Charles Friesé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Charles Friesé
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Période d'activité
XXe siècle
Nationalité
Activité
Œuvres principales
Grands magasins à Nantes, villas balnéaires à La Baule-Escoublac

Charles Friesé est un architecte français, né en 1901 et mort en 1970. Il est l’auteur des plans de plusieurs réalisations à Nantes et de villas balnéaires de La Baule.

Biographie[modifier | modifier le code]

Charles Friesé naît en 1901[1]. Il est le fils de Paul-Émile Friesé (1851-1917), architecte parisien[1].

En 1936, Charles Friesé dessine la villa balnéaire bauloise Tong Soa[2].

Il collabore avec Henri Sauvage, en tant que chef de projet, pour les grands magasins de la Samaritaine, à Paris, et Decré de Nantes[3]. Après la destruction de ce dernier en 1943, il dirige, avec Louis-Marie Charpentier, entre 1947 et 1951 l'édification du nouveau bâtiment selon un plan très différend[4]. En 1953, il dessine le plan du cimetière Parc de Nantes, où il est inhumé[5]. Il a laissé un important legs au musée du fort de la Pompelle[6].

Il épouse en 1960 Victoire Durand-Gasselin, également architecte, auteur du plan du temple protestant de Nantes[7].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alain Charles, La Baule et ses villas : le concept balnéaire, Paris, Massin, , 213 p. (ISBN 2-7072-0444-7, notice BnF no FRBNF38890407)
    Alain Charles est architecte DPLG et DEA en histoire de l'architecture, spécialiste du balnéaire[8],[9].
  • Colette David (photogr. Stéphan Ménoret), Les villas de La Baule : des bourgeoises modèles aux excentriques rigolotes, La presse de l’Estuaire, , 95 p. (ASIN B009P12Q4I)
    Colette David est journaliste au quotidien Ouest-France[10].
  • Laurent Delpire, « Urbanisme et architecture balnéaire : histoire d'un phénomène de société, l’exemple du Pays de Guérande », Les cahiers du Pays de Guérande, no 52,‎ (ISSN 0765-3565)
    Laurent Delpire est historien de l’art, conservateur des antiquités et objets d’art de Loire-Atlantique.
  • Jean-Louis Kerouanton, « Éléments de cartographie pour la connaissance de l’architecture balnéaire bauloise » [PDF], sur un site du ministère de la Culture, (consulté le 7 janvier 2018)
    Jean-Louis Kerouanton est chercheur au service régional de l’Inventaire, direction régionale des affaires culturelles des Pays de la Loire.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Paul Friesé et l’architecture industrielle dans Paris », sur evous.fr (consulté le 28 janvier 2018).
  2. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Tong Soa », sur Patrimoine des Pays de la Loire (consulté le 27 janvier 2018).
  3. « Anciens Grands magasins Decré », sur pss-archi.eu (consulté le 28 janvier 2018).
  4. « Grands magasins Decré », sur pss-archi.eu (consulté le 28 janvier 2018).
  5. Claude Kahn et Jean Landais, Des lieux de mémoire : les quinze cimetières de Nantes, Nantes, Ouest éditions et Université inter-âges de Nantes, , 223 p. (ISBN 978-2-908261-01-1, notice BnF no FRBNF35338277), p. 66.
  6. « Musée du fort de la Pompelle », sur le site du musée (consulté le 28 janvier 2018).
  7. Bernard Le Nail, Dictionnaire biographique de Nantes et de Loire-Atlantique, Pornic, Le Temps, , 414 p. (ISBN 978-2-36312-000-7, notice BnF no FRBNF42385399), p. 147.
  8. Anne Vidalie, « La Baule: le bonheur est dans les pins », sur un site du magazine L'Express, (consulté le 7 janvier 2018).
  9. Alain Charles, « Panorama Le Pouliguen - La Baule - Pornichet », sur panorama-labaule.com (consulté le 7 janvier 2018).
  10. Daniel Le Couédic, « L’architecture et les paysages, bastions de l’identité bretonne », sur bretonsdujapon (consulté le 20 janvier 2018), p. 11.