat rugby féminin 2016
Deuxième ligne
Lénaïg Corson (32 ans) 29 (?) Stade français Paris 2012
Madoussou Fall (23 ans) 4 (5) AC Bobigny 93 Rugby 2019
Céline Ferer (30 ans) 20 (?) AS Bayonne 2015
Audrey Forlani (29 ans) 55 (?) Blagnac rugby féminin 2011
Safi N'Diaye (33 ans) 73 (?) Montpellier Hérault rugby 2012
Troisième ligne aile et centre
Julie Annery (26 ans) 16 (?) AC Bobigny 93 Rugby 2015
Coumba Diallo (31 ans) 33 (?) Stade français Paris
Gaëlle Hermet Capitaine (25 ans) 27 (?) Stade toulousain
Émeline Gros (26 ans) 6 (10) FC Grenoble
Romane Ménager (25 ans) 33 (?) Montpellier Hérault rugby 2016
Demi de mêlée
Pauline Bourdon (25 ans) 24 (?) AS Bayonne
Laure Sansus (27 ans) 4 (?) Stade toulousain
Demi d'ouverture
Camille Imart (26 ans) 7 (?) Stade toulousain 2016
Nassira Konde AC Bobigny 93 Rugby
Morgane Peyronnet (29 ans) 5 (0) Montpellier Hérault rugby 2019
Centre
Camille Boudaud (27 ans) 10 (?) Stade toulousain
Marine Ménager (25 ans) 18 (?) Montpellier Hérault rugby 2016
Gabrielle Vernier (24 ans) 16 (15) Lille Métropole RC villeneuvois 2018
Ailier - Arrière
Cyrielle Banet (27 ans) 19 (?) Montpellier Hérault rugby 2018
Caroline Boujard (27 ans) 35 (?) Montpellier Hérault rugby 2014
Marie-Aurélie Castel (21 ans) 2 (0) Stade rennais 2019
Jessy Trémoulière (29 ans) 54 (?) ASM Romagnat rugby féminin 2011

Encadrement[modifier | modifier le code]

Période Chef de délégation Manager Entraîneur principal Entraîneur adjoint
1991 Wanda Noury Jean-Pierre Puidebois et Céline Bernard
1997-2002 Wanda Noury Daniel Dupouy
2003-2006 Wanda Noury Francis Cadène Benoît Oszustowicz et Philippe Laurent
2007-2009 Roland Puig et Matthieu Codron
2010 Nathalie Janvier Nathalie Amiel Christian Galonnier
2011-2014 Annick Hayraud
2015-2016 Karl Janik Jean-Michel Gonzalez et Philippe Laurent
janvier - Jérôme Brousse Annick Hayraud Samuel Cherouk Olivier Lièvremont
- Laurence Benoist
Depuis Stéphane Eymard

En , le changement de comité directeur de la FFR et l'élection de Bernard Laporte à sa tête entraînent l'éviction des deux entraîneurs "sans aucune explication"[18]. Le bilan sportif de l'équipe de France féminine, qui a remporté le Tournoi des Six Nations féminin 2016 (2e en 2015), ne semble pas en cause.

Capitaines[modifier | modifier le code]

Joueuses emblématiques[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Mis à jour le , à la fin d’une édition perturbée par la pandémie de Covid-19.

Parcours au Tournoi des 6 Nations
Édition Victoires Défaites Bilan
1999 3 1 2e
2000 3 1 2e
2001 2 2 2e
2002 5 0 Grand Chelem
2003 3 2 3e
2004 5 0 Grand Chelem
2005 5 0 Grand Chelem
2006 3 2 3e
2007 4 1 2e
2008 3 2 3e
2009 3 2 4e
2010 3 2 2e
2011 4 1 2e
2012 4 1 2e
2013 3 2 2e
2014 5 0 Grand Chelem
2015 4 1 2e
2016 4 1 1re
2017 3 2 3e
2018 5 0 Grand Chelem
2019 3 2 3e
2020 2 1 2e
2021 2 1 2e
Parcours en Coupe du monde
Édition Lieu(x) Bilan
1991 Pays de Galles 3e
1994 Écosse 3e
1998 Pays-Bas 8e
2002 Espagne 3e
2006 Canada 3e
2010 Angleterre 4e
2014 France 3e
2017 Irlande
Drapeau de l'Irlande du Nord (drapeau du Royaume-Uni) Irlande du Nord
3e
Parcours au Women's Rugby Super Series
Édition Lieu(x) Bilan
2016 Drapeau des États-Unis États-Unis 3e
2019 Drapeau des États-Unis États-Unis 3e

Statistiques[modifier | modifier le code]

Record de sélections[modifier | modifier le code]

# Joueuse Poste Dates d'activité Nombres de sélections
1 Laetitia Salles Talonneur 2003-2014 92
2 Estelle Sartini Demi d'ouverture 1995-2008 90
3 Sandrine Agricole Centre ou demi d'ouverture 2004-2014 84
4 Safi N'Diaye Troisième ligne centre ou deuxième ligne 2012- 80
5 Stéphanie Provost Demi de mêlée 1994-2005 77
6 Danièle Irazu Pilière 1995-2007 76
7 Lise Arricastre Pilière 2011- 73
8 Christelle Le Duff Demi d'ouverture 2001-2017 70
Élodie Poublan Arrière 2009-2017 70
Gaëlle Mignot Talonneur 2010-2018 70

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en + fr + es + ja) « Classement féminin », sur world.rugby, World Rugby, (consulté le ).
  2. a et b Le , les Françaises battent les Néo-Zélandaises par 3 à 0 dans un match pour la troisième place de la Coupe du monde. Ce match n'étant pas prévu au départ, son résultat n'est pas officialisé. « Les Bleues remportent la première victoire officielle de leur histoire face à la Nouvelle-Zélande », sur lequipe.fr, 17 novembre 2018 (consulté le 7 février 2019).
  3. « Elles seront 24 », sur ladepeche.fr, La Dépêche du Midi, (consulté le ).
  4. « Le tournoi féminin, il est pour les Bleues ! », sur rugbyrama.fr, 19 mars 2016 (consulté le 21 août 2017)
  5. « L'entraineur des Bleues Jean-Michel Gonzalez démis de ses fonctions », sur lepoint.fr, 1er janvier 2017 (consulté le 21 août 2017)
  6. « Cette fois, les Bleues ont vraiment des raisons d'y croire », sur rugbyrama.fr, 18 août 2017 (consulté le 3 septembre 2017)
  7. « La France battue par l'Angleterre (20-3) en demi-finale », sur rugbyrama.fr, 22 août 2017 (consulté le 3 septembre 2017)
  8. « La France termine 3e après sa victoire contre les États-Unis (31-23) », sur rugbyrama.fr, 26 août 2017 (consulté le 3 septembre 2017)
  9. « La Nouvelle-Zélande en tête du classement World Rugby, la France passe 3e », sur rugbyrama.fr, 21 août 2017 (consulté le 3 septembre 2017)
  10. « Le XV de France réussit le Grand Chelem féminin des Six Nations », sur ladepeche.fr, 16 mars 2018 (consulté le 6 février 2019).
  11. « France-Nouvelle Zélande féminines : 0-14 », sur ffr.fr, 9 novembre 2018 (consulté le 7 février 2019).
  12. « France-Nouvelle Zélande féminines : 30-27 », sur ffr.fr, 17 novembre 2018 (consulté le 6 février 2019).
  13. « 4 Françaises parmi les 5 meilleures joueuses de l'année ! » sur rugbyrama.fr, 2 novembre 2018 (consulté le 7 février 2019).
  14. « Jessy Trémoulière sacrée meilleure joueuse de l'année », sur rugbyrama.fr, 25 novembre 2018 (consulté le 7 février 2019).
  15. Avec AFP, « 24 joueuses de l'équipe de France sous contrat fédéral à mi-temps », sur lequipe.fr, 16 janvier 2019 (consulté le 7 février 2019).
  16. (en + fr + es + ja) « L'histoire derrière le premier match international féminin », sur world.rugby, World Rugby, (consulté le ).
  17. « Le groupe pour préparer le Tournoi des 6 Nations », sur www.ffr.fr, (consulté le )
  18. Thibault Vincent et Paul Nicolaï, « Equipes de France : Jean-Michel Gonzalez écarté, victime d'une chasse aux sorcières ? », sur www.francebleu.fr, France Bleu, (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]