Vallée des Belleville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Vallée des Belleville
Vue de la vallée depuis la station de Val Thorens.
Vue de la vallée depuis la station de Val Thorens.
Massif Massif de la Vanoise (Alpes)
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Savoie
Communes Les Belleville, Saint-Jean-de-Belleville, Salins-Fontaine
Coordonnées géographiques 45° 23′ nord, 6° 30′ est
Géolocalisation sur la carte : Savoie
(Voir situation sur carte : Savoie)
Vallée des Belleville
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Vallée des Belleville
Orientation nord
Longueur 35 km
Type Vallée glaciaire
Écoulement Doron de Belleville
Voie d'accès principale D 117

La vallée des Belleville, parfois vallée de Belleville, est une vallée alpine du massif de la Vanoise, située en Tarentaise dans le département de la Savoie. Elle est couverte par les communes de Les Belleville, Saint-Jean-de-Belleville et une partie de Salins-Fontaine.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la vallée est Les Belleville[1], même si l'on trouve parfois la forme au singulier vallée de Belleville[2]. Le mot Ville, latin villa, désigne au cours de la période médiévale le village principal de la paroisse[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Un peu avant les Menuires, le torrent de Thorens et le torrent du Lou se rencontrent et donnent naissance au Doron de Belleville, qui se jette dans le Doron de Bozel à Salins-les-Thermes (qui lui-même se jette peu après dans l'Isère à Moûtiers).

Communes[modifier | modifier le code]

La vallée des Belleville correspond au territoire de la commune des Belleville et une partie de celle de Salins-Fontaine.


Liste des communes
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Les Belleville 73257 CC Cœur de Tarentaise 226,84 2 975 (2015) 13
Salins-Fontaine 73284 CC Cœur de Tarentaise 8,64 1 002 (2014) 116

Les Belleville sont une commune nouvelle, créée en 2016, qui regroupe les communes de Saint-Martin-de-Belleville et de Villarlurin[3]. En 1971, l'ancienne commune de Saint-Laurent-de-la-Côte avait été unie à Saint-Martin-de-Belleville[4]. La commune de Saint-Jean-de-Belleville les rejoint en 2019[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Adolphe Gros, qui reprend les travaux de Joseph-Antoine Besson citant pour preuve (n°58) un règlement entres les chanoines réguliers et séculiers de l'Église de Tarentaise[6], indique que le nom de Belleville est mentionné pour la première fois en 1258, Apud Bellam villam[2]. Une seconde mention en 1283, curatus ecclesie Belleville (Besson preuve n°66[7]), laisse croire que la vallée ne forme qu'une seule paroisse[2].

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Sport et tourisme[modifier | modifier le code]

La commune des Belleville réunit trois les stations de sports d'hiver de Val Thorens, des Menuires et de Saint-Martin-de-Belleville. Ces trois stations appartiennent au grand domaine skiable des Trois Vallées. La station voisine de Valmorel amène également des skieurs sur les crêtes au-dessus de Saint-Jean-de-Belleville.

La capacité d'accueil de la commune et des trois stations, par des infrastructures marchandes et non marchandes, est estimée à un peu plus de 68 699 lits, pour 9 158 établissements, en 2018[8]. La capacité strictement touristiques (marchands) est estimée à environ 29 146 lits[8].

Le tourisme d'été y est également important, avec de nombreux sentiers de randonnées et activités estivales dans les stations. Des vallées secondaires épargnées par les remontées mécaniques, comme le vallon du Lou ou la vallée des Encombres (cette dernière est épargnée par les remontées mécaniques mais pas par les pylônes électriques haute tension), sont particulièrement appréciées des promeneurs et randonneurs.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marius Hudry, Histoire des communes savoyardes : Albertville et son arrondissement (vol. 4), Roanne, Éditions Horvath, , 444 p. (ISBN 978-2-7171-0263-5).
  • Marius Hudry, La vallée des mutations, Les Belleville, Montmélian, M. Hudry — Imprimerie Arc-Isère, coll. « Trésors de la Savoie », , 152 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Adolphe Gros, Dictionnaire étymologique des noms de lieu de la Savoie, La Fontaine de Siloé (réimpr. 2004) (1re éd. 1935), 519 p. (ISBN 978-2-84206-268-2, lire en ligne), p. 56.
  2. a b et c Adolphe Gros, Dictionnaire étymologique des noms de lieu de la Savoie, La Fontaine de Siloé (réimpr. 2004) (1re éd. 1935), 519 p. (ISBN 978-2-84206-268-2, lire en ligne), p. 427.
  3. « Arrêté du 5 novembre 2015 portant création de la commune nouvelle des Belleville », Recueil des actes administratifs de la Savoie,‎ (lire en ligne [PDF]).
  4. Histoire des communes savoyardes, 1982, p. 386-387 ([PDF] lire en ligne).
  5. « Arrêté portant extension de la commune nouvelle de Les Belleville à la commune de Saint-Jean-de-Belleville », Recueil des actes administratifs de la Savoie,‎ (lire en ligne [PDF]).
  6. Joseph-Antoine Besson, Mémoires pour l'histoire ecclésiastique des diocèses de Genève, Tarentaise, Aoste et Maurienne et du décanat de Savoye, S. Hénault, 1759 (copie de l'exemplaire bibliothèque cantonale et universitaire de lausanne), 506 p. (lire en ligne), p. 396.
  7. Joseph-Antoine Besson, Mémoires pour l'histoire ecclésiastique des diocèses de Genève, Tarentaise, Aoste et Maurienne et du décanat de Savoye, S. Hénault, 1759 (copie de l'exemplaire bibliothèque cantonale et universitaire de lausanne), 506 p. (lire en ligne), p. 406.
  8. a et b « La capacité d'accueil touristique en Savoie-Mont-Blanc », Observatoire, sur le site Savoie-Mont-Blanc - pro.savoie-mont-blanc.com, (consulté en décembre 2019) : « Les données détaillées par commune, et par station : nombre de structures, nombre de lits par type d'hébergements (fichier : Détail des capacités 2018, .xlsx) ».