Usine Renault de Cléon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Usine Renault de Cléon
Defaut.svg
Installations
Type d'usine
Superficie
155 ha dont 40 de bâtiments couverts
Fonctionnement
Effectif
3 345 (fin 2018)
Date d'ouverture
1958
Production
Produits
Marques
Localisation
Situation
Coordonnées
Localisation sur la carte de la Seine-Maritime
voir sur la carte de la Seine-Maritime
Factory.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Factory.svg

L'usine Renault de Cléon assure la production de moteurs (électriques et thermiques) et de boîtes de vitesses pour la gamme Renault. Elle fournit également des organes à Dacia, Renault Samsung Motors, Nissan dans le cadre de l’Alliance, Fiat et Daimler.

C’est un acteur central de l’alliance Renault-Nissan. Le premier moteur né de cette alliance y est fabriqué depuis 2005.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'usine Renault de Cléon a commencé son activité en 1958 par la fabrication de boîtes de vitesses.

La fabrication des moteurs a quant à elle commencée en 1960 avec la construction d'un second bâtiment, pour le mythique « moteur Cléon-Fonte ».

L'usine est dotée d'une fonderie d'aluminium en 1959, pour le « moteur Cléon-Alu ». Ces 2 motorisations emblématiques de la marque au losange portent le nom de cette usine.

Pour les collectionneurs de voitures anciennes, le nom « Cléon » évoque surtout ces 2 motorisations (« moteur Cléon-Fonte » et « moteur Cléon-Alu ») qui animent leurs véhicules de collections.

On trouvera une histoire en bref de cette usine en référence ci-après[1].

  • 1958 : création de l’usine de Cléon qui produit des boîtes de vitesses.
  • 1960 : construction d’un second bâtiment dédié aux moteurs.
  • 1964 : création de la fonderie d’aluminium. Coulée des premiers carters cylindres en aluminium qui équipent la Renault 16.
  • 1970 : construction d’un nouveau bâtiment qui produit des boîtes de vitesses, puis des moteurs.
  • 1999 : rattachement de la fonderie de Cléon à Teksid, détenu à 66,5 % par Fiat et 33,5 % par Renault.
  • 2000 : développement des lignes flexibles.
  • 2001 : transfert du Département Fabrication Pièces Proto Mécaniques à Cléon.
  • 2005 : lancement de la fabrication du M9R (2.0 dCi), 1er moteur de l’Alliance et de la boîte de vitesses PK4.
  • 2007 : construction d’un quai oversea destiné à expédier les moteurs M directement au Japon et en Corée.
  • 2008 : l’usine fête ses 50 ans.
  • 2011 : intégration de la fonderie à l’usine.
  • 2012 : inauguration du Global Training Center.
  • 2013 : fabrication du boitier d’interconnexion du moteur électrique de génération 2.
  • 2014 : lancement de la fabrication du moteur Twin turbo pour l’Alliance.
  • 2015 : lancement de la fabrication du moteur électrique de Renault R240.
  • 2016 : accroissement de 25 % de la production
  • 2017 : inauguration des 3 nouvelles lignes d’usinage ASL (Alliance Standard Line)
  • 2018 : 60e anniversaire du site.

Moteurs[modifier | modifier le code]

Moteurs fabriqués par le passé[modifier | modifier le code]

Moteurs en cours de production[modifier | modifier le code]

  • Moteur M
  • Moteur R
  • Moteur H (fonderie + pré-usinage + usinage carter cylindres et culasse)
  • Moteurs électrique R240

Boîtes de vitesses[modifier | modifier le code]

Boîtes de vitesses fabriquées par le passé[modifier | modifier le code]

  • Boîte JB / JC
  • Boîte JH (arrêt de la production officielle en mars 2017)
  • Boîte JR (arrêt de la production officielle en mars 2017)

Boîtes de vitesses en cours de production[modifier | modifier le code]

  • Boîte PK
  • Boîte PF

Effectifs[modifier | modifier le code]

Effectif en 2005 : 5 173 personnes (dont : hommes 4 840 et femmes 333).

Effectif en 2009 : 4 174 personnes (dont : hommes 3 888 et femmes 286).

Effectif en 2018 : 3 345 personnes

Production[modifier | modifier le code]

Volumes 2018 :

  • Moteurs thermique : 686 798 unités
  • Moteur électrique : 73 775 unités
  • Boîtes de vitesses : 372 759 unités
  • Fonderie aluminium : 19 297 tonnes

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Cléon - Association RENAULT HISTOIRE », sur Association RENAULT HISTOIRE, (consulté le 11 octobre 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]