Wellington Koo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article n’est pas rédigé dans un style encyclopédique (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Vous pouvez améliorer sa rédaction !

Wellington Koo
顧維鈞
Wellington Koo
Wellington Koo
Fonctions
Président de la République de Chine
(intérim)

8 mois et 15 jours
Prédécesseur Tuan Chi-Jui
Huang Fu (intérim)
Successeur Zhang Zuolin
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Shanghai, Empire de Chine
Date de décès (à 98 ans)
Lieu de décès New York, Drapeau des États-Unis États-Unis

Vi Kyuin Wellington Koo (chinois : 顾维钧 ; Pinyin : Gù Wéijūn ; Wade-Giles : Ku Wei-chün) ( - ) est un diplomate chinois, représentant de la République de Chine à la Conférence de paix de Paris de 1919.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Shanghai en 1887, il part aux États-Unis en 1904 pour étudier la culture occidentale afin d'aider la Chine à faire face à l'impérialisme. Il parle un anglais parfait, et en vient à s'intéresser à la position de la Chine dans la société internationale.

Koo fréquente l'Université Saint John de Shanghai et, aux États-Unis, le Collège Columbia de l'Université Columbia de New York, où il est membre de la Société Philolexiane, un cercle littéraire et de débats. En 1912, Koo obtient son Ph.D. en Droit et Diplomatie Internationale de l'Université Columbia. Immédiatement, il rentre pour prendre du service dans la nouvelle République de Chine en tant que secrétaire anglais du Président. En 1915, Koo est nommé Envoyé chinois aux États-Unis.

En 1919, il se rend célèbre en tant que membre de la délégation chinoise à la Conférence de paix de Paris. Devant les puissances occidentales et le Japon, il demande que le Japon restitue le Shandong à la Chine. Il demande aussi aux pays occidentaux de mettre fin à toutes les institutions impérialistes comme l'extra-territorialité, les contrôles tarifaires, les gardes des légations et les propriétés en location. Les puissances occidentales rejettent ses revendications et, par conséquent, la délégation chinoise à la Conférence de paix de Paris est la seule nation à ne pas signer le Traité de Versailles à la cérémonie de la signature.

Koo participe aussi à la formation de la Société des Nations en tant que premier représentant de la Chine près la nouvelle organisation. Il est Président de la République pendant une période de chaos à Pékin en 1926-1927. Il occupe ensuite la charge de Ministre des affaires étrangères sous Zhang Zuolin et représente la Chine à la Société des Nations pour protester contre l'invasion japonaise de la Mandchourie. De 1936 jusqu'à 1940, il remplit les fonctions d'Ambassadeur de Chine en France, finalement occupée par l'Allemagne. Après quoi, il est Ambassadeur de Chine près le Royaume-Uni jusqu'à 1946. Koo est un des membres fondateurs de l'Organisation des Nations unies en 1945. Ensuite, il devient Ambassadeur aux États-Unis, et cherche à garder l'alliance entre la République de Chine et les États-Unis tandis le Kuomintang commence à perdre contre les Communistes chinois et avant de se retirer à Taïwan.

Koo se retire du service diplomatique chinois en 1956, après 44 ans d'activité et deux guerres mondiales. Il est le diplomate chinois le plus expérimenté et le plus respecté de sa génération. En 1956, Koo devient un juge de la Cour internationale de justice à La Haye et occupe la charge de Vice-Président de la Cour pendant les trois dernières années de son mandat. Il se retire en 1967, pour s'établir à New York, où il passe le reste de sa vie avec sa famille et ses amis, jusqu'à sa mort en 1985, à l'âge de 98 ans.

Vie privée[modifier | modifier le code]

La première femme de Koo était une inconnue, divorcée.

Pao-yu Tang, sa deuxième femme (décédée en 1918), était la plus jeune fille de l'ancien Premier Ministre chinois Tang Shaoyi et cousine de l'actrice et peintre Mai-Mai Sze[1] Les Koo eurent deux enfants, un fils, Teh-chang Koo (né en 1916) et une fille, Patricia Koo (née en 1918).

Koo épousa en troisièmes noces Hui-Lan Oei (née en Java en 1899). Elle était une des 45 enfants reconnus du magnat du sucre Oei Tiong-ham, un chinois résident à Java[2]] Les Koo eurent deux fils, Yu-chang Koo ("Wellington Koo Jr", née en 1922) et Fu-chang Koo ("Freeman Koo", né en 1923). Ils divorcèrent vers 1955.

Il épousa en quatrièmes noces Juliana Young, veuve de Huang-son "Clarence" Young, et mère de trois enfants, nés de ses précédents mariages : Geneviève (qui épousa le photographe, romancier et composeur afro-américain Gordon Parks[3]), Shirley et Frances Loretta Young.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. "Chinese Minister to Mexico Chosen: V.K. Wellington Koo, Graduate of Columbia, Also Envoy to Peru and Cuba", The New York Times, 26 juillet 1915.
  2. thestar.com.my
  3. www.time.com

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Craft, Stephen G. V.K. Wellington Koo and the Emergence of Modern China. Lexington: University Press of Kentucky, 2003.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :