Vanessa Duriès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Vanessa Duries)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Vanessa Duriès
Nom de naissance Katia Ould-Lamara
Alias
Katia Lamara, Laïka
Naissance
Décès
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Français
Mouvement Réalisme, BDSM, Érotique
Genres

Œuvres principales

Vanessa Duriès (1972 ? - ), pseudonyme de Katia Ould-Lamara, est une romancière française. Elle est l'auteur d'un récit sado-masochiste paru en 1993 Le Lien, qui est une confession romancée de sa propre expérience de soumission volontaire (par amour) à son amant et « Maître ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle a adopté le nom de Vanessa Duriès car elle aimait bien Vanessa Paradis. Pour le nom, elle a pris le premier nom qu'elle ait trouvé dans l'annuaire. La parution de son roman créa quelques réactions en France, en raison de la jeunesse et de la candeur de son auteur, qui apparut sur les chaînes nationales de télévision, et en particulier dans l'émission de Bernard Pivot, Bouillon de culture, celle de Michel Field, Le Cercle de minuit et celle de Guillaume Durand, Durand la nuit.

Une interview et des photos de Vanessa Duriès en tenue de « soumise » apparurent aussi dans le numéro de de l'édition française de Penthouse. Avant sa mort, elle voulait mettre un terme à ses relations SM et écrire des nouvelles.

Elle décède dans un accident de voiture le dans le sud de la France, à l'âge de 21 ans environ. L'accident a fait trois autres victimes, les écrivains Nathalie Perreau, Jean-Pierre Imbrohoris et leur fils. À cause de sa mort prématurée et de sa personnalité, elle a atteint un statut d'icône dans le milieu du SM. Elle est maintenant enterrée dans le village natal de sa mère.

Les quelques chapitres de son second roman inachevé, L'Étudiante, sont publiés en 2007.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Les romans ont été traduits en néerlandais, anglais, espagnol et japonais.

Citation[modifier | modifier le code]

  • Je ne lis pas dans les lignes de la main. Je ne fais pas de pronostics sur l'avenir. Un proverbe dit que pour bien aimer l'être choisi il faut l'aimer comme s'il devait mourir demain[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Penthouse France - mai 1993

Liens externes[modifier | modifier le code]