Volterrano

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un peintre image illustrant italien
Cet article est une ébauche concernant un peintre italien.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le peintre italien du XVIIe siècle. Pour l'humaniste italien, voir Raffaello Maffei. Pour le peintre italien du XVIe siècle, voir Daniele da Volterra.
Volterrano
Palazzo di San Clemente, sala della biblioteca 1, affreschi.JPG

Palais San Clemente, salle de la bibliothèque

Naissance
Décès
Activité
Portrait de Giovan Carlo de' Medici à la Galerie Palatine

Volterrano (ou il Volterrano) né Baldassarre Franceschini, (né en 1611 à Volterra, dans la province de Pise en Toscane – mort à Florence le ) était un peintre italien du XVIIe siècle, qui se rattache au maniérisme tardif[1] de l'école florentine. Actif à Florence, à Volterra et à Rome, il a été très influencé par Pietro da Cortona.

Biographie[modifier | modifier le code]

Volterrano fait son apprentissage avec son père, sculpteur d'albâtre et étudie avec un artiste de la ville Cosimo Daddi. Son talent reconnu est sous-employé, le marquis Inghirami le place alors à 16 ans, sous le parrainage du peintre Matteo Rosselli comme le sont Francesco Furini et Lorenzo Lippi. En à peine un an, il exécute des fresques comprenant des perspectives et ensuite des travaux pour la famille de Médicis dans la villa Petraia.

Il devient le protégé de Laurent de Médicis qui lui confie la décoration de la cour de la Villa Medicea La Petraia. Il y emploie les dessins réalisés par Giovanni da San Giovanni avant sa mort en 1636, et dont l'influence du modèle décoratif sur son travail à la villa Petraia est sensible

En 1652, Filippo Niccolini, projetant d'employer Franceschini sur les fresques de la coupole et de l'abside de sa chapelle dans Santa Croce à Florence, l'expédie en diverses régions de l'Italie pour qu'il améliore son style. Le peintre, dans cette tournée de quelques mois, prend un intérêt certain pour les écoles de Parme et de Bologne et dans le modèle romano-toscan de Pietro da Cortona dont il a fait la connaissance à Rome. Il entreprend à son retour les peintures commissionnées par Niccolini: ce sont ses travaux les meilleurs et les plus connus.

il renouvellera à nouveau son style lors d'un voyage vers le nord avec une étape à Venise en 1663[2].

Parmi ses élèves on distingue Massimiliano Soldani-Benzi, Antonio Franchi, Benedetto Orsi, Michelangelo Palloni, Domenico Tempesti et Cosimo Ulivelli.

Il meurt d'une apoplexie le .

Œuvres[modifier | modifier le code]

Meilleur peintre à fresque qu'à l'huile, ses travaux dans cette dernière technique ont fréquemment été laissés non finis, bien que certains travaux demeurent : ses images de coffret sont marquées par beaucoup d'invention ; Il a peint une scène d'Elias dormant pour un polyptyque en bois dans l'église de San Giusto à Volterra. Parmi ses meilleures peintures à l'huile on compte son saint Jean-Baptiste dans l'église de la Santa Chiara à Volterra et la fresque dans la coupole de l'Annunziata à Florence, travail qui l'a occupé pendant deux années vers 1683.

  • À la Galerie Palatine du Palais Pitti à Florence :
    • Les fresques de la salle de l'Allégorie,
    • Ecce homo à la salle de l'Aurore (1680-1683),
    • Amore venale e Amore dormente à la salle du Poêle
    • Amour endormi (1665-1670), fresque sur natte, 73 × 43 cm. Appartenait à Ferdinand II de Médicis[3]
    • Portrait de Giovan Carlo de' Medici
    • La Plaisanterie du curé Arlotto (1655), tempera sur toile, 107 × 150 cm. Peinte pour un gentilhomme de l'entourage de Don Lorenzo de Médicis, entré par la suite dans les collections du cardinal Charles de Medicis.[3]
  • saint Philippe Neri et des anges, au Palais Niccolini, à l'Oratoire des Vanchetoni,
  • une fresque de la voûte L'Enlèvement d'Élie à l'église Santa Maria Maggiore,
  • Les plafonds de voûte (1664 et 1670), Basilica della Santissima Annunziata :
    • L'Assomption
    • Saint Philippe Benizi
    • Saint Jean l'Evangeliste,
    • La Trinité.
  • les fresques La Vigilance et le Sommeil à la Villa Medicea di Castello,
  • les fresques des ancêtres des Médicis (1637-1646), cour de la Villa Medicea La Petraia
  • Finition de la fresque commencée par Giovanni da San Giovanni à l'église San Felice in Piazza,
  • Les décorations interieures de la Villa di Poggio Imperiale
  • Saint Pierre en gloire, avec la Foi, l'Espérance et la Charité, plafond de l'église San Pietro à Varlungo,
  • Vierge à l'Enfant, Saint Jean l'Evangeliste et Pierre d'Alcantara, retable de l'église Santi Quirico, Lucia e Pietro d'Alcantara à Montelupo Fiorentino,
  • Saint Luc et saint Louis, roi de France, église Sant'Egidio,
  • La Vierge Marie couronnée par la Trinité et quatre Sybilles, coupole de la chapelle Niccolini, Basilique Santa Croce de Florence
  • Martyre de sainte Cécile, église San Paolino,
  • Assomption de Marie (1677), église Santa Felicita
  • Jésus servi par les anges, dessin à la sanguine, rehauts de blanc 34,2 × 48,4 cm, musée du Louvre, Paris,
  • Tableaux au musée des beaux-arts de Bordeaux (huile) :
    • Apollon et Marsyas,
    • Apothéose d'Ovide
    • Moïse devant Pharaon
  • Étude pour le frontispice de l’ouvrage Le Bellezze della città di Firenze, palais des beaux-arts de Lille
  • Mariage mystique de sainte Catherine, cathédrale Notre-Dame de Rouen (chapelle Sainte-Colombe)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

  • Les premiers émois du syndrome de Stendhal que l'auteur français éprouve devant les fresques des Sybilles à Santa Croce.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Getty Center
  2. Riccardo Spinelli, « Biographies », dans Mina Gregori, Le Musée des Offices et le Palais Pitti, Paris, Editions Place des Victoires,‎ (ISBN 2-84459-006-3), p. 672
  3. a et b Mina Gregori, Le Musée des Offices et le Palais Pitti : La Peinture à Florence, Editions Place des Victoires,‎ (ISBN 2-84459-006-3), p. 413