Usine Dacia de Pitești

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Usine Dacia de Pitesti)
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’automobile
Cet article est une ébauche concernant l’automobile.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

La Dacia Sandero II produite dans cette usine

La société Dacia est une filiale du Groupe Renault depuis 1999. L'usine de Pitesti est aujourd'hui l'une des plus importantes du Groupe.

Histoire de l'usine[1][modifier | modifier le code]

La construction de l’usine de Pitesti (en fait située à Mioveni - village de Colibaşi) a démarré en 1966. Elle fait suite au contrat cadre de licence de fabrication et vente de véhicules Renault, signé pour 10 ans par Pierre Dreyfus et l’État roumain cette même année. En 1968, la société Dacia, constituée à cet effet commence à fabriquer la Renault 8 (Dacia 1100), suivie en 1969 par la Renault 12 (Dacia 1300). Cette dernière sera fabriquée à près de 2 000 000 d’exemplaires jusqu’en 2004, ainsi que les moteurs et boites correspondants. Après 1978, Dacia poursuit indépendamment la construction d`automobiles dérivées de la gamme Renault 12. En 1995, Dacia lance la première automobile 100% conçue par les ingénieurs roumains : la Nova.

Le 2 juillet 1999, sous la présidence de Louis Schweitzer, Renault achète 51 % de Dacia qui devient une marque du Groupe Renault, en vue de soutenir le développement du Groupe sur les marchés émergents. Les modèles Dacia SupeRNova, lancé en 2000 et Solenza, lancé en 2003, équipés d’un moteur et d`une boîte de vitesses Renault, sont les premières réalisations franco-roumaines. Ces projets permettent de transformer et mettre au meilleur niveau européen de qualité et productivité ces usines aux équipements obsolètes et aux effectifs pléthoriques. Ils préparent efficacement l’arrivée du véhicule à 6 000$, la future Logan. 

Le modèle Logan est lancé en 2004.

Après une sévère décroissance, l’usine a recruté depuis le succès de la Logan et compte 8 900 personnes en 2008 (dont 29 % sont des femmes) ; 2 773 personnes embauchées en 2007 et 734 en 2008. Le taux d’automatisation y est très faible, 98 % des points de soudures étant réalisés à la main contre presque aucun en Europe de l’Ouest, le faible coût de la main d'œuvre ne justifiant pas les investissements nécessaires.

L'usine Dacia a connu, en 2008, une grève de trois semaines qui a permis aux salariés d'obtenir des hausses de salaires de 28 % pour les ouvriers (15 % pour les techniciens et cadres) [2].

Avec les lancements des modèles Logan MCV, Sandero et Duster, l’usine de Pitesti approche depuis 2010 les 350 000 véhicules fabriqués et est aujourd’hui l’une des usines les plus importantes du Groupe Renault. Le cap des 5 000 000 de voitures fabriquées a été franchi en 2014.

Depuis 1999, Renault annonce avoir investi 1 milliard d’euros en Roumanie, le site de Pitesti étant maintenant doté d'une usine de mécanique d'importance majeure pour le groupe (avec Cléon, Le Mans et ?) qui fabrique deux types de boîtes de vitesses et trois moteurs.

Un centre logistique a été créé en 2005 pour expédier des collections de pièces et de composants mécaniques vers les six autres sites de production de Logan (Russie, Maroc, Colombie, Brésil, Iran, Inde et bientôt l’Afrique du Sud).

Renault Technologie Roumanie[modifier | modifier le code]

En 2007, un centre régional d'ingénierie a ouvert ses portes à Bucarest, sous la dénomination Renault Technologie Roumanie (abrégé RTR). Il comptait 1700 ingénieurs fin 2007, et ce chiffre est d'environ 2 300 fin 2010. Le but de ce centre est de créer une plateforme technique de développement des projets dérivés de la Dacia Logan, et destinés aux marchés d'Europe centrale et d'Europe de l'Est, de Turquie, de Russie et d'Afrique du Nord. Sorin Bușe a remplacé Philippe Prével à la direction du RTR le 1er octobre 2010.

Le projet, estimé à 450 millions d'euro, est à l'heure actuelle réparti sur trois endroits :

  1. Bucarest, qui regroupe le studio de design ainsi qu'une partie des bureaux d'études
  2. Pitesti (Mioveni), qui apporte une assistance à l'usine mécanique et qui comporte un certain nombre de moyens d'essais. Pitesti est par ailleurs le second site de crash test du groupe avec 150 tirs par an[3].
  3. Titu, nouveau centre ouvert en septembre 2010, va accueillir progressivement la majorité des activités du RTR.

Centre Technique de Titu[modifier | modifier le code]

Le Centre Technique de Titu (CTR) a été inauguré officiellement en septembre 2010. Il devra à l'horizon 2015 regrouper la majorité des activités d'ingénierie des centres de Pitesti et Bucarest. L'investissement total pour ce centre est actuellement évalué à 500 millions d'euro. Il vient en complément des centres techniques français d'Aubevoye et de Lardy. Il s'étend sur 350 ha et comprend entre autres :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Association RENAULT HISTOIRE - Histoire du site de Pitesti », sur Association RENAULT HISTOIRE: www.histoirerenault.net,‎ (consulté le 28 février 2017)
  2. « Investissement low-cost pour la production de la Sandero », Autoactu.com (site payant),‎ (consulté le 8 juin 2008)
  3. « Investissement low-cost pour la production de la Sandero », Autoactu.com (site payant),‎ (consulté le 7 juin 2008)