Xavier de Cock

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Article détaillé : Famille de Cock.
Xavier de Cock
Xavier de Cock.png
Portrait photographique de la collection Georges Sirot.
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 78 ans)
DeurleVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Formation
Maître
Lieux de travail
Fratrie
La rue Meers à Gand (1862) - au Musée des beaux-arts de Gand.

Xavier de Cock, né à Gand le et mort à Deurle le , est un peintre de scènes de genre, animalier, paysages animés, paysages, aquarelliste belge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Frère aîné de César de Cock, Xavier de Cock est élève de Ferdinand de Braekeleer à l'École des beaux-arts d'Anvers. Il se forme à l'Académie d'Anvers, copie les maîtres en Hollande, travaille en Ardenne, puis se rend à Paris — il y appelle son frère avec insistance — où il séjourne entre 1852 et 1860[1]. À ses débuts il s'inspire des anciens paysages hollandais. Ses contacts réguliers avec les peintres de Barbizon lui font abandonner la manière méticuleuse de son maître pour s'orienter vers une peinture de sensibilité proche de la leur, et il connaît le succès. Bientôt les De Cock, gens simples, grands travailleurs, bons compagnons, sont admis à Paris aussi bien par les organisateurs d'expositions officielles que par les marchands, comme s'ils étaient des Français d'origine. Le critique d'art Bourgeat notera « César est à Corot ce que Xavier est à Daubigny ». Le premier est plus fin, plus poète que le second et celui-ci se montre plus ferme, plus chaud, plus vigoureux que l'autre. Edmond About dira que Daubigny et Corot doivent voir dans César et Xavier De Cock « non des copistes mais des compagnons de combat inspirés ». L'influence de la pléiade des paysagistes et animaliers romantico-réalistes rencontrés à Barbizon — les Dupré, Troyon, Jacque, Daubigny, Millet, Rousseau — se mêle, dans son œuvre, à celle des maîtres du XVIIe siècle dont sa sensibilité le rapproche [2],[3]. Nombre de ses œuvres sont conservées dans les musées belges de Gand, Courtrai, Liège, Bruxelles et Deinze avec notamment Vaches traversant la Lys. Il quitte la France pour s'installer à Deurle et à Saint-Denis-Westrem. Il est considéré comme l'un des précurseurs de l'École de Laethem-Saint-Martin[4].

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire de la peinture flamande et hollandaise du Moyen Âge à nos jours, Paris, Éditions Larousse, , 493 p. (ISBN 2037400152), p. 101
  • Dictionnaire de la peinture, vol. 1, Larousse-Bordas, , 2497 p. (ISBN 2037500114), p. 425
  • Dictionnaire des peintres belges du XIVe siècle à nos jours, Renaissance du livre, , 466 p. (ISBN 2804120120), p. 1-466
  • Dictionnaire biographique illustré des artistes en belgique depuis 1830, Arto, , 491 p. (ISBN 2960008804), p. 1-491
  • Paul Haesaerts, Laethem-Saint-Martin : Le village élu de l'art flamand, Anvers, Fonds Mercator, , 523 p.
  • André De Ridder, Laethem-Saint-Martin, colonie d'artistes, Bruxelles, Lumière, , 381 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. En 1859, Xavier De Cock rencontre à Saint-Denis-Westrem, commune voisine de Laethem-Saint-Martin, une orpheline de seize ans qu'il épousera.
  2. Dictionnaire de la peinture flamande et hollandaise du Moyen Âge à nos jours 1989, p. 101
  3. Haesaerts 1982, p. 43-46
  4. Dictionnaire de la peinture 1996, p. 425