Vol 470 LAM Mozambique Airlines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Vol 470 LAM Mozambique Airlines
Un appareil similaire à celui impliqué dans l’accident
Un appareil similaire à celui impliqué dans l’accident
Caractéristiques de l'accident
Date
TypeCollision avec le sol
CausesActe volontaire du commandant de bord (suicide)
SiteParc national de Bwabwata (Namibie)
Coordonnées 18° 12′ sud, 21° 52′ est
Caractéristiques de l'appareil
Type d'appareilEmbraer 190
CompagnieLAM Mozambique Airlines
No  d'identificationC9-EMC
PhaseCroisière
Passagers27
Équipage6
Morts33 (tous)
Blessés0
Survivants0

Géolocalisation sur la carte : Namibie
(Voir situation sur carte : Namibie)
Vol 470 LAM Mozambique Airlines

Le vol 470 LAM Mozambique Airlines était un vol assuré par un Embraer 190 de la compagnie publique mozambicaine LAM partant de l'aéroport international de Maputo en Mozambique à destination de l'aéroport de Luanda-Quatro de Fevereiro en Angola.

Le , l’appareil s’écrase dans le nord de la Namibie, coûtant la vie aux 33 personnes à bord. L’enquête a conclu que le commandant de bord a volontairement écrasé l’avion[1]. Deux ans plus tard, le Vol 9525 Germanwings s'est écrasé en France suite à un même acte volontaire de la part du copilote.

Caractéristiques de l'appareil[modifier | modifier le code]

L'appareil, un Embraer 190 immatriculé C9-EMP, a été livré à LAM Mozambique Airlines le 17 novembre 2012 et avait accumulé 2 905 heures de vol au cours de 1 877 cycles. Sa dernière inspection date du 28 novembre 2013, soit la veille de l’accident.

Déroulement des faits[modifier | modifier le code]

L'avion décolle a h 26 UTC de l'aéroport international de Maputo à destination de Luanda, capitale de l’Angola[2].

L'appareil est à son altitude de croisière soit environ 11 400 mètres lorsque l'Embraer ERJ-190 descend brutalement à hauteur d'une vitesse verticale d’environ 30 mètres par seconde (1 800 mètres par minute), puis disparait des écrans radars. Le contact radio est également perdu à ce moment[3]. L'épave est éparpillée sur une faible surface, ce qui montre que l'avion a heurté le sol violemment avec une vitesse verticale élevée[4].

Victimes[modifier | modifier le code]

Morts par nationalité (passagers)
Nationalité Total
Drapeau du Mozambique Mozambique 10
Drapeau de l'Angola Angola 9
Drapeau du Portugal Portugal 5
Drapeau de la France France 1
Drapeau du Brésil Brésil 1
Drapeau de la République populaire de Chine Chine 1
Total 27[2]

Enquête[modifier | modifier le code]

Les premières analyses de l'enregistreur des données de vol confirment que le commandant de bord était seul dans le cockpit, alors qu’une personne, le copilote frappait à la porte du cockpit. Alors que l’avion entame sa chute à la verticale, le son des signaux d’alerte toutes ignorées dans la cabine de pilotage, mais aussi des coups sourds sur la porte du cockpit se font entendre. Le copilote supplie alors le commandant d’ouvrir[5].

Selon le rapport préliminaire de l’Institut de l’Aviation Civile du Mozambique (IACM), les enregistrements des boîtes noires « montrent clairement que le pilote, Herminio dos Santos Fernandes avait clairement l’intention de s’écraser ».

Le pilote était donc seul dans le cockpit. Il avait enregistré 9 053 heures de vol au total tandis que le copilote avait accumulé 1 418 heures d'expérience de vol[6].

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]