Victoire Durand-Gasselin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Victoire Durand-Gasselin
Présentation
Autres noms Victoire Friésé
Naissance 4 décembre 1908
Nantes
Décès 1998
Nantes
Nationalité Française
Activités Immeubles et maisons d'habitation, bâtiments à caractère social, industriel, commercial et administratif ; édifices religieux
Diplôme Architecte DPLG (1939)
Formation École des beaux-arts de Paris
Œuvre
Réalisations Magasin Decré, temple protestant de Nantes
Entourage familial
Famille Charles Friésé (architecte), son mari

Victoire Durand-Gasselin (née le à Nantes et morte en 1998 dans la même ville), appelée Friésé, Friesé ou Friésé-Durand-Gasselin après son mariage, est une architecte française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Victoire Durand-Gasselin, fille de Dagmar Hentsch (née le 2 janvier 1882 à Nantes, morte le 23 juillet 1960 à Nantes) et de Jean Durand-Gasselin (né le 29 juillet 1875 et mort le 29 mars 1945 à Nantes)[1], est née dans une famille protestante de Nantes[2]. Son grand-père paternel[1], Hippolyte Durand-Gasselin (1839-1929) est un industriel dont Thomas Dobrée fit son légataire universel, et qui œuvra pour la communauté protestante de Nantes[2]. Son arrière grand-père[1], également appelé Hippolyte Durand-Gasselin (1806-1888), est, avec Jean-Baptiste Buron, l'architecte du passage Pommeraye. Elle était, par ailleurs, la petite-nièce de l'ancien maire Paul Bellamy.

Victoire Durand-Gasselin est élève en architecture à l'école des beaux-arts de Paris de 1934 à 1938[2]. Elle obtient le titre d'architecte DPLG en 1939[3].

La même année, lorsqu'elle revient à Nantes, Charles Friesé lui confie son cabinet d'architecte lorsqu'il est mobilisé. Inscrite à l'ordre des architectes en 1942, elle est alors une des rares femmes architectes en France[2]. Membre de la défense passive de la ville lors de la Seconde Guerre mondiale, elle se rend le soir même de la destruction du temple protestant construit par Henri Driollet en 1855 sur la place de l'Édit-de-Nantes, écrasé par une bombe le soir du 23 septembre 1943. Elle est l'architecte du temple provisoire construit place Édouard-Normand et consacré le 3 juin 1945. Elle collabore ensuite avec Charles Friesé lors de la reconstruction du magasin Decré (elle est notamment créditée de la conception, en 1947, 1948 et 1951 du local de livraison des magasins, dont la façade se situe au no 5 de la rue de Briord[4]). Elle est l'architecte du nouveau temple protestant de Nantes, dont la construction est entamée en 1956, et qui est consacré en 1958[5].

En dehors de ces deux réalisations marquantes, elle se consacre à la conception d'immeubles et de maisons d'habitation, de bâtiments à caractère social, industriel, commercial et administratif[3]. Elle épouse Charles Friesé en 1960, et met un terme à sa carrière d'architecte en 1973[2].

Victoire Durand-Gasselin a reçu la médaille de sauvetage et la médaille commémorative de la Défense passive 1939-1945, a fait partie du club Soroptimist (union professionnelle féminine internationale), et de l'académie littéraire de Bretagne et des Pays de la Loire[3].

Famille et descendance[modifier | modifier le code]

Victoire Durand-Gasselin est la tante maternelle de Pierre Schœndœrffer (son père ayant épousé Marie-Louise Friesé, la sœur de Charles Friesé).

Principales réalisations[modifier | modifier le code]

Œuvres architecturales[modifier | modifier le code]

Écrits[modifier | modifier le code]

  • Victoire Friésé, « L'ancien Temple protestant », Cahiers de l'académie littéraire de Bretagne et des Pays de la Loire, Académie littéraire de Bretagne et des Pays de la Loire, no 32 - Lieux disparus de Nantes,‎ (ISSN 2258-7462, notice BnF no FRBNF34407402).
  • Victoire Friesé née Durand-Gasselin, « Être protestant à Nantes au XXe siècle », Les Annales de Nantes et du pays nantais, Nantes, Société académique de Nantes et de la Loire-Atlantique, no 266,‎ , p. 39-40 (ISSN 0991-7179).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Hippolyte Marie Durand-Gasselin (1839 - 1929) » (consulté le 31 décembre 2013).
  2. a b c d et e Le Nail 2010, p. 147.
  3. a b et c Friésé 1995, p. 191.
  4. Architectures remarquables, 2000, p. 29 et 140.
  5. Friésé 1995, p. 47-52.
  6. Architectures remarquables, 2000, p. 136.
  7. « Le Club des Amis de Préfailles en quelques dates », sur clubdesamisdeprefailles.com (consulté le 1er janvier 2014).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Colette David, Michel Bazantay, Franck Gerno, Romain Rousseau et Murielle Durand-Garnier (photogr. Philippe Ruault), Nantes - Architectures remarquables* 1945/2000, Nantes, Nantes aménagement, , 140 p. (ISBN 2-9515061-0-4).
  • Bernard Le Nail, Dictionnaire biographique de Nantes et de Loire-Atlantique, Pornic, Le Temps éditeur, , 414 p. (ISBN 978-2-363-12000-7), p. 147.

Articles connexes[modifier | modifier le code]