Velsen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Velsen
Blason de Velsen
Héraldique.
Drapeau de Velsen
Drapeau.
Administration
Pays Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Province Hollande-Septentrionale
Bourgmestre
Mandat
Frank Dales (D66)
Code postal 1950, 1951, 1970-1992, 2070-2082
Indicatif téléphonique international +(31)
Démographie
Population 67 294 hab. (2014)
Densité 1 273 hab./km2
Géographie
Coordonnées 52° 28′ 12″ nord, 4° 37′ 48″ est
Superficie 5 287 ha = 52,87 km2
Localisation
Localisation de Velsen
Géolocalisation sur la carte : Hollande-Septentrionale
Voir sur la carte administrative de la zone Hollande-Septentrionale
City locator 14.svg
Velsen
Géolocalisation sur la carte : Pays-Bas
Voir sur la carte administrative des Pays-Bas
City locator 14.svg
Velsen
Géolocalisation sur la carte : Pays-Bas
Voir sur la carte topographique des Pays-Bas
City locator 14.svg
Velsen
Liens
Site web www.velsen.nl

Velsen (prononcé en néerlandais : [ˈvɛlzə(n)] Écouter) est une commune néerlandaise dans la province de la Hollande-Septentrionale. Elle est traversée par le canal de la Mer du Nord.

Velsen a rejoint le mouvement Fab City, suivant l'appel lancé en 2014 par le maire de Barcelone, Xavier Trias, à ce que toutes les villes du monde deviennent autosuffisantes pour 2054[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est constituée des villes, villages et hameaux :

Galerie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Ere romaine[modifier | modifier le code]

Construits à partir de 15-28 après JC. puis vers 39/40-47 après JC respectivement, les Romains ont fondé deux camps militaires de tentes entourés de fossé en V et de rangées de pieux, ainsi qu'un port défendable avec des quais, des jetées et même des abris à navires rectangulaires sur l'ancien Oer-IJ (L'emplacement actuel est le Spaarnwouderpolder sur le canal de la mer du Nord entre le Velsertunnel (nl) et le Wijkertunnel (nl), à proximité de l'entreprise de traitement des déchets). Cet ensemble de fortifications portuaires (connues en archéologie sous le nom de castella Velsen I et II) étaient peut-être toutes deux appelées Flevum. Le premier site a été entièrement fouillé, le second partiellement (en 2011).

Velsen I a été assiégé par les Frisons lors de la révolte frisonne contre les impôts excessifs du gouverneur Olennius (nl) en 28 après JC. Par la suite (Velsen II) a été construit au cours de nouvelles campagnes et l'un d'eux a été abandonné sur ordre de l'empereur Claude vers 47 après JC. Des tessons noirs de poterie décorée ont été trouvés, que le professeur Bosman a attribués aux Chauques. Les découvertes effectuées sur Velsen I, telles que les projectiles de frondes romaines en plomb, font référence à la bataille. Le professeur Bosman a également signalé une autre découverte de pierre de fronde ailleurs en Hollande-Septentrionale. De petites objets militaires (y compris des plaques d'armure en bronze et des décorations de harnais de cheval) et des artefacts romains ont également été trouvés lors de la construction du Velsertunnel, ainsi que des fragments de «terra sigillata» provenant des douves de la ruine de Brederode à Santpoort. Une découverte importante du fort Velsen I est un puits dans lequel plusieurs corps, dont celui d'un officier romain avec un poignard, avaient été jetés et recouvert d'un tas de rochers. Le fait que des pièces d'armes richement décorées soient encore présentes sur le squelette semble indiquer un « enterrement » hâtif par les Romains eux-mêmes; les ennemis frisons, s'ils les avaient trouvés, les auraient emportés avec eux. Un autre puits découvert, contenait un squelette de cheval, ce qui peut indiquer un empoisonnement délibéré de cette source d'eau potable. Cette technique d'empoisonnement de l'eau dans ce cas précis, est également mentionnée par l'historien romain Tacite. A l'image d'un traitement similaire, réalisé avec des carcasses d'animaux, également dans un fort romain, situé en Allemagne (à l'époque du général Drusus), au départ définitif du site par les troupes.

Les deux ports militaires sont les points de défense stratégiques les plus septentrionaux connus du limes dit romain. Il n'est pas possible qu'à l'endroit où l'Oer-IJ se jette dans la mer du Nord (près de Castricum), les Romains aient également eu une place fortifiée dans le but de garder les Chauques, souvent pirates, hors de leur route de navigation intérieure, car ce passage était déjà fermé avant leur arrivée, comme le montrent les recherches géologiques dans les dunes près de Schoorl. A quelques centaines de mètres au nord-est de la nouvelle station de pompage (près du domaine Westerhout du XVIIe siècle), en janvier 1979, Sandra Vons-Comis du AWN-Werkgroep Hoogovens, sous une épaisse couche d'humus de 10 cm, deux tranchées de l'époque romaine ont été excavées. Au fond de l'un des fossés se trouvait un tesson indigène (« frison »). Le site B6 sur le Hofgeest à Velserbroek, une bande de sable entourée d'une tourbière marécageuse et considéré comme un lieu de sacrifice, a livré des artefacts romains tels que des pièces de monnaie, des armes et des fibules.

Des champs avec des éléments de l'époque romaine et médiévale (peigne, monnaie, bâtiment avec foyer du début du IXe siècle) se trouvaient également à proximité du siège du site industriel de Tata Steel (anciennement Hoogovens et Corus). À l'ancienne Halte Zeeweg à IJmuiden, une poterie germanique/frisonne (Westergo), façonnée à la main datant du Ier siècle après JC a été retrouvée. Un petit canal du IIe siècle après JC. fut découvert sur l'ancien site de Hoogovens : il contenait de nombreux faisceaux de branches déposés sur le fond, éventuellement pour ajuster la vitesse d'écoulement et/ou le niveau d'eau. Sur la IJmuider Lagerstraat (le site de l'ancienne école Theo Thijssen), la société Hollandia Archeologen a trouvé dans les strates du sol, entre autres, des traces et des fossés d'une ferme probablement frisonne, des morceaux de meule, environ 450 tessons de poteries réalisées à la main, de la poterie indigène légèrement cuite et des os d'animaux. Des traces romaines indigènes ont également été trouvées dans l'environnement, par exemple au coin d'Alkmaarseweg-Grote Houtweg à Beverwijk.

Carte du limes avec les implantations romaines connues dont Velsen situé le plus au Nord près de la côte ouest.

Source de traduction[modifier | modifier le code]

Moyen-Age[modifier | modifier le code]

Ere moderne[modifier | modifier le code]

Le village de Velsen était surtout connu aux XVIIe et XVIIIe siècles pour ses vergers, notamment les vergers de cerisiers. Dans les environs de Velsen, divers domaines ont été construits le long des rives du Wijkermeer (nl) par de riches amstellodamois. Beeckestijn (nl), qui a été restauré dans son état d'origine, en est un bel exemple, tout comme Waterland, le manoir de Velserbeek, et la Schoonehuys disparue à l'emplacement de l'actuel parc sportif Schooneberg et Westerhout.

Le canal de la Mer du Nord a été creusé dans les années 1970 pour le port d'Amsterdam. Avant cette époque, une zone continue de landes et de dunes s'y trouvait, connue sous le nom de Breesaap (> bree-saap = « grande zone marécageuse »), un nom qui fait encore référence au site où se trouvent les usines TATA Steel à Velsen-Noord. Le long du canal, IJmuiden, une ville portuaire et de pêche, est apparue à partir de la fin du XIXe siècle.

Personnalités nées à Velsen[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Fab City Global Initiative », sur fab.city (consulté le )

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]