Victorine Meurent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Victorine Meurent
Image dans Infobox.
Victorine Meurent vers 1865, album de portraits ayant appartenu à Édouard Manet,
Paris, Bibliothèque nationale de France.
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
ColombesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Formation

Victorine Louise Meurent, parfois écrit Meurend, Meurant ou Meurand, est une artiste peintre française, également modèle, née à Paris le et morte à Colombes le .

Elle est particulièrement célèbre pour avoir été le modèle ayant posé le plus fréquemment pour Édouard Manet, notamment dans deux de ses œuvres les plus connues, mais son art de peintre était pleinement reconnu de son vivant. Elle a ainsi participé au prestigieux Salon de peinture et de sculpture à plusieurs reprises. En 1876, ses tableaux y furent acceptés alors que ceux de Manet avaient été refusés.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dès l'âge de 16 ans, Victorine Meurent s'inscrit comme modèle dans l'atelier-école du peintre Thomas Couture[1].

C'est peut-être là qu'elle rencontre Édouard Manet, ancien élève de Couture, mais il est également possible que la rencontre ait eu lieu par l'intermédiaire d'un autre peintre, Alfred Stevens. De fait, c'est dans l'atelier de Stevens, que ce dernier avait généreusement mis à la disposition de Manet, que celui-ci commence à peindre Mlle V. en costume d’espada, première toile du peintre dans laquelle Victorine figure : notamment, Manet sait opportunément profiter des décors et costumes présents sur place, lesquels avaient été déposés par une troupe de théâtre madrilène de passage à Paris. Stevens lui-même, dont elle est très proche, la fait aussi poser : on la reconnaît en particulier dans deux versions du Sphinx parisien du peintre belge installé à Paris, la première datée de 1867 et la seconde peinte, selon une note de la main de l'artiste à l'envers de la toile, pendant le siège de Paris en 1870[1]. Elle pose également pour Degas.

Mais l’image du modèle reste aujourd'hui étroitement associée à l'œuvre de Manet, pour qui elle aura posé pendant onze ans, de 1862 à 1873. On la voit notamment dans La Chanteuse des rues[2], La Jeune Fille en rose (également intitulée La Femme au perroquet) ou La Joueuse de guitare, peint en 1866-1867. Les deux tableaux les plus célèbres la font apparaître nue : Le Déjeuner sur l'herbe (1863), où elle est dépeinte assise et entièrement dévêtue, près de deux hommes en costume de ville ; Olympia, un nu qui montre son corps mince allongé sur un divan, ce qui lui vaut le surnom de « crevette »[1].

À la fin de l'été 1868, la jeune femme entreprend avec la troupe de théâtre Genot un voyage en Amérique organisé par l'imprésario Jacob Grau, voyage consigné dans la seule lettre connue de sa main et conservée à la Pierpont Morgan Library à New York, et souvent mentionné par ses contemporains (Adolphe Tabarant en particulier)[1]. Victorine est accompagnée d'un jeune garçon de 7 ans, Louis Meurent. La troupe est de retour en France en .

Victorine Meurent, Le Jour des rameaux (vers 1880), musée d'Art et d'Histoire de Colombes [(d) Voir avec Reasonator].

Victorine Meurent commence alors à peindre : à partir de 1875, elle prend des cours à l'Académie Julian dans l'atelier du peintre Étienne Leroy[2]. Elle rencontre alors un certain succès : ses toiles sont reçues à plusieurs reprises au Salon. En 1876, année où Manet est refusé au Salon, elle présente un autoportrait (qu'on a longtemps cru disparu mais que le musée de Boston a acquis en 2021[3]) et, en 1879, Une bourgeoise de Nuremberg au XVIe siècle (œuvre disparue), accrochée dans la même salle que Manet, la salle des « M », qui montre quant à lui Dans la serre. Elle expose encore en 1895 et 1904 - elle aura finalement participé à six Salons différents[2]. Artiste reconnue, elle intègre en 1903 la Société des artistes français. Durant ces années, elle pose encore, non plus pour Manet, de qui elle s'est éloignée, mais pour Norbert Goeneutte[1].

Victorine Meurent, Autoportrait, vers 1876.

L'année suivante, Émile Blavet, dit que, disant agréablement la chansonnette, elle a passé sa vie entre le théâtre et les artistes, elle est à présent peintre, spécialisée dans les portraits d'animaux de compagnie[4]. En 1907, l'année où Olympia entrait au musée du Louvre (au musée du Jeu de paume) et Le Déjeuner sur l'herbe au musée des Arts décoratifs, c'est à Colombes que Victorine Meurent s'installait, avec son amie Marie Dufour, dans un modeste pavillon où elle continua à peindre et à donner des leçons de guitare[2].

Seules deux toiles, conservées dans les collections du musée d'Art et d'Histoire de Colombes, ont été identifiées comme de Victorine Meurent : Le Jour des Rameaux et Le Briquet.

Historiographie et apparition dans la fiction[modifier | modifier le code]

En 1906, l'écrivain irlandais George Moore fait de Meurent un personnage de son autobiographie semi-fictionnelle Memoirs of My Dead Life (1906), où elle apparaît comme une femme entre-deux-âges vivant une relation lesbienne avec une courtisane célèbre.

L'intérêt pour Victorine Meurent a été renouvelé à la fin du XXe siècle et surtout au début des années 2000. Une thèse lui est consacrée dès 1986, permettant de mettre à jour les principales sources sur sa vie et son œuvre[5].

Le fait qu'il s'agisse d'une femme lesbienne a nourri l'intérêt, en particulier aux États-Unis, pour son parcours, bien que son travail de peintre n'ait pas marqué l'histoire de l'art. Elle apparaît ainsi dans de nombreuses fictions des années 1990 et surtout 2000 : Alias Olympia: A Woman's Search for Manet's Notorious Model and Her Own Desire, d'Eunice Lipton (1992), Mademoiselle Victorine: a Novel (2007) de Debra Finerman, A Woman With No Clothes On (2008) de V. R. Main, Sacré Bleu de Christopher Moore (2012), etc.

En France, Emmanuel Laurent publie son journal imaginaire, accompagné d'une biographie, Mademoiselle V. Journal d'une insouciante, en 2003. Cette publication est l'occasion de rechercher les tableaux de Victorine Meurent, et d'en trouver deux au musée de Colombes.

Victorine Meurent est aussi un personnage du film Intimate Lives: The Women of Manet ou Manet in Love (1998), où elle est jouée par Shelley Phillips.

Elle est l'une des protagonistes de l'opéra Victorine, écrit par le mouvement d'artistes conceptuels Art & Language et composé en partie par Mayo Thompson[6].

Le modèle[modifier | modifier le code]

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Emmanuel Laurent, Mademoiselle V. Journal d'une insouciante, éditions de La Différence, 2003.
  2. a b c et d Claude J. Summers, The Queer Encyclopedia of the Visual Arts, Cleis Press, 2004
  3. Bénédicte Bonnet Saint-Georges, « Boston acquiert un tableau de Victorine Meurent », sur La Tribune de l'Art, (consulté le )
  4. Blavet 1884.
  5. (en) Margaret Seibert, A biography of Victorine-Louise Meurent and her role in the art of Edouard Manet, thèse d'histoire de l'art, Ohio State University, 1986, 451 p.
  6. Art & Language : Reality (Dark) Fragments (Light), Montsoreau, Éditions du Château de Montsoreau-Musée d'art contemporain, , 173 p. (ISBN 9782955791721), p. 35.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Margaret Seibert, A biography of Victorine-Louise Meurent and her role in the art of Edouard Manet, thèse d'histoire de l'art, Ohio State University, 1986, 451 p.
  • Emmanuel Laurent, Mademoiselle V. Journal d'une insouciante, éditions de La Différence, 2003. — Journal (imaginaire) de Victorine Meurent, suivi d'une biographie critique.
  • Émile Blavet, « Les modèles femmes », La Vie parisienne,‎ , p. 119-124 p. 122.
  • Olivier Renault, Les modèles et leurs peintres, Éditions Parigramme, 2019, pp. 22 à 35.

Liens externes[modifier | modifier le code]